Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

ZOOM SUR… Un entrepôt pour le tri postal à Pantin

Sujets relatifs :

ZOOM SUR… Un entrepôt pour le tri postal à Pantin

Spécialisé dans l’export de colis et de courriers à l’international, l’entreprise IMX France avait besoin de locaux plus grands pour faire face à l’augmentation de son activité. Créée en 1989, la société était basée dans Paris intra-muros. Le dirigeant souhaitait rester à proximité de ses clients, les sociétés de routage de revues comme Paris Match, Elle ou Geo, dont la plupart sont installées au nord-est de la capitale. Autre enjeu important, la proximité avec les aéroports de frets (Roissy, Londres et Amsterdam), qui sont également proches des principales destinations de livraison : la Belgique, la Suisse, l’Allemagne et le Royaume-Uni. La société s’installe finalement à Pantin (Seine-Saint-Denis) sur un espace de 4 082 m2, dont 560 m2 de bureaux déjà construits. Outre la rénovation de cet espace attribué aux services administratifs et commerciaux, Denis Cayet, maître d’ouvrage, fait appel à Jérôme Brullé, architecte de l’agence M. Arche, pour réaliser la zone de process et réaménager les locaux existants.

Organiser les flux de sorte qu’ils ne se croisent jamais

Les bureaux sont repensés afin d’intégrer un studio en duplex pour le gardien. D’une surface de 45 m2, ce duplex est situé à la jonction entre les bureaux et l’entrepôt, lui donnant ainsi une visibilité sur l’ensemble du site. Il peut également contrôler facilement les accès sur la rue, qu’il s’agisse de piétons ou de livraisons. Outre le gardiennage, il est en charge de l’entretien des espaces verts du site.

L’architecte a également aménagé l’espace de traitement des colis suivant le principe de la marche en avant. Comme dans l’industrie et l’agroalimentaire, il s’agit d’organiser les flux de façon à ce qu’ils ne se croisent jamais. Cela réduit les risques d’erreur et accélère le process de tri et de classification. Les courriers arrivent ainsi par le sas de livraison, effectuent une boucle au cœur de l’entrepôt et repartent par la même entrée. Son aménagement a été complètement revu, afin que deux camions puissent livrer ou recevoir une cargaison en même temps. L’espace extérieur a été repensé pour permettre aux camions d’effectuer leurs manœuvres sur le terrain de l’entreprise, limitant ainsi les nuisances pour les voisins.

Du méthacrylate pour la lumière naturelle

Chargement et déchargement s’effectuent à l’abri d’un auvent qui protège les marchandises de la pluie. Ce dispositif est encore amélioré par un sas d’environ 35 m2. Sa première porte, donnant sur l’extérieur, est anti-effraction. La seconde, à l’intérieur, est une porte motorisée souple à empilage qui s’ouvre totalement en moins de 2 secondes. Ce sas a nettement amélioré le confort des personnes qui travaillent dans l’entrepôt, en supprimant les courants d’air.

Une enquête préalable auprès de l’ensemble des salariés de l’entreprise a permis de prendre en compte les besoins de chacun dans la conception des locaux.

L’enveloppe est constituée d’un bardage acier double-peau horizontal. L’une des façades, la seule sans problème de mitoyenneté, est pourvue d’une large bande de méthacrylate. Trois épaisseurs ont été nécessaires afin que le matériau participe à l’isolation thermique de l’entrepôt. Cette « fenêtre » laisse ainsi largement entrer la lumière naturelle dans l’entrepôt.

Le nouveau bâtiment se trouvait sur un sol en gypse. Il a donc été nécessaire de recourir à des pieux de 9 m de profondeur pour réaliser les fondations dans de la roche calcaire. Ces premiers travaux ont pris beaucoup de temps sur les six mois prévus pour le chantier, entre décembre 2005 et juillet 2006. Les fondations sur pieux ont ensuite obligé à réaliser une dalle portée. Le dallage en béton a bénéficié d’une finition quartz et d’un surfaçage lisse adapté au trafic des chariots. L’entretien se limite à deux balayages quotidiens et au passage mensuel d’une lustreuse. Le sol intègre deux balances de grande précision logées dans la dalle. Le coffrage nécessaire à leur intégration a été réalisé au millimètre près. Ce système facilite le travail de pesage. Chacun peut ainsi effectuer ces opérations en totale autonomie.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°285

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

Dossier

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

La reconversion des bâtiments induit de nécessaires adaptations. S’agissant d’édifices patrimoniaux, protégés ou non, l’intervention doit pouvoir faire dialoguer histoire du lieu et nouveaux[…]

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

Dossier

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

La Bourse de Commerce entame une autre vie

Dossier

La Bourse de Commerce entame une autre vie

La Samaritaine fait peau neuve

Dossier

La Samaritaine fait peau neuve

Plus d'articles