Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

VOIRIE Une chaussée urbaine démontable

Sujets relatifs :

VOIRIE Une chaussée urbaine démontable

Le chantier de rénovation urbaine, engagée par la commune de Saint-Aubin-Lès-Elbeuf (Seine-Maritime), dans la banlieue de Rouen, sur la friche industrielle dite « Manopa », prévoit la réalisation d’une voie nouvelle constituant une première nationale en la matière. L’ouvrage de 90 m de longueur sera en effet totalement démontable afin de faciliter la mise en place des divers réseaux présents et futurs, tout en simplifiant les opérations de maintenance et d’entretien à venir.

À la clef : possibilité d’intervenir rapidement sans casser le bitume ni les oreilles des riverains, c’est-à-dire en minimisant les gênes et les perturbations de trafic. Dans la pratique, ce concept de chaussée urbaine modulaire démontable, développée par le LCPC (Laboratoire central des ponts et chaussées), est constitué de dalles béton hexagonales de 77 cm d’arête et de 20 cm d’épaisseur, sans liaison mécanique, posées sur un lit en matériaux granulaires de 3 cm d’épaisseur. L’ensemble s’appuie sur 15 à 25 cm d’assise en grave ciment réexcavable ou de matériau autocompactant. La mise en œuvre des dalles, entre lesquelles sont coulés des joints élastomères, s’effectue à l’aide d’un système de préhension sous vide. Le coût de cet ouvrage de 499 000 euros (sensiblement plus élevé que pour une chaussée ordinaire) serait donc compensé par les économies apportées en terme d’exploitation via la facilité d’accès aux réseaux souterrains. Le système autoriserait également une gestion durable de l’infrastructure (remplacement d’éléments usagers) et la possibilité d’inclure des réservations lui permettant de jouer le rôle de chaussée-réservoir, en vue de facilité la gestion des pluies d’orage. À signaler que cette structure innovante a été préalablement testée sur le manège de fatigue du LCPC de Nantes. L’objectif était de valider le comportement de la chaussée dans son environnement urbain réel en simulant, notamment, le trafic poids lourds qu’elle est ­supposée supporter durant sa durée ­de vie, escomptée à 30 ans.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°273

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

L'Anru poursuit ses projets de renouvellement urbain

L'Anru poursuit ses projets de renouvellement urbain

Au mois de juillet ont été validés les projets de 20 quartiers mobilisant près de 820 millions d’euros de concours financiers de l’Anru. Le comité d’engagement national de l’Agence[…]

01/08/2019 |
Délégation du permis de construire : les organismes tierce partie entrent dans la boucle

Délégation du permis de construire : les organismes tierce partie entrent dans la boucle

Végétalisation et lutte contre les surchauffes

Végétalisation et lutte contre les surchauffes

Réparer la ville

Evénement

Réparer la ville

Plus d'articles