abonné

Une toiture-terrasse qui évolue en potager

Sujets relatifs :

, ,
PHOTO - 5758_363699_k18_k17_916692.jpg

© Siplast

La Mairie de Paris crée son premier espace vert « comestible » en toiture d'une ancienne caserne. Vigne, fraises et salades bénéficient d'une véritable nappe phréatique artificielle sur étanchéité de surface. 1 - Programme - VÉGÉTALISER LES VILLES ET PRODUIRE EN CIRCUIT COURT Rénover une toiture-terrasse urbaine de 1 000 m² pour y implanter un potager durable. Un véritable jardin, auto-alimenté en eaux pluviales, sur lequel on cultivera des fraises, des radis, du mesclun, des herbes aromatiques et même de la vigne. L'idée est ambitieuse : elle vise d'abord à répondre au besoin de végétaliser les zones urbaines, à agrémenter les toits et à produire en circuit court des fruits et légumes permettant de nourrir partiellement dix personnes. Quatre entreprises (Urbagri, Siplast, Nidaplast et Groupe Loiseleur) ont additionné leur savoir-faire pour relever le défi. Elles ont emporté un appel à projets lancé début 2016 par la Mairie de Paris pour expérimenter sur trois ans la possibilité de transformer les toits de la capitale en espaces verts comestibles. Le lieu choisi, une ancienne caserne Napoléonienne de deux niveaux datant du XIX e siècle, fait partie des locaux situés en face de l'Hôtel de ville au 4 rue Lobau. La toiture-terrasse, jusqu'alors inaccessible, a déjà été rénovée en 2006 et son étanchéité traitée par un complexe bicouche : une membrane Adepar en bitume élastomère SBS autoprotégée à sous-face adhésive en semi-indépendance protégée par un film siliconé, et une feuille d'étanchéité de type Paradiene 30.1 GS en bitume élastomère SBS soudée. En 2016, un examen attentif de cette structure et de son vieillissement après dix ans de vie a conclu qu'elle est encore en parfait état. Elle n'a donc pas besoin d'être reprise. Les experts ont alors concentré leur attention sur son renforcement global, pour résister aux surcharges dues à l'accessibilité, au poids des terres et à celui de l'eau (évalué à 100 kg/m²). Deux parcelles en caisson d'égales superficies sont prévues : une à l'ouest pour le potager, l'autre à l'est[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné?

N°357

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°357

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2017 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Marseille s'offre une cure de thalassothermie

Marseille s'offre une cure de thalassothermie

Le nouvel écoquartier Smartseille, dans les quartiers nord de la ville, est desservi par un réseau d'eau douce tempérée régulé thermiquement par une boucle d'eau de mer. Celle-ci assure le[…]

30/03/2017 | ActualitéChantier
L'évêché d'Auch renaît en bâtiment à énergie positive

Dossier

L'évêché d'Auch renaît en bâtiment à énergie positive

Le Supergrid Institute de Villeurbane va s'agrandir

Le Supergrid Institute de Villeurbane va s'agrandir

EDF Lab à Paris- Saclay : architecture futuriste et conception bioclimatique

Diaporama

EDF Lab à Paris- Saclay : architecture futuriste et conception bioclimatique

plus d’articles