Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Vers un repli du marché de la contruction bois

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Vers un repli du marché de la contruction bois

L'immeuble bois-béton Pulse à Saint-Denis

Xerfi vient de publier une étude consacrée au « marché de la construction bois à l’horizon 2021 - Quels leviers et perspectives de croissance dans un contexte de recul des mises en chantier de logements ? »

Après un net rebond entre 2016 et 2018 (+6,3% par an), le chiffre d’affaires des entreprises françaises de construction bois va se replier en moyenne de 1,5% par an d’ici 2021 pour atteindre 1,8 milliard d’euros, selon les prévisions des experts de Xerfi. La faute à la suppression du PTZ dans les zones non tendues, à la raréfaction du foncier aux abords des grandes métropoles mais aussi à la plus grande difficulté à obtenir des permis de construire à l’approche des élections municipales. Le dynamisme du segment des travaux d’extension-surélévation permettra cependant de compenser le recul de l’activité dans la construction neuve. Les opérateurs souffriront en outre toujours de leur manque de compétitivité prix vis-à-vis des spécialistes du béton.

Le segment des bâtiments agricoles en bois sera également en berne en raison de l’érosion structurelle du nombre d’exploitations et des difficultés économiques récurrentes des professionnels de ce secteur. Les perspectives seront en revanche meilleures du côté des mises en chantier de locaux industriels ou des immeubles tertiaires. Toutefois, ces bâtiments ne représentent encore qu’un débouché mineur pour les spécialistes du bois.

Quant à la réglementation environnementale (RE) 2020, qui prévoit un plafonnement de l’empreinte carbone des bâtiments neufs, son impact sera mitigé. Elle n’entraînera pas forcément de hausse significative du nombre de bâtiments en bois mais encouragera simplement les acteurs à utiliser davantage de bois dans leurs constructions. La RE 2020 profitera donc surtout aux exploitants forestiers ainsi qu’aux acteurs de la première et de la deuxième transformation du bois (scieurs, fabricants de panneaux…).

Industrialiser les procédés

La construction bois reste par conséquent un marché de niche (10% des maisons individuelles). Pour élargir leurs débouchés, les entreprises du secteur redoublent donc d’efforts. Pour gagner en productivité, plusieurs spécialistes de la construction bois ont ainsi décidé d’industrialiser leurs procédés. Burger a d’ailleurs développé des maisons presque entièrement préfabriquées. L’enjeu pour les acteurs est d’améliorer la compétitivité prix de leur offre pour se faire une place sur les segments d’entrée et de milieu de gamme, où la demande est la plus forte. Cette stratégie est par exemple mise en œuvre par Ghara avec ses maisons en kit. Certains se diversifient par ailleurs dans le logement collectif, notamment via le concours « Immeubles à vivre bois » de l’Ademe.

Dans le même temps, les opérateurs cherchent à s’implanter sur de nouveaux territoires. Les constructeurs de maisons individuelles s’efforcent ainsi d’étendre leur réseau d’agences, en particulier dans la région PACA ou en Île-de-France pour exploiter de nouveaux gisements de croissance. L’emploi de matériaux mixtes fait également partie des pistes explorées par les opérateurs pour dépasser les limites techniques du bois et ainsi se positionner sur de nouveaux marchés, comme les bâtiments de grande hauteur.

Un marché atomisé

La course aux économies d’échelle passe également par la consolidation d’un marché qui se compose de plus de 2 000 entreprises, artisanales pour la plupart et dont le champ d’action reste local. A force de rapprochements et d’opérations de croissance externe, plusieurs d’entre elles, comme Maître Cube, Mathis ou Cruard (Lefèvre Développement) ont ainsi constitué des ensembles capables d’intervenir sur des projets d’envergure.

Pour faciliter la réalisation de structures hors site et accroître l’efficacité de leur intervention avec les autres corps de métiers, les constructeurs de bâtiments en bois s’appuient en outre sur les possibilités offertes par le BIM (Business Information Modeling). A titre d’exemple, l’utilisation de cet outil numérique a notamment permis de fusionner plus de 90 maquettes différentes lors de la construction de l’immeuble bois-béton Pulse à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), un projet mené par Icade et Vinci. 

Enfin, pour moderniser l’image de la construction bois, les acteurs misent sur l’emploi d’autres nouvelles technologies. Trécobat a ainsi développé une offre de maisons connectées. En agence, les promoteurs et les constructeurs de maisons individuelles n’hésitent pas pour leur part à utiliser, par exemple, des casques de réalité virtuelle pour séduire les clients.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Le décret simplifiant les formalités des marchés publics et facilitant leur accès aux PME est paru

Le décret simplifiant les formalités des marchés publics et facilitant leur accès aux PME est paru

A partir du 1er janvier 2020, le seuil de dispense de publicité et de mise en concurrence pour la conclusion des marchés publics passera de 25 000 € HT à 40 000 € HT, ce qui place la France dans la[…]

13/12/2019 |
Bureau Veritas France et Aveltys nouent un partenariat pour la transition énergetique

Bureau Veritas France et Aveltys nouent un partenariat pour la transition énergetique

Alexandra Mathiolon nommée la direction générale de Serfim

Nomination

Alexandra Mathiolon nommée la direction générale de Serfim

Quatre nouveaux associés au capital de VD-Industry et Pyrometal

Quatre nouveaux associés au capital de VD-Industry et Pyrometal

Plus d'articles