Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Enquête

Chauffe-eau solaire (2/2) - Une technologie éprouvée qui innove à la marge

Enquête réalisée par Cédric Rognon

Sujets relatifs :

, ,
Chauffe-eau solaire (2/2) - Une technologie éprouvée qui innove à la marge

La station solaire est prémontée directement sur le ballon (en photo, la gamme Inisol de De Dietrich).

© De Dietrich

Le chauffe-eau solaire individuel (Cesi) constitue une technologie fiable et mature. Les industriels proposent pour le résidentiel individuel une offre packagée prête à poser.

Le contexte français, avec des ventes au plus bas pour les Cesi, n'est pas favorable à l'investissement et à l'innovation. Peu de nouveautés donc parmi l'offre des industriels pour une technologie pourtant bien éprouvée. En France métropolitaine, le Cesi à circulation forcée est le plus courant. La principale problématique est la gestion des surchauffes, avec une température pouvant atteindre 200 °C dans les capteurs plans, induisant une vaporisation du fluide caloporteur et un stress des composants (isolant, vannes, clapet, vase d'expansion… ). « Le souci se pose surtout dans le résidentiel collectif, moins dans l' habitat individuel où le rapport volume de stockage/ surface des capteurs limite le risque de surchauffe », tempère René Schmitt, chef de produits chez De Dietrich. La bonne gestion des surchauffes passe avant tout par un dimensionnement adapté, avec un taux de couverture solaire qui ne doit pas être trop élevé.

Essor des Cesi autovidangeables

Deux types de Cesi sont possibles : pressurisé (ici, le ballon solaire Si150 de Chappée) ou autovidangeable. Ces derniers progressent dans le résidentiel individuel comme collectif.

Certains industriels proposent des systèmes au-tovidangeables pour éviter la montée en température et en pression du fluide en période estivale. Le circuit primaire se vidange alors automatiquement à l'arrêt du circulateur, le plus souvent dans les premières spires de l'échangeur surdimensionné noyé dans le ballon de stockage. La vidange peut aussi se faire dans une bouteille de récupération. Le développement de l'autovidangeable progresse surtout dans le collectif, mais on en trouve aussi dans l'individuel. « Ce système a fait ses preuves par sa simplicité et sa robustesse pour gérer les surchauffes, en particulier quand on souhaite augmenter le taux de couverture, commente Richard Loyen, délégué général d'Énerplan. La mise[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°376

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2019 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

L'Anru poursuit ses projets de renouvellement urbain

L'Anru poursuit ses projets de renouvellement urbain

Au mois de juillet ont été validés les projets de 20 quartiers mobilisant près de 820 millions d’euros de concours financiers de l’Anru. Le comité d’engagement national de l’Agence[…]

01/08/2019 |
Délégation du permis de construire : les organismes tierce partie entrent dans la boucle

Délégation du permis de construire : les organismes tierce partie entrent dans la boucle

Végétalisation et lutte contre les surchauffes

Végétalisation et lutte contre les surchauffes

Réparer la ville

Evénement

Réparer la ville

Plus d'articles