Une mégacharpente en acier englobe l’ouvrage existant

Sujets relatifs :

PHOTO - 883791.BR.jpg

Mesurant 75 m de longueur et 45 m de largeur, la charpente principale en acier se compose de huit méga poutres treillis, dont trois poutres caissons au centre (3 m de large et 3,28 m de haut).

© Doc. BET Arches Etudes

À Bourges, le Palais des sports du Prado, érigé en 1969, a été entièrement remanié et sa capacité d’accueil élargie. Une gigantesque structure métallique a été installée et glissée au-dessus de l’édifice en place, sans jamais perturber les activités en cours.

Implanté à proximité de l’ancienne halle au blé, dans l’ouest de Bourges (Cher), le Palais des sports du Prado, construit en 1969, ne comprenait qu’une seule tribune. Il sera ensuite agrandi en 1991 avec la création d’une deuxième tribune, puis en 1998, où une autre tribune sera alors réalisée. Cet équipement, qui accueille le Tango Bourges Basket, la célèbre équipe féminine de basket, fondée en 1967, fait l’objet d’un vaste projet de rénovation mené depuis 2013 par l’architecte de la ville, Samuel Antoine. Le bâtiment existant comprend une grande salle de sport et un gymnase destiné à l’échauffement des équipes ainsi que des locaux dédiés à la préparation physique des joueuses. D’autres abritent l’administration du club et accueillent ses partenaires. Au regard de l’évolution des besoins de ce club de haut niveau, il était devenu impératif d’améliorer les installations, en les remettant aux normes en vigueur (accessibilité et sécurité) et en apportant du confort aux divers espaces. Le projet, ambitieux, réorganise les fonctions internes, avec l’agrandissement de la salle par un prolongement des tribunes latérales, la création d’un hall d’accueil bien identifiable regroupant les accès auparavant dispersés, et une liaison entre les tribunes à l’aide d’un cheminement plus fluide qui court sur le pourtour de l’ouvrage. Tous les locaux en place et créés, y compris les tribunes, sont désormais accessibles à tout le monde. De plus, pour répondre aux critères de l’Euroligue (homologation sportive) et aux recommandations d’accueil de compétition de niveau international de basket, la capacité d’accueil de l’enceinte sportive a été augmentée pour atteindre les 5 000 places requises, dont 1 800 VIP, et doit s’ouvrir à d’autres manifestations sportives, de type handball, volley-ball, badminton…

Une prouesse technique

Un enjeu de taille pour une salle qui, recevant jusqu’alors plus de 3 000 spectateurs, ne pouvait arrêter son activité (matches, compétitions, activités scolaires) pendant la durée des travaux, faute d’un lieu de substitution. Les périodes de trêve sportive, de mai à octobre, ont permis diverses interventions dans l’édifice même. Pour réaliser cet agrandissement hors normes, des moyens techniques d’envergure ont été employés, en s’appuyant sur une solution constructive issue de la technologie particulière des ponts. D’où le choix de la mise en œuvre d’une nouvelle couverture qui coiffe et englobe l’ensemble bâti. L’impressionnante charpente de l’équipement - une mégastructure en acier de 950 t, 75 m de long et de 45 m de large - a été mise en place à 13 m de hauteur. Cette charpente, glissée sur des rails transversaux, par ripage, au-dessus de l’ouvrage existant et de ses nouvelles extensions de tribunes en béton, représente une prouesse technique, le but étant de détruire la structure en place glissée dessous. Autre contrainte complexe : l’équipement est classé depuis 2011 en zone sismique faible Ib, la toiture a donc été calculée selon des critères antisismiques. Sur le plan architectural, les objectifs de l’architecte sont les suivants : estomper l’image disparate perçue de l’édifice et de ses dépendances, générer une unité visuelle globale, créer un fonctionnement intérieur rationalisé et recomposer les abords immédiats.

N°348

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°348

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2016 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Marseille s'offre une cure de thalassothermie

Marseille s'offre une cure de thalassothermie

Le nouvel écoquartier Smartseille, dans les quartiers nord de la ville, est desservi par un réseau d'eau douce tempérée régulé thermiquement par une boucle d'eau de mer. Celle-ci assure le[…]

30/03/2017 | ActualitéChantier
Une toiture-terrasse qui évolue en potager

Une toiture-terrasse qui évolue en potager

L'évêché d'Auch renaît en bâtiment à énergie positive

Dossier

L'évêché d'Auch renaît en bâtiment à énergie positive

Le Supergrid Institute de Villeurbane va s'agrandir

Le Supergrid Institute de Villeurbane va s'agrandir

plus d’articles