Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

Une offre multifonction économique et durable

Sujets relatifs :

Une offre multifonction économique et durable

Après sept années à la tête du service feu du Cstb (1), Thierry Braine-Bonnaire est aujourd’hui en charge de la plate-forme Innovation Arcelor BCS (2). À ce titre, il gère le processus de recueil des idées susceptibles d’aboutir à la mise sur le marché de nouveaux produits..

Les Cahiers techniques du bâtiment : Quels sont vos filtres d’évaluation des recherches en matière d’innovation ?

Thierry Braine-Bonnaire : La direction BCS a été créée pour favoriser le développement de l’utilisation de l’acier dans la construction, soit une approche transversale produits, aciers longs, plats, inox… correspondant au découpage en quatre grands secteurs du Groupe Arcelor. Pour cet exercice, nous nous appuyons sur trois axes essentiels : la pertinence technique, le bon positionnement économique des solutions par rapport à la concurrence et l’accessibilité par le marché. Parce qu’un produit peut déplacer la valeur ajoutée au sein de la chaîne des acteurs traditionnels et être rejeté, nous faisons également appel à des compétences extérieures. Ainsi, j’ai demandé au Cstb de développer un outil d’analyse technico-économique intitulé Flash, pour évaluer la pertinence des idées sur l’ensemble de ces trois axes privilégiés.

CTB : Sur quels déterminants travaillez-vous aujourd’hui ?

Th. B-B. : Trois champs d’investigation ont été définis. Le premier traite des aspects sécurité, stabilité, résistance, confort et santé, liés aux exigences essentielles de la directive « Produits de construction » et progressivement pris en compte dans les réglementations. Le second concerne le développement durable, traduit sous forme de directives, certifications environnementales, etc. Quant à l’axe économique, il représente le principal critère de choix. Il se traduit par la préfabrication et l’industrialisation au maximum des systèmes, afin d’en réduire les coûts. Il faut savoir que cette volonté tend aussi à réduire les nuisances de chantier et l’impact sur l’environnement.

CTB : Quels sont les thèmes retenus en terme d’application ?

Th. B-B. : Nous travaillons sur la fonctionnalisation de l’enveloppe, au travers de revêtements antigraffitis, antirayures, autonettoyants ou plutôt anti-encrassements pour réduire l’entretien, etc. Pour améliorer le bilan énergétique du bâtiment et assurer le confort d’été, nous jouons sur les propriétés radiatives des aciers inox ou des peintures, via des systèmes de brise-soleil qui laissent pénétrer la lumière du jour et repoussent les infrarouges. Autre thème, l’hyper-isolation sous vide pour les éléments de remplissage des façades, sous-chape ou les panneaux solaires. L’idée consiste à utiliser des produits très performants et minces, donc moins visibles, qui facilitent à la fois l’intégration architecturale des systèmes dans l’enveloppe et dans l’existant. Avec des partenaires professionnels, nous réfléchissons à une offre solaire thermique et photovoltaïque en incorporant ces équipements, voire avec des éoliennes intégrées dans les combles moyennant une circulation traversante. Du reste, nous montons un projet européen avec le Cstb autour de cette dimension énergétique et enveloppe à fonctions intégrées. Pour faire face au défi de la population urbaine qui doit passer de 4 à 7 milliards dans les 50 ans à venir, l’Isii (3) lance un vaste programme sur l’image durable de l’acier dans la construction. Au travers des thèmes que sont la recyclabilité, le moindre impact sur le voisinage et l’environnement, la possibilité d’autoconstruction, la résistance aux sollicitations extrêmes de type séisme, les cyclones, etc.

CTB : Concrètement, quelles sont les incidences pour le matériau ?

