Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Une barrière parfaite à l’air

Sujets relatifs :

Le système mis au point par Soprema avec le concours de différents organismes assure une parfaite continuité de l’étanchéité à l’air. Bien mieux il permet de repérer facilement tout défaut et est réparable très rapidement.

Impliquée dès le début des recherches du CTICM, Soprema a joué le jeu de soumettre à l’épreuve des contrôles des bâtiments tertiaires de ses agences régionales. Ces constructions métalliques avaient été édifiées en partie avec des matériaux du groupe par sa filiale entreprise. L’opération a été menée avec plusieurs partenaires : le Prebat, l’Ademe, le CSTB et le CETE de Lyon.

Ce dernier qui a développé une expertise particulière dans le domaine de l’évaluation thermique et de l’étanchéité à l’air a mené une campagne de mesures sur des bâtiments construits en 2002 ou 2003 que leur propriétaire croyait performants. Les résultats ont constitué une mauvaise surprise puisque la moyenne de passage a été constatée à 5 m3/m2/h en

moyenne pour des ouvrages dont l’Ubat était de 0,5 à 0,6. Les analyses ont permis de relever les points de fuite les plus systématiques, en particulier aux jonctions entre toiture et bardage.

Soprema a travaillé sur des concepts plus performants, notamment pour l’étanchéité à l’air. « Je voulais un système simple à poser et le plus fiable possible dans la mesure où le chantier comporte suffisamment d’aléas pour ne pas conditionner la performance à une pose trop complexe », explique Denis Lenhen, Directeur technique de Soprema Entreprise. C’est pourquoi j’ai rejeté les systèmes utilisant des joints comprimés délicats à mettre en œuvre. »

En toiture, un pare-vapeur est directement collé sur le bac acier et crée la barrière étanche. En façade, le complexe est organisé dans un bardage double peau avec son remplissage de laine minérale et, entre isolant et peau extérieur et derrière l’armature de la peau extérieure, un produit Soprema conçu pour être posé comme écran de sous-toiture et qui se présente sous la forme de rouleaux de 1,50 m de large pour 50 m de long.

Il fallait donc lier intimement les lés entre eux. Différents essais ont été réalisés avec des scotchs dont aucun n’a donné satisfaction. Aussi la composition du produit a-t-elle été modifiée pour en permettre la soudabilité à l’air chaud comme pour une membrane synthétique. Parallèlement, différentes solutions étaient étudiées pour traiter les points singuliers et à risque, comme les menuiseries, les chevêtres ou longrines.

Quant à la liaison entre façade et toiture, sa continuité est assurée par un raccordement de cet écran au pare-vapeur du bac acier. On constitue

ainsi une protection absolument continue de l’ouvrage.

Le système a été testé sur trois agences Soprema et les résultats des mesures prises après travaux sont éloquents.

Sur un bâtiment d’une architecture très simple puisqu’il représente un carré de 30 m de côté, à Brest, la mise en œuvre de ce dispositif a permis de passer d’un coefficient de perméabilité de 5 à seulement 0,36. À Poitiers où la construction est plus complexe, les tests du 11 avril 2011 ont montré un niveau de 0,18 pour un Ubat de 0,30 ! Deux constructions désormais certifiées HQE.

Soprema disposant aussi d’une filiale spécialisée dans les lanterneaux, leur amélioration est effective. « Mais nous continuons des recherches pour améliorer le facteur de jour », précise Denis Lenhen qui estime à 20 % de surinvestissement (dans le prix de la façade) le dispositif d’étanchéité à l’air. « Mais il présente deux avantages irremplaçables, le système de pose permet une vérification visuelle simple, et, en cas d’incident, l’ensemble est aisément réparable par pose de rustines. »

N°311

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°311

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Prévue par la loi Confiance du 10 août dernier, l’ordonnance permettra aux maîtres d’ouvrage de déroger à de nombreuses normes de construction. La mouture soumise par le gouvernement à[…]

Le pare-vapeur s'impose sur les toitures étanches en tôles d'acier nervurées pleines

Le pare-vapeur s'impose sur les toitures étanches en tôles d'acier nervurées pleines

Façades et feu : avancées et attentes

Façades et feu : avancées et attentes

Équipements sous pression, simplification et précision de la réglementation

Équipements sous pression, simplification et précision de la réglementation

Plus d'articles