Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Vérifier les ouvrages contre l'effondrement en chaîne

Propos recueillis par Bernard Aldebert

Sujets relatifs :

Vérifier les ouvrages contre l'effondrement en chaîne

Rencontre avec Ngoc Han VU, de Qualiconsult, concernant les grands principes de précaution et de vérification contre l'effondrement en chaîne.

 

CTB - Quels sont les raisons et fondements de cette démarche de vérification ?

Des actions accidentelles non prévues sur un ouvrage, comme un incendie, une explosion, un choc, un aménagement non autorisé, etc. peuvent conduire à des destructions locales de certains éléments porteurs. Lorsque ces destructions sont sévères, elles provoquent l'effondrement total ou d'une grande partie de l'ouvrage. Les termes « effondrement progressif » ou « effondrement en chaîne » signifient que les dommages résultants sont disproportionnés par rapport à l'endommagement initial de la structure.

CTB - Quels édifices sont concernés et dans quelles circonstances ?

L'effondrement en chaîne se produit non seulement dans les immeubles de grande hauteur (IGH), mais aussi dans les bâtiments courants sur les éléments « à risque ». Les balcons en font partie : l'effondrement d'un élément peut entraîner la ruine des autres (Montrouge 2012, Angers 2016, Nanterre 2018, etc. ). Citons également l'évaluation d'un procédé de rupteurs de pont thermique réalisé avec des éléments ponctuels de béton armé, qui fait l'objet d'une étude spécifique assurant que le bâtiment a un niveau de robustesse suffisant pour supporter une défaillance locale sans provoquer de dégâts disproportionnés. Quant aux entrepôts, ils font l'objet notamment d'études particulières pour répondre aux exigences réglementaires relevant du risque incendie. Les études doivent permettre de confirmer l'absence d'effondrement en chaîne en cas d'incendie.

CTB - Comment procéder pour la vérification ?

C'est un phénomène complexe et difficile à analyser, puisqu'il y a plusieurs paramètres à intégrer : plasticité, endommagement, rupture, chute libre, contact, etc. De plus, la vérification de celui-ci devra être effectuée avec un coût et un temps de calcul raisonnables. Dans la littérature, plusieurs approches analytiques, numériques et expérimentales ont été proposées : une solution analytique unidimensionnelle, une approche quasi-statique par éléments finis ou encore une solution simplifiée et originale par éléments discrets. La vérification de[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°375

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2019 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Tribune - «PPBIM, une vraie prise de conscience des industriels de l’infrastructure est attendue» - Jérôme Tognini (Géomensura)

Tribune - «PPBIM, une vraie prise de conscience des industriels de l’infrastructure est attendue» - Jérôme Tognini (Géomensura)

Pour Jérôme Tognini, directeur opérationnel Géomensura, «la normalisation de l’écriture des objets BIM dans le bâtiment avec le PPBIM est au cœur de la révolution numérique[…]

24/05/2019 | Actualité
Vidéo - Salles de bains remarquables 2019

Vidéo - Salles de bains remarquables 2019

Impulse Partners et Sinteo lancent un accélérateur de start-up avec le soutien du CSTB

Impulse Partners et Sinteo lancent un accélérateur de start-up avec le soutien du CSTB

Une nouvelle vie pour la Maison Coignet

Une nouvelle vie pour la Maison Coignet

Plus d'articles