Une double coque en bois coiffe la cathédrale de Créteil

Sujets relatifs :

PHOTO - 895255.BR.jpg

La cathédrale ne pouvant s’étendre au sol, les architectes ont imaginé un déploiement en hauteur, sous la forme d’une coupole en bois, dont la géométrie complexe a nécessité une mise en œuvre pointue des divers composants, majoritairement préfabriqués.

Inaugurée en 1978, Notre-Dame de Créteil (Val-de-Marne) a été conçue par l’architecte Charles-Gustave Stoskopf (Prix de Rome 1933). Caractéristique de l’époque, son architecture discrète, qui abritait une nef de 5,50 m de haut, accueillait quelque 600 fidèles. En 2009, à l’initiative de Michel Santier, évêque du diocèse, l’Association diocésaine de Créteil décide de l’agrandir et de lui apporter davantage d’ampleur afin de mieux l’adapter à l’usage et à l’image que souhaite donner l’église catholique actuelle.

Pour l’agence Architecture-Studio, chargée de ce projet de restructuration, le programme demandait de « doubler la capacité » de l’édifice cultuel pour la porter à 1 100 personnes et de « lui donner une visibilité dans la ville ». « Plus qu’une rénovation, c’est une requalification majeure du lieu de culte proposant, d’un point de vue symbolique et pastoral, un nouveau souffle architectural. La nouvelle cathédrale prend en effet place dans une ville multiculturelle qui comptabilise cinq églises catholiques, dix synagogues, une mosquée, un temple protestant, quatre églises évangéliques, un temple bouddhique et une assemblée bahaï », précisent les architectes. Pour réaliser le projet, qui respecte l’édifice originel en partie gardé, il a fallu démolir la nef et les deux narthex (avant-nef) et reprendre les fondations. À partir du plan originel en forme de double demi-lune, les concepteurs ont traité son extension, par la création du volume de la nef dessiné par deux portions de cercle en bois, en continuité du volume blanc de l’évêché en place et se croisant à l’aplomb de l’autel. S’élevant à 22 m de hauteur, ces figures géométriques épurées font référence à deux mains jointes en prière. À l’image d’un vaisseau renversé, les deux coques, rythmées par de grands arcs en épicéa, enveloppent l’espace interne doté de gradins en mezzanine.

Un dispositif savant de vitraux colorés

Cette charpente à la morphologie complexe s’inscrit et se développe en parallèle à l’axe liturgique liaisonnant la chapelle, le baptistère et l’autel. Elle compte une succession d’arcs en bois lamellé-collé d’épicéa, supports des coques, dont les rayons de courbure diffèrent. Cette structure sophistiquée insère un dispositif savant de vitraux colorés imaginé par l’artiste Udo Zembok et que les architectes définissent comme « un autre mouvement, un autre axe, perpendiculaire au précédent, qui traverse l’espace de la cathédrale ». À l’intersection des arcs, une bande de vitraux rouges, bleus et verts parcourt la nef d’est en ouest, en faisant varier la luminosité intérieure, au gré des heures. À l’extérieur, les vêtures des coques et du clocher sont, elles aussi, traitées en bois, suivant des lignes parallèles aux arcs. Les carrelets de pin douglas mis en œuvre sont prégrisés, leur garantissant un vieillissement homogène. À l’intérieur, la charpente est parée de panneaux en peuplier préfabriqués et traités pare-feu.
Côté organisation des fonctions, le chœur remodelé se prolonge par des tribunes en hémicycle, dont la flexibilité d’usage intègre les gradins de l’auditorium et de la salle de conférences. Ceux-là, équipés de parois amovibles ouvrant sur la nef, sont placés de part et d’autre de la chapelle et distribués par une galerie d’exposition reliant les deux narthex d’entrée, les accès d’origine (est et ouest) ayant été rénovés. Le versant sud est flanqué, quant à lui, du bâtiment de l’évêché conservé en l’état. Le clocher, enfin, trop petit, a été remplacé par une flèche de 44 m de haut qui loge les trois cloches de l’ancien campanile et signale l’entrée de la cathédrale.

N°350

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°350

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2016 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Le plus long viaduc de France

Vidéo

Le plus long viaduc de France

Qualifiée par certains de route la plus chère au monde, la nouvelle route du littoral (NRL) permettra à terme de désengorger Saint-Denis de la Réunion. La NRL comprend deux digues et un viaduc qui, avec ses 5,4[…]

18/01/2017 | Gros oeuvreInfrastructures
Une machine à carreler pour booster votre productivité

Une machine à carreler pour booster votre productivité

Grand Palais : une coupole à rajeunir

Grand Palais : une coupole à rajeunir

La toiture de la gare TGV de Montpellier en dentelle de béton fibré inox

Diaporama

La toiture de la gare TGV de Montpellier en dentelle de béton fibré inox

plus d’articles