Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Volets roulants : la motorisation devient la source de tous les conforts

Sujets relatifs :

Volets roulants : la motorisation devient la source de tous les conforts

Pour répondre à une demande accrue de confort – thermique, occultation, sécurité – les moteurs d’enroulement des volets sont commandés par des systèmes capables d’être remplacés sans difficultés par des modèles plus performants.

Les volets roulants offrent de nombreux avan­tages, tels que l’occultation ­totale ou partielle selon la forme des lames ou la sécurité et le confort d’utilisation en se manœuvrant depuis l’intérieur du local avec la possibilité de motoriser cette action. Ils sont utilisés pour différentes applications et surfaces à réaliser : fenêtres et portes-­fenêtres, magasins, portes de garages, bouclier anti-agressions, sécurité des piscines. Dans l’habitat et le ­tertiaire, ils assurent un complément d’isolation thermique et phonique – assurées par le matelas d’air emprisonné dans l’espace entre la fenêtre et le volet – à l’ensemble de la baie, ainsi que la sécu­rité anti-effraction. Outre ces fonctions, ils permettent une économie de chauffage qui peut atteindre 30 % la nuit. Dans le cas d’une amélioration des qualités thermiques de l’habitat, la pose de volets roulants peut être déductible des impôts. Plusieurs modèles sont proposés. Conçu en premier lieu pour la rénovation, le volet monobloc se place généralement sous le linteau de la fenêtre ou de la porte-fenêtre ou sur le linteau pour préserver le clair de jour. Le volet roulant traditionnel se distingue par un coffre – très souvent dans le linteau en maçonnerie – prévu lors de la construction.

Le volet de châssis de toit (neuf ou ­ancien) fonctionne avec une faible pente. Le volet de toiture de véranda évite l’effet de serre en été, les pertes de chaleur en ­hiver et protège des vents violents et de la grêle. Le volet asymétrique répond aux réalisations architecturales les plus diverses en trapèze, en arrondi ou de forme angulaire. Devenus discrets et esthétiques, les volets roulants s’adaptent désormais à tout type d’ouverture et notamment aux grandes ouvertures actuelles. La variété de leurs matériaux et de leurs coloris permet de les intégrer à toutes les architectures de façades, et souvent d’en rehausser le style. Les produits proposés sont généralement conformes au règlement particulier de la marque NF-Fermetures. Ils sont composés d’un coffre doté d’un mécanisme d’enroulement manuel ou motorisé, d’un tablier mobile et de coulisses.

Le coffre ne réduit plus le clair de jour

Monté dans le coffre, l’axe d’enroulement peut être équipé suivant le type de tablier, de sa ­surface et du type de ­mécanisme utilisé, d’un ressort de compensation aidant à équilibrer la charge lors des manœuvres de montée et de descente. Contrairement aux blocs-baies traditionnels qui sont à enroulement intérieur, le bloc-baie ID de K-Line dispose d’un enroulement extérieur du coffre. Positionné dans la ­maçonnerie, la mise en œuvre du coffre ­nécessite un décaissé de linteau pouvant être réalisé par un coffrage prédécoupé. L’enroulement extérieur du coffre permet au bloc-baie de s’estomper totalement à l’intérieur grâce à l’alignement du coffre avec la menuiserie. Contrairement à un coffre tunnel, ce système original limite les risques de fissuration. En effet, le linteau prédécoupé et le reste de la maçonnerie forment un tout homogène, ce qui empêche toutes fissures sur la façade extérieure, à l’endroit des raccords entre linteau et maçonnerie. Très diversifiés, les systèmes de manœuvre du volet peuvent être manuels (par tringle oscillante à manivelle, sangle ou treuil) ou électriques (individuels ou groupées). Ils offrent tous l’avantage de permettre la manœuvre depuis l’intérieur du local et d’éviter l’ouverture de la baie. Les manœuvres ­manuelles démultiplient la force de celui qui les actionne par un jeu de transmission mécanique de mouvements. La rotation de la manivelle actionne l’enrouleur par l’intermédiaire d’un cardan. En fonction de la dimension et du poids du tablier, il est parfois nécessaire d’équiper l’arbre d’un système de compensation.