Th. B-B. : Les recherches portent sur l’acier à cœur pour trouver de nouvelles nuances, pour le rendre moins corrodable, pour améliorer sa résistance et son aptitude à la déformation élastique ou module de Young, voire ses performances intrinsèques à chaud, déjà utilisées dans le secteur automobile. Vis-à-vis du feu, l’objectif est d’offrir des solutions en acier nu, à l’instar de l’inox. Il s’agit également d’optimiser les caractéristiques d’emboutissage et de profilage du matériau, pour garantir la tenue des revêtements ou du prélaquage lors de grandes déformations. Au niveau de la peau, sont concernés les revêtements métalliques ou organiques qui ajoutent des fonctions et une meilleure tenue dans le temps. Sans pour autant dégrader les autres performances de santé pour les environnements intérieurs, par exemple ! L’utilisation des composites ou sandwiches tôle/polymère/tôle permet de combiner l’isolation thermique, acoustique et la légèreté, sans réduire les caractéristiques mécaniques. En assurant une parfaite planéité des surfaces, ces produits servent aussi l’esthétique.

CTB : Et en termes de systèmes ou d’assemblages ?

Th. B-B. : Pour l’individuel, nous élaborons une offre anticyclonique, destinée aux pays tropicaux. Dans ce cas précis, nous nous appuyons sur le concept d’équilibrage des pressions entre l’extérieur et l’intérieur des bâtiments. Un concept développé par le Cstb, notamment en matière de charges agissant sur la toiture. Nous nous intéressons aussi à l’autoconstruction et à la mise en place de systèmes d’assemblage simples avec détrompeurs pour éviter les erreurs. De surcroît, nous sommes en train de lancer l’Aelfk (4) dont le référentiel technique s’appuie sur l’Eurocode 3, partie 1.3.

En clair, ce texte relatif aux systèmes constructifs en profilés minces est l’occasion d’informer et de former l’ensemble des acteurs de ce marché – constructeurs de maisons individuelles, architectes, bureaux d’études, industriels – afin d’accroître la demande autour des procédés du type Styltech. Quant à l’association Acier Construction qui regroupe des partenaires d’autres filières autour du concept Prism (5) basé sur l’utilisation de produits industriels et structures manufacturés, elle poursuit son approche en coût global des solutions poteaux-poutres et partitions dans le logement collectif ­essentiellement social.

CTB : Quelle est la tendance en matière d’offre produits ?

Th. B-B. : La philosophie est aux solutions globales, applicables en neuf comme en rénovation. Ainsi, Global-Floor, système de plancher évolutif à base de poutres alvéolaires et bacs collaborants, propose un rapport portée/encombrement et un coût optimisé. Cette solution utilise le savoir-faire de différentes entités de notre groupe (produits longs, plats et transformés), coordonnées en vue d’une offre globale.

Il s’y ajoute une qualité de service vis-à-vis des bureaux d’études même novices, avec la fourniture du logiciel permettant de calculer la solution optimale en fonction du besoin. Dans cette même logique, sont développés des systèmes de façade en kit, incluant la partie fenêtre parfaitement liaisonnée dans un souci thermoacoustique.

Compte tenu de leur résistance à la corrosion et de leur qualité amagnétique, nous sommes convaincus de l’intérêt économique à utiliser des ronds à béton en acier inoxydable aux endroits les plus exposés d’un bâtiment et dans des environnements très salins. Autre défi pour l’inox, son emploi en canalisations, réservoirs, cuves de stockage des eaux potables, voire des profils reconstitués soudés, pour répondre aux contraintes de pérennité des structures soumises à des ambiances agressives.

Nous pouvons également insister sur l’actuel développement des mailles spiralées, tissées, soudées, faites de fils, ronds, ou petites barres en acier inoxydable de nuances variées, utilisées en façade, caillebotis… L’association d’une tôle perforée ou d’une maille tissée, glissée entre deux plaques de verre, constitue une autre déclinaison séduisante et esthétique. Pour toutes ces évolutions, nous travaillons en parallèle avec les transformateurs et notre partenariat réside surtout dans la communication des produits mis au point.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°242

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

Dossier

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

La reconversion des bâtiments induit de nécessaires adaptations. S’agissant d’édifices patrimoniaux, protégés ou non, l’intervention doit pouvoir faire dialoguer histoire du lieu et nouveaux[…]

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

Dossier

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

La Bourse de Commerce entame une autre vie

Dossier

La Bourse de Commerce entame une autre vie

La Samaritaine fait peau neuve

Dossier

La Samaritaine fait peau neuve

Plus d'articles