Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Une extension tout en finesse

Sujets relatifs :

Une extension tout en finesse

La structure métallique qui élargit les dix niveaux du foyer de jeunes travailleurs du boulevard Diderot, modernise et rend plus confortable cette ancienne structure de béton. La finesse de poteaux et profilés et la faible épaisseur des planchers collaborants assurent un gain maximum de place et de hauteur sous plafond.

Nommé à l'Équerre d'Argent 2011, le foyer de jeunes travailleurs du boulevard Diderot, dans le XIIe arrondissement de Paris, réhabilité par Suzel Brout, doit beaucoup à l'acier. Car pour élargir l'ancienne construction de béton de dix niveaux et permettre aux quelque 141 studios d'atteindre un niveau de confort supérieur, en particulier grâce à des balcons, l'architecte a prolongé le bâtiment en plaquant contre une de ses façades une structure métallique. Un choix guidé par des considérations à la fois technique et économique. L'extension sur deux niveaux qui prolonge le bâtiment lui-même bénéficie, elle aussi, d'une structure métallique.

Cette conception permettait d'organiser des jeux de façades intérieures (en rentrée pour les balcons ou les coursives) et extérieures, de récupérer simplement les niveaux existants, mais aussi de répondre à des exigences de chantier difficiles, Suzel Brout ayant considéré les données environnementales et « choisi la filière sèche pour réduire la durée du chantier et limiter les nuisances au voisinage ».

Gain de place et performance acoustique

Sur une largeur de 5 à 7 m, une forêt de poteaux monte du sol. Leur dimension est fixée par la volonté de l'architecte d'insérer l'ensemble de la structure métallique dans les cloisons afin d'en limiter au maximum l'impact sur les dimensions des chambres. De la même façon, c'est la faible épaisseur des planchers collaborants qui a permis d'atteindre l'autre objectif d'obtenir une hauteur sous-plafond la plus grande possible, tout en apportant d'indéniables qualités de confort acoustique. La connexion des planchers se faisait à l'existant dont la façade avait été en quelque sorte rabotée.

« Si le dispositif ne fait pas forcément travailler l'acier au maximum de ses qualités physiques, il n'en reste pas moins qu'aucun autre matériau n'aurait permis de réaliser cette extension avec les objectifs fixés », estime Philippe Carrat, de Baudin Châteauneuf qui a réalisé les travaux.

Sur des fondations superficielles, la charpente, dont la précision d'implantation répondait à la précision de préfabrication, a été montée comme un jeu de construction en environ trois mois sur un chantier très étroit ne laissant que très peu de possibilités de stockage. La façade est constituée de plaques d'aluminium anodisé perforé.

Maître d'ouvrage Régie immobilière de la ville de Paris

Maître d'œuvre Suzel Brout, architecte

Entreprise Baudin Chateauneuf en groupement avec Paris-Ouest Construction

N°338

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°338

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Prévue par la loi Confiance du 10 août dernier, l’ordonnance permettra aux maîtres d’ouvrage de déroger à de nombreuses normes de construction. La mouture soumise par le gouvernement à[…]

Le pare-vapeur s'impose sur les toitures étanches en tôles d'acier nervurées pleines

Le pare-vapeur s'impose sur les toitures étanches en tôles d'acier nervurées pleines

Façades et feu : avancées et attentes

Façades et feu : avancées et attentes

Équipements sous pression, simplification et précision de la réglementation

Équipements sous pression, simplification et précision de la réglementation

Plus d'articles