La motorisation de volets ­roulants par moteur linéaire ­intégré dans l’axe d’enroulement présente un plus en confort d’utilisation. La commande peut se faire à proximité de la baie (filaire ou infrarouge sans fil) ou à distance (radio). Les commandes électriques par inverseur – généralement par interrupteurs à trois positions (montée, descente, arrêt) – permettent d’actionner des poids très importants. De plus, des automatismes permettent d’actionner les volets roulants en fonction de l’ensoleillement, de la force du vent… même en l’absence d’occupants dans les locaux. Au prix de quelques modifications dans le coffre, les commandes électriques et les automatismes peuvent être montés aisément sur des volets déjà installés. Pour les volets connectés sur le réseau électrique et équipés d’une manœuvre par commande individuelle, certains fabricants proposent en option une commande centralisée utilisant le courant porteur pour faire communiquer les ­volets roulants entre eux. Un atout pour simplifier la rénovation, la technologie Bubendorff utilisée évite un câblage supplémentaire entre les volets.

Pour la rénovation, Somfy propose des systèmes à transmission radio qui évitent tout passage de câblage. Les capteurs également utilisent et ­gèrent les énergies renouvelables. Par exemple, pour bâtiment de petite taille, le système Animeo   IB Compact offre la possibilité de gérer automatiquement quatre zones différentes selon des critères géographiques et météorologiques, tout en conservant la commande manuelle des ­volets roulants. Son installation ne ­nécessite ni logiciel, ni PC. Autre exemple, le capteur ­Sunis Wirefree RTS fonctionne de manière autonome grâce à des ­cellules solaires et seule la lumière ­naturelle lui suffit pour refaire le plein d’énergie pour 24 h. Il ne nécessite aucune maintenance et à tout moment l’utilisateur peut reprendre le contrôle en activant ou désactivant la fonction grâce à des télécommandes dédiées.

Grande diversité de matériaux

Les tabliers sont constitués de lames autoporteuses enfilées les unes dans les autres. Afin d’éviter leur déplacement latéral, elles sont arrêtées en bout par agrafage, sertissage ou encochage. Les lames double paroi peuvent être dotées de fentes d’ajours – occultables en position totalement fermée – permettant de doser la lumière. Équipée de butées d’arrêts sous linteau, la lame finale donne une bonne rigidité à l’ensemble et disparaît visuellement quand le volet est ouvert. ­Dotée d’un joint d’étanchéité, cette lame complète la fonction isolation du volet en position fermée. Les volets les plus utilisés sont constitués de lames en PVC ou en aluminium, matériaux qui évitent l’entretien contraignant régulier de ceux en bois, toujours appréciés pour leur charme rustique. Ils sont naturellement isolants du froid et du bruit. La largeur des lames est d’environ 35 mm. L’articulation et la liaison des lames sont assurées par des agrafes en acier ­galvanisé. À ­noter que les volets en bois sont toujours préconisés sous certaines conditions. Par exemple, le pin d’Orégon est utilisé pour ses qualités de résistance aux parasites et son ­caractère imputrescible. Les lames doivent être impérativement traitées ­hydrofuge, fongicide et imputrescible et deux couches de lasure sont nécessaires pour la finition. Malgré cela, il est ­indispensable d’entretenir régulièrement le ­tablier. Les ­lames PVC sont réputées pour leur attractivité économique et leur entretien facile. Les teintes les plus courantes sont le blanc, l’ivoire, le brun et le ton bois. Les couleurs sombres résistent moins bien aux rayons ultraviolets et accumulent plus facilement la chaleur, cause de risque de déformations des ­lames. Associée aux ultraviolets, la pollution urbaine et atmosphérique restreint la durée de vie d’un volet en PVC. Disponibles dans différentes sections de 35 à 65 mm environ, ces lames sont inadaptées pour la protection des biens et des personnes et pour les grandes surfaces dont la largeur est supérieure à 2,50 m. Les lames aluminium profilé ou extrudé sont appréciées pour le choix des couleurs, des dimensions, des épaisseurs, des ­types de profils. Les lames profilées sont ­obtenues par pliage d’un feuillard en aluminium. Les versions monoparoi sont abandonnées aujourd’hui au profit des lames double paroi creuses ou injectées de mousse. Afin de respecter la réglementation thermique 2005, les profilés en aluminium peuvent comporter une rupture de pont thermique entre leurs deux faces. Le remplissage des profilés aluminium ou PVC avec de la mousse de polyuréthanne assure la stabilité en torsion des lames, réduit le bruit du tablier lors des manœuvres du volet, évite les bruits ­gênants liés au vent tout en offrant un petit complément d’isolation thermique et phonique. ­Certaines lames peuvent être injectées de résines de synthèse afin d’accroître considérablement la rigidité de l’ensemble. Les lames extrudées sont obtenues par injection d’aluminium dans un moule dessinant la forme de la lame. Ce procédé de filage apporte ­davantage de matière au profil et par conséquent une rigidité accrue, notamment pour les applications nécessitant une grande dimension. Les lames extrudées existent en différentes sections variant en fonction des dimensions à traiter et du degré de résistance mécanique souhaité. La qualité des lames est proportionnelle à l’épaisseur de la feuille ou de la nervure en aluminium, de la densité de la mousse, et du traitement de surface. Une importante épaisseur de matière permet de réaliser des lames jusqu’à 4,50 m environ. Pour préserver durant de longues années l’aspect de la lame et toutes ses caractéristiques, elles sont revêtues d’un laquage – dans différents coloris – complété d’un traitement anti-ultraviolets.

