ZS, la machine qui met le carreleur debout

Sujets relatifs :

Poser 300 m² de carrelage au sol en un jour, sans mettre un genou à terre ni se fatiguer le dos. Pour les carreleurs habitués à travailler accroupis, la performance est difficile : manuellement, ils ne dépassent pas 30 m²/jour/personne. C’est pourtant la prouesse réalisée par la ZS, première machine à carreler automatique. Une petite révolution que son inventeur, Kamel Zaaboub, a mis dix ans à mettre au point après avoir élaboré trois prototypes successifs. « Elle est tout particulièrement destinée aux grands chantiers, comme les centres commerciaux, où le carrelage doit être posé rapidement sur de très grandes surfaces de plusieurs centaines voire des milliers de mètres carrés », explique-t-il. La ZS est en fait un robot électrique autotracté sur roues (hauteur 1,7 m, largeur 75 cm) qui fonctionne tout seul et s’installe en dix minutes. Une fois branché sur secteur, son réservoir est rempli avec un ciment/colle standard - 300 variétés possibles - et son panier support chargé de 10 m² de carreaux, de 60x60 jusqu’à 5x5 et 5 cm d’épaisseur maxi. Après avoir réglé le débit de distribution et l’écartement des joints, choisi le peigne d’encollage adapté et installé une réglette guide au sol pour le démarrage, la machine est lancée sur la chape préalablement nettoyée. Après s’être positionnée, elle encolle la surface en simple couche, puis dépose par ventouse les carreaux deux par deux. Ils seront pressés horizontalement par un rouleau arrière en avançant à l’emplacement suivant. Des capteurs assurent le pas de pose et l’alignement sur la réglette lors de la première passe, puis sur la bordure lors des passes suivantes. Deux techniciens suffisent pour contrôler la pose et alimenter le panier en carreaux. Les bordures sont finalisées par découpe et pose manuelle.
La ZS enthousiasme les professionnels : remarquée à Bâtimat 2016, elle a déjà reçu de nombreux prix de l’innovation et récemment la médaille d’or du concours Lépine. Son coût, moins de 100 000 € HT, serait vite amorti par les 3 000 entreprises nationales employant 50 carreleurs.

N°352

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°352

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2016 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

BIM in the USA

BIM in the USA

La digitalisation de la construction semble acquise aux États-Unis. Mais le pays de l'Oncle Sam est-il pour autant en avance sur la France ? Petit tour de l'actualité numérique à Boston pour s'en rendre[…]

BFUP : La guerre des bétons ?

BFUP : La guerre des bétons ?

Le Sycabel édite son guide RPC câbles

Le Sycabel édite son guide RPC câbles

PaintUP robotise l'entretien et la peinture sur grande façade

PaintUP robotise l'entretien et la peinture sur grande façade

Plus d'articles