Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Une structure métallique suspendue et végétalisée

Sujets relatifs :

Une structure métallique suspendue et végétalisée

Le bâtiment administratif abrite une structure en acier à poteaux et poutres greffée sur l’immense voile en béton séparatif arrière.

© (Docs. Roland Bourguet.)

Pour répondre à des critères environnementaux sévères, les concepteurs des locaux administratifs de l’usine Isséane ont habillé de chêne ses poteaux et de sédum ses couvertures.

Sur les berges de la Seine à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), dans le centre Isséane sont traités et valorisés les déchets ménagers du Syctom (1) de l’agglomération parisienne (25 communes). Ce centre a été conçu par les architectes AAE pour la partie process, et Eric Dubosc et Marc Landowski pour l’enveloppe architecturale. Le coût total d’investissement représente 601 ME HT. La contrainte majeure du projet a été d’enfouir le bâtiment à 31 m de profondeur et de limiter son émergence à 21 m de hauteur, en y intégrant les cheminées aux fumées non visibles. Ce principe qui limite les nuisances s’accompagne d’une végétalisation de l’ensemble de l’ouvrage. L’édifice gigantesque comprend deux entités accolées et séparées par une paroi moulée en béton de 180 m de longueur par 50 à 70 m de hauteur. Du côté jardin et au sud, l’usine qui traite les déchets de 17 communes, a été bâtie en premier et fonctionne depuis décembre 2007. Du côté fleuve et au nord, elle est « habillée » d’un bâtiment administratif de 6 500 m2, mesurant 180 m de longueur par 11 m de largeur. Il regroupe les bureaux du Syctom et de l’exploitant, un centre d’information du public et des bureaux voués à la location. Pour ce bâtiment, une épaisse structure en acier particulière, imaginée par les architectes Dubosc et Landowski, a été mise en œuvre par l’entreprise Eiffel. Sur le mur séparatif en béton, une série de quatorze portiques de 60 cm de largeur, espacés de 12 m, ont été greffés. Ils permettent de suspendre ou de porter les quatre niveaux de planchers de bureaux. Ils se composent de poteaux fuselés réalisés en PRS (profilés reconstitués soudés) qui ont été préfabriqués dans les ateliers d’Eiffel, puis livrés en tronçons, par camions. Des sabots métalliques, préalablement insérés dans le mur, ont permis l’accroche par boulonnage, des poutres de 11 à 13 m de longueur.

Des mégapoutres plantées d’arbres

En couronnement de l’ouvrage, file une poutre treillis qui liaisonne les poteaux porteurs. Divers tirants, posés dans la hauteur d’étage participent au contreventement général de la structure. Aux deux tiers de la hauteur, des mégapoutres (1 m de hauteur et 1,45 m de largeur) sont fixées sur les poteaux, pour recevoir des bacs plantés. Les arbres choisis sont des chênes fastigiés, en forme de fuseaux, dont le feuillage marcescent reste roux tout l’hiver. De plus, sous ces poutres-bacs, une autre rangée ­recevra des bacs remplis de plantes descendantes. L’ensemble de la structure, constituée des mégapoutres et poutres transversales, forme un maillage structurel de support. En effet, les quatre niveaux – situés à 5,50 m, 8,80 m, 13 m et 16,70 m de hauteur – reposent sur un maillage variable de poutres. Les poteaux, à l’image de totems, ont fait l’objet d’un traitement spécifique. Livrés avec une peinture primaire, ils ont été recouverts d’une peinture intumescente, puis d’une couche de finition gris-clair. Un même traitement a été appliqué sur les autres éléments de la structure. Puis, chaque poteau est enveloppé d’une première coque constituée de quatre parties en polyester moulé. Celles-ci sont vissées sur des oreilles métalliques préalablement soudées sur le pilier. Suit la mise en place d’une seconde coque, dont les quatre quartiers de bois d’habillage ont été réalisés par un fabricant de coques de bateaux. Ils se composent de lattes de bois contrecollées vissées sur le support de base. Le bois se retrouve aussi sur les façades de bureaux parées d’un bardage à lames horizontales en pin du Nord. Ce dernier est traité à chaud dans un bain d’huile de lin, par souci de pérennité. Ces boîtes opaques alternent avec des patios vitrés intégrant des circulations verticales et des passerelles.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°286

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Une salle de spectacle à l'étage noble

Une salle de spectacle à l'étage noble

La construction d'une salle de spectacle au premier étage d'un centre culturel parisien a demandé une consolidation de structure via un dispositif de renforcement et de soutien en voiles béton. À la Goutte[…]

10/04/2019 | Chantier
Des bureaux recomposés sur l'existant

Des bureaux recomposés sur l'existant

IGH (2/6) - L'heure des restructurations

Dossier

IGH (2/6) - L'heure des restructurations

L'immeuble qui Pulse le BIM

L'immeuble qui Pulse le BIM

Plus d'articles