Participer à la sécurité des bâtiments

Elles offrent une bonne résistance au vent, néanmoins pour améliorer le classement Vemcros du volet (voir encadré), elles peuvent être équipées de ­crochets anti-tempête. Pour une sécurité renforcée, les lames en aluminium sont plus solides et plus dissuasives que celles en PVC, en cas de tentative d’effraction. En se fermant automatiquement à la fermeture du volet, les verrous automatiques qui équipent la dernière lame s’opposent au soulèvement du tablier. Une contre-lame finale évite les tentatives de crochetage. On peut noter que certaines lames en acier pleines et de forte section répondent à de hautes exigences de sécurité, notamment les protections pare-balles. Assurant le guidage latéral du tablier, les coulisses sont équipées de joints qui contribuent au fonctionnement silencieux du tablier et à l’étanchéité de la lame d’air entre volet et menuiserie. La profondeur des coulisses est adaptée à chaque type de lame. Elles peuvent être fixes, amovibles ou articulées, l’articulation permettant de positionner et d’immobiliser le tablier en projection. La projection peut être simple ou brisée lorsque la fenêtre comporte une barre d’appui. La manœuvre réalisant la mise en projection peut s’effectuer soit après ouverture de la fenêtre, avec éventuellement compas sur le meneau, soit de l’intérieur. L’ajout de clips anti-tempête dans les coulisses renforce la tenue du tablier en cas de vents forts. Des joints longitudinaux dans le profilé des coulisses assurent une « certaine étanchéité » de l’ensemble volet, tout en évitant les bruits de frottement du tablier. Les joints à brosse présentent l’inconvénient de s’user rapidement et de laisser passer la poussière. Les joints durs coextrudés ou revêtus d’un matériau plus souple et de bonne glissance sont plus durables et assurent une meilleure ­étanchéité à l’air.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°276

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Enquête- Sols sportifs

Enquête

Enquête- Sols sportifs

Les installations sportives indoor appellent la polyvalence afin de permettre l'exercice de plusieurs activités, sportives ou non. Les sols doivent ainsi pouvoir s'adapter à de nombreuses sollicitations.

03/05/2018 | Produit
Répondre aux besoins des salles multisports

Enquête

Répondre aux besoins des salles multisports

Enquête - Ouvrants de toit

Enquête

Enquête - Ouvrants de toit

Enquête - Éclairage des musées

Enquête

Enquête - Éclairage des musées

Plus d'articles