Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

XPor : le système d’ITE minérale de Keim

Sujets relatifs :

XPor : le système d’ITE minérale de Keim

© (Docs. Keim.)

Commercialisé depuis huit ans en Allemagne, le système fait son entrée sur le marché français. Contrairement aux systèmes d’ITE à base de PSE, il est incombustible et permet une bonne respiration des façades.

Le système Keim XPor, développé par Keim, spécialiste des peintures minérales, en partenariat avec Xella Ytong, fabricant de béton cellulaire, est la première solution d’isolation thermique par l’extérieur sous enduit entièrement minérale.

L’une des particularités du système repose sur sa composition. En effet, le système Keim XPor n’est constitué que de deux matériaux : l’isolant rigide minéral (un panneau Multipor Ytong en béton cellulaire) et un mortier-colle à base de liants hydrauliques (le mortier léger XPor de Keim). Ce dernier sert à encoller l’isolant, à armer l’enduit et joue également le rôle d’enduit de finition. La triple fonction du produit facilite la gestion des matériaux sur chantier, apporte un gain de temps et confère une homogénéité structurelle à la couche totale d’enduit.
Le système peut s’appliquer en neuf ou en rénovation, sur tout type de façade minérale (maçonnerie pleine ou creuse et bétons). Il ne convient ni aux façades en bois, ni aux façades en pisé, dont la cohérence est insuffisante pour supporter les poids de l’isolant et la perforation par chevillage.

Les atouts du minéral

Contrairement aux PSE généralement utilisés dans les systèmes d’ITE, le panneau Multipor est incombustible (classé A1, selon DIN EN 13501-1). Avec un facteur d’opposition à la vapeur d’eau très bas (Sd < 0.01m), le mortier et les peintures minérales Xpor garantissent, tout en étant étanches à l’eau, une bonne respiration du système d’isolation et pérennisent donc la maçonnerie. Le risque que le système s’humidifie et provoque à terme une détérioration des murs, est bien moindre que celui encouru avec des revêtements organiques, qui absorbent fortement la vapeur d’eau sans la restituer. Toutes les composantes étant minérales, les risques de développement de bactéries et de champignons sont également abaissés. Enfin, l’isolant Multipor est entièrement recyclable (toutes les chutes sont récupérables) et ne contient aucun solvant.
Pour ce qui est de sa mise en œuvre, elle est semblable à celle des autres systèmes d’ITE. À ceci près que la pose du panneau se fait par collage-chevillage et non par calage-chevillage. Colle et chevilles sont indissociables et complémentaires : la colle sert à maintenir le panneau sur le support (et non uniquement à le positionner), tandis que la cheville évite le déboutonnage du panneau causé par la mise en dépression liée au vent. Après avoir identifié les contraintes propres au bâtiment (qualité de la maçonnerie, épaisseur de l’isolant, présence ou non d’enduit…) et à son environnement (situation géographique, exposition au vent, distance entre les bâtiments environnants...), Keim effectue le plan de chevillage et détermine la densité de cheville au mètre carré (8 ou 10 en général). La pose de l’ITE doit se faire dans des conditions météorologiques favorables (temps sec et température comprise entre 5 et 35 °C), afin que les propriétés de l’enduit soient conservées. Le panneau Multipor est encollé directement sur le support minéral. La méthode par « plot et boudin », ou encollage partiel, est préférée à un encollage total, car elle permet de s’affranchir des inégalités de surface. Trois jours après l’encollage, les chevilles peuvent être vissées. Montées à fleur, elles sont bouchées, afin d’éviter les ponts thermiques. On applique ensuite l’enduit de base sur lequel est posée une armature en fibre de verre. Enfin, cinq jours plus tard, on applique l’enduit de finition et la peinture. Deux couches de peintures sont nécessaires : la première, dite « garnissante » et la seconde dite « de finition ». Environ 300 références de teintes sont disponibles.
Le système Keim XPor, plus onéreux qu’un système d’ITE à base de PSE (de 45 à 60 euros/m²), nécessite pour une performance d’isolation égale, des panneaux isolants de 2 cm plus épais que pour une isolation en PSE.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°324

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2013 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Mondial du bâtiment 2019 : et les lauréats des Awards sont...

Mondial du bâtiment 2019 : et les lauréats des Awards sont...

Le palmarès des Awards de l'Innovation du Mondial du Bâtiment a distingué 21 produits, à retrouver prochainement dans le dossier spécial des Cahiers techniques du bâtiment. Catégorie Structure[…]

18/09/2019 | Produit
PAC double service (2/2) - Fiable, performante et moins bruyante

Enquête

PAC double service (2/2) - Fiable, performante et moins bruyante

PAC double service (1/2) - Le chaud et le froid dans l'habitat

Enquête

PAC double service (1/2) - Le chaud et le froid dans l'habitat

Spas collectifs (1/2) - Des bulles de bien-être

Enquête

Spas collectifs (1/2) - Des bulles de bien-être

Plus d'articles