Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

UNE SECONDE JEUNESSE POUR LE CINÉMA GAUMONT CONVENTION

Sujets relatifs :

UNE SECONDE JEUNESSE POUR LE CINÉMA GAUMONT CONVENTION

En plein cœur de la capitale, la reconstruction sensible de ce multiplexe a nécessité la mise en œuvre d'une structure porteuse complexe qui a été réalisée en acier pour perdre le moins de place possible, au sein d'un site hyper contraint.

Implanté place du métro Convention, dans le quartier Saint-Lambert (Paris XVe ), le nouveau Gaumont Convention a réouvert ses portes en mars 2016, après dix-huit mois de travaux, dont trois de démolition. Créé en 1919, ce cinéma de quartier à salle unique, fort prisé de ses habitants, connaîtra plusieurs phases d'agrandissement, jusqu'à sa fermeture, en mars 2014. Ne répondant plus aux attentes des spectateurs et aux normes en vigueur, il était devenu impératif de le rénover et de lui accorder plus de salles et de services, tout en accroissant son confort.

Le bâtiment a fait ainsi l'objet d'un projet complexe de démolition-reconstruction orchestré par l'agence d'architecture Intens-Cité (AIA Associés + J. -P. Buffi). Neuf salles gradinées (six auparavant) offrent désormais 1 253 places, soit 18 % de jauge supplémentaire. Pourvues de sièges club et de fauteuils duo numérotés, elles sont équipées de la dernière technologie de son numérique Dol-by, plus immersif.

Désormais accessible aux personnes à mobilité réduite, le multiplexe propose des boucles magnétiques aux spectateurs malentendants et des casques à audiodescription pour les malvoyants. Quant au nouveau hall d'entrée (400 m²), il propose un point d'information, plusieurs bornes d'achat et de retrait de billets, complétées par d'autres à l'extérieur, une confiserie en libre-service et l'accès à deux salles de projection.

Au sous-sol : une aire d'attente pour le public et trois salles. Le premier étage héberge, lui, un espace de réception, un patio et une grande salle à double hauteur (360 places), alors que le dernier niveau reçoit trois autres petites salles.

Une multitude de contraintes

L'insertion de ces espaces diversifiés au sein du volume existant contraint a nécessité de les répartir sur cinq « strates » et d'agrandir la surface initiale de 1 000 m². Or, les travaux très lourds engagés sur cette opération dépassent la simple rénovation. « La phase de réalisation, explique l'architecte Jean-Pierre Buffi, s'est avérée un challenge, compte tenu de la grande complexité structurelle du nouveau bâtiment édifié en lieu et place de l'ancien multiplexe, de l'exiguïté du terrain et des négociations délicates[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°355

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2016 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Une salle de spectacle à l'étage noble

Une salle de spectacle à l'étage noble

La construction d'une salle de spectacle au premier étage d'un centre culturel parisien a demandé une consolidation de structure via un dispositif de renforcement et de soutien en voiles béton. À la Goutte[…]

10/04/2019 | Chantier
Des bureaux recomposés sur l'existant

Des bureaux recomposés sur l'existant

IGH (2/6) - L'heure des restructurations

Dossier

IGH (2/6) - L'heure des restructurations

L'immeuble qui Pulse le BIM

L'immeuble qui Pulse le BIM

Plus d'articles