Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Une gestion technique optimisée pour consommer deux fois moins

Sujets relatifs :

Une gestion technique optimisée pour consommer deux fois moins

Les 18 CTA Wolf double flux avec roue de récupération assurent la ventilation. (Doc. FP.) La GTB Schneider Electric Continuum est connectée avec quelque 5 000 points des différents systèmes CVC, sécurité, recharge des véhicules électriques, etc. (Doc. Schneider Electric.)

Dès 2010, Schneider Electric met en œuvre des actions d’optimisation au sein de son siège social. Résultat : une consommation qui passe fin 2012 de 150 à 78 kWh/(m 2 .an) en 2012.

État des lieux Des équipements surdimensionnés

L’immeuble tertiaire Le Hive, créé par l’architecte Jean-Michel Wilmotte et situé à Rueil-Malmaison (92), accueille depuis fin 2008 sur 35 000 m 2 le siège social de Schneider Electric. Environ 2 000 personnes ont ainsi été regroupées. Organisé en trois corps de bâtiments sur sept étages, avec au centre un grand patio, le nouveau site a été conçu en 2006 et construit avec un objectif d’efficacité énergétique de la RT 2000.
Le chauffage est mixte à 80 % gaz avec des chaudières Rendamax et 20 % électrique. La ventilation est assurée par 18 CTA Wolf double flux avec récupération. Les poutres froides Swegon sont équipées d’un complément de chauffage électrique et d’un circuit d’eau glacée secondaire. L’enveloppe est en simple peau isolée, hormis une double peau dynamique assurant une isolation phonique aux façades bordant l’A86. Se basant sur le moteur de calcul de la RT 2005, les anciens sites affichaient une consommation moyenne en énergie finale hors process de 320 kWh/m 2 .an. En 2009, du fait de l’efficacité passive de son enveloppe, Le Hive a réduit sa consommation à 150 kWh/m 2 .an. Le pilotage énergétique et la distribution électrique (Schneider Electric) reposent sur une architecture de solutions EcoStruxure, pilotée par une GTB Schneider Electric Continuum. Les systèmes y sont intégrés, tels le CVC, la sûreté et la sécurité, le comptage avec 186 compteurs...
Quelque 5 000 points sont connectés à travers un réseau IP3 mutualisé compatible BacNet et LON. « En 2009 on constate un surdimensionnement des équipements : la consommation est de 150 kWh/m 2 .an et non 110 comme prévu », assure l’Energy Manager, Bertrand Guarinos. Ce surdimensionnement est dû à l’organisation structurelle conçue pour une multilocation : trois parties sans communication et sans mutualisation des équipements. De plus, la régulation des équipements n’est pas optimisée : certains moteurs de pompes sont simplement bridés avec des registres et des vannes.

Mise en œuvre Un RSI de trois à cinq ans

La décision a alors été prise de démarrer une étape active d’optimisation énergétique avec dix actions majeures lancées début 2010. Des variateurs ont été ajoutés aux pompes qui en étaient dépourvues et les salles de réunion furent équipées de capteurs de CO2. Un Free Cooling a été instauré en nocturne pendant l’été. Pour rafraîchir le bâtiment, la ventilation n’est pas coupée. Une boucle de régulation a été ajoutée sur le double flux, afin de mélanger l’air neuf avec l’air repris en fonction des mesures du taux de CO2. Mesures qui sont sécurisées par une redondance de capteurs, dans le but de garantir la qualité de l’air soufflé. La récupération de calories peut ainsi atteindre 80 %, contre 40 à 45 % avec la roue seule.
Locataire du site avec un bail de neuf ans, un des objectifs de Schneider Electric est de chercher un RSI rapide pour les actions engagées. Par exemple, le remplacement des ampoules du hall d’entrée par des Led était rentable sur douze ans, ce qui était trop long. Après études, l’Energy Manager Bertrand Guarinos a constaté que le remplacement annuel des ampoules était coûteux du fait de la hauteur du plafond. Du fait de leur durée de vie trois fois plus longue, l’investissement dans des Led devenait rentable en quatre ans en réduisant le coût de la maintenance. Non seulement les lampes du hall ont été remplacées, mais aussi celles de la cafétéria.
« Cette optimisation technique était indispensable, indique Bertrand Guarinos. Par exemple, la double peau active doit être pilotée précisément, sinon le résultat est catastrophique. Mais cette démarche s’accompagne d’une nécessaire sensibilisation auprès des usagers. »
La stratégie d’optimisation énergétique a d’ailleurs été organisée autour de la création du poste d’Energy Manager, responsable du suivi des consommations et des actions d’efficacité énergétique. Autre pierre angulaire de la démarche d’efficience énergétique : le superviseur logiciel Schneider Electric Energy Operation (Vizelia). Il recueille à intervalles réguliers les mesures de consommation venant de la GTB, ce qui permet par exemple de détecter les fuites d’eau, mais aussi les données provenant d’une ministation météo ou de l’occupation des locaux. Certains chiffres sont entrés manuellement tels que les déchets ou le nombre de réclamations.

Résultats Une certification ISO 50001, gage de pérennité

Cette démarche active d’optimisation a entraîné une chute de la consommation à 110 kWh/m 2 .an pour l’année 2010, puis 78 kWh/m 2 .an en 2012. Et si la consommation de gaz a augmenté de 15 % en 2013, le calcul de normalisation effectué dans Energy Operation, qui tient compte de la météo, de l’ensoleillement, de l’occupation, etc., démontre une amélioration continue de l’efficacité énergétique.
La pérennisation de la démarche passe aussi par la certification, Le Hive étant le premier bâtiment au monde certifié ISO 50001 en juin dernier. « Le guide ISO est un système de management pérenne de l’énergie à mettre en place, qui prend en compte tous les aspects de l’optimisation et pas seulement technologiques », explique Bertrand Guarinos. Cette démarche a nécessité des étapes structurées, un budget, un diagnostic, différents scenarii et ensuite de faire des choix et de vérifier leur impact avec un auditeur extérieur.

N°331

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°331

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Un siège social vêtu de bois dans une ancienne halle ferroviaire

Un siège social vêtu de bois dans une ancienne halle ferroviaire

À Versailles, une charpente en bois a été greffée sur les fermes en acier d'une halle SNCF désaffectée et une structure à poteaux et planchers en bois mise en œuvre conjointement, afin[…]

29/11/2018 | ChantierInnovation
Meccano géant sur le toit d'un bunker

Meccano géant sur le toit d'un bunker

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Plus d'articles