Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Une toiture photovoltaïque intégrée de 68 000 m2

Sujets relatifs :

Une toiture photovoltaïque intégrée de 68 000 m2

Depuis quelques mois, le site de Saint-Charles International, pôle logistique situé à Perpignan, affiche vu du ciel, un nouveau visage via le remplacement des anciennes toitures en fibrociment par 97 000 tuiles photovoltaïques Sunstyle.

Saint-Charles International, première plate-forme européenne de logistique, de transport et commercialisation de fruits et légumes, située en périphérie de Perpignan (66), se compose de 11 bâtiments représentant une surface totale de 68 000 m 2 de toitures. Pour la réhabilitation de la totalité des toits, composée de plaques fibrociment ondulées contenant de l’amiante, les responsables du site ont choisi l’innovation en décidant de remplacer l’ensemble de la couverture par 97 000 tuiles photovoltaïques Sunstyle. Ces tuiles sont spécialement conçues et développées par la société Solaire France. La fabrication étant assurée au Luxembourg par Saint-Gobain Solar.

Un record mondial

Saint-Charles International devient ainsi, avec une puissance installée de 8,8 MW, une des toutes premières références mondiales en matière de solution intégrée au bâti. La centrale produira, annuellement 9 800 MWh d’électricité d’origine solaire, soit l’équivalent de 10 % de la consommation en électricité de la ville de Perpignan qui compte, environ, 120 000 habitants.
Le chantier, qui représente un investissement de 55 ME a été mené en neuf tranches indépendantes (durée des travaux : deux ans), sans interrompre l’activité des bâtiments. Cette division ayant facilité l’installation électrique, tout en réduisant les risques techniques, financiers et organisationnels. La production d’électricité a pu, par ailleurs, débuter quelques mois seulement après le début de la construction, le site ayant été officiellement inauguré en octobre 2011.
Ce système, qui peut être mis en œuvre dans le cadre du remplacement de toitures existantes, ou sur des projets neufs, que ce soit pour des bâtiments individuels, commerciaux ou de type industriel, « est un véritable matériau de construction qui remplit la fonction d’un toit conventionnel », souligne Mario Posnansky, gérant de Solaire France.
Il se distingue par son haut degré d’intégration et son esthétique poussée, « Ce qui, à mon sens, est vital pour le développement de la filière. Car je considère, en effet, que le photovoltaïque posé de manière anarchique sur les toits ne constitue pas une orientation durable », poursuit l’inventeur.

Conception et fabrication certifiées

À noter qu’outre des modèles transparents, qui offrent la possibilité de créer des puits de lumière, le système comporte des tuiles opaques « classiques » qui, en permettant de couvrir les toitures dans les sections non-ensoleillées ou les zones d’ombre, assurent la continuité esthétique et architecturale des bâtiments.
Autres points forts : flexibilité, modularité, facilité d’installation et de maintenance. Dans la pratique, le procédé Sunstyle se compose de tuiles carrées (870 x 870 mm) en verre trempé de 6 mm, dont les diagonales se chevauchent de haut en bas, les éléments d’étanchéité étant incorporés entre les tuiles individuelles et les éléments de fixation. Les cellules solaires en silicium monocristallin (24 par tuile) sont disposées de manière souple dans une couche EVA (polyvinylacétate) entre un verre frontal trempé et une feuille Tedlar sur la face arrière. Les rebords sont fermés - sans cadre - pour éviter la pénétration d’humidité, afin d’assurer la durabilité des éléments. Les tuiles sont attachées à la structure porteuse sous-jacente par l’intermédiaire de fixations étanches de conception spécifique. Le chevauchement mutuel et leur souplesse de mise en place évitent que la couverture soit influencée par des mouvements longitudinaux, latéraux, transversaux et vibratoires de la charpente.
Tant pour assurer une capacité électrique durant de longues années (plus de trente ans), que la durabilité de la couverture, tous les composants du système sont exclusivement constitués d’éléments à longue durée de vie : verre trempé, cellules cristallines, Tedlar, acier inoxydable, joints EPDM…
L’ensemble du système, y compris son intégration au bâtiment (pose et fixation), ont fait l’objet d’une vérification par le Centre scientifique et technique du bâtiment (Cstb) avec, à la clé, des performances de durabilité élevées : DIN EN 61215, classe de protection II, étanchéité RE 750. « Les tests effectués dans la soufflerie du Cstb ont, par ailleurs, démontré que notre solution photovoltaïque était capable de résister à des vents supérieurs à 165 km/h, et qu’elle était donc parfaitement adaptée aux conditions climatiques auxquelles le site de Saint-Charles International est exposé », conclut Mario Posnansky.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°314

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Une salle de spectacle à l'étage noble

Une salle de spectacle à l'étage noble

La construction d'une salle de spectacle au premier étage d'un centre culturel parisien a demandé une consolidation de structure via un dispositif de renforcement et de soutien en voiles béton. À la Goutte[…]

10/04/2019 | Chantier
Des bureaux recomposés sur l'existant

Des bureaux recomposés sur l'existant

IGH (2/6) - L'heure des restructurations

Dossier

IGH (2/6) - L'heure des restructurations

L'immeuble qui Pulse le BIM

L'immeuble qui Pulse le BIM

Plus d'articles