Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Vitraux translucides pour les églises de Chelles

Sujets relatifs :

Vitraux translucides pour les églises de Chelles

Afin de privilégier la qualité de la lumière naturelle, les nouveaux vitraux des églises de Chelles (Seine-et-Marne) sont en verre extrablanc trempé. Un choix du designer Martin Szekely, associé à l’architecte Marc Barani (Equerre d’argent 2008), pour la conversion des deux églises adjacentes en lieu de diffusion de l’art contemporain. C’est donc le verre translucide qui identifie aujourd’hui le bâtiment, puisque les deux églises de Saint-Georges et de Sainte-Croix, bâties au vie siècle, ne forment aujourd’hui qu’un seul et même édifice. La sobriété a été obtenue grâce à la volonté du designer de préserver la qualité de la lumière. La difficulté technique résidait dans le côté atypique du chantier. Avec en premier lieu, la découpe des formes originales du verre trempé épais de 10 mm, contre 2 ou 3 mm habituellement pour des vitraux. Elle a été réalisée par la société Techniques Transparentes basée à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) avec une fraise diamantée pilotée par ordinateur. Afin de ramener l’œil à une échelle moins contemporaine, les vitraux sont divisés en trois parties dans la hauteur, un rythme qui rappelle les vitraux originels. Ils sont fixés dans les ouvertures grâce à des profils en acier inoxydable, eux-mêmes replacés dans le contexte original grâce à la feuillure des pierres. Ces vitraux sont ainsi placés dans le plan d’origine. Le découpage des profils a été réalisé au plasma suivant des gabarits en bois qui tiennent compte des déformations de la pierre. Le métal est ensuite scellé à la chaux, conformément aux préconisations des Monuments historiques. Des agrafes métalliques assurent ensuite la fixation du verre sur le métal. Dix verrières ont été traitées ainsi. De la plus grande, au pignon, qui mesure 7,30 m x 4,80 m, aux plus petites qui mesurent 2 x 1 m. Les travaux d’aménagement auront coûté 1,4 Me. Une somme qui comprend également la dépose des faux plafonds, les portes, le gril technique, les occultations. Un ensemble qui a été conçu, posé et fixé sur le principe de la réversibilité.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°285

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

1er programme certifié « NF Habitat HQE Ville de Paris »

1er programme certifié « NF Habitat HQE Ville de Paris »

Énergie, économies, qualité de vie et respect de l’environnement sont autant de domaines dans lesquels cette réalisation exemplaire, présentée ce jeudi 18 avril dans le 12ème arrondissement,[…]

Décret Tertiaire : les acteurs de l’efficacité énergétique saluent la concertation

Décret Tertiaire : les acteurs de l’efficacité énergétique saluent la concertation

La numérisation au bon secours de Notre-Dame

La numérisation au bon secours de Notre-Dame

Notre-Dame : « Les travaux de rénovation sont la cause de trois quart des incendies des bâtiments historiques » Claude Delahaye (Verspieren)

Notre-Dame : « Les travaux de rénovation sont la cause de trois quart des incendies des bâtiments historiques » Claude Delahaye (Verspieren)

Plus d'articles