Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

Un standard destiné à la rénovation

Sujets relatifs :

Un standard destiné à la rénovation

À la fois principe, standard et certification, EnerPHit est l’adaptation du concept Passivhaus à la réhabilitation de bâtiments existants.

La réhabilitation thermique des bâtiments existants doit être effectuée aujourd’hui selon des critères extrêmement exigeants. Il est effectivement préférable d’anticiper en se basant sur des réglementations thermiques futures (plutôt que sur celles en cours) et de rénover à un degré de performance optimal, afin de rentabiliser l’intervention.

Des solutions mesurables, reproductibles et certifiables

L’Institut Maison passive à Darmstadt (Allemagne) d’une part, et l’Institut de l’énergie du Vorarlberg (Autriche) d’autre part, forts de leur expérience sur plus de 30 000 bâtiments neufs conçus selon le principe passif, ont récemment accompagné d’études très détaillées des dizaines de projets de réhabilitation thermique.
À la suite de ces expériences, ils proposent un standard thermique de réhabilitation dont l’objectif est la mesure d’une faisabilité généralisée dans un cadre donné de rentabilité. Ce standard, baptisé « EnerPHit », limite les besoins de chauffage d’un bâtiment réhabilité à 25 kWh/m 2 /an avec une valeur cible d’étanchéité de 1 volume d’air/heure, tandis que le standard de Maison passive en construction neuve fixe le plafond à 15 kWh/m 2 /an pour une valeur cible d’étanchéité à l’air de 0,6 v/h. L’étude de nombreux projets par la simulation de diverses solutions a permis de conclure que le standard passif strict est trop difficile à obtenir en réhabilitation avec un budget raisonnable, tandis que le plafond de 25 kWh/m 2 /an apparaît comme généralement faisable, en termes d’économie d’énergie sur vingt ans.
EnerPHit part de l’idée que les solutions constructives en rénovation thermique doivent porter prioritairement sur l’enveloppe du bâtiment. Des solutions de détails ayant déjà fait leur preuve en construction neuve sont alors nommées : « composants Maison passive ». Il ne s’agit pas ici de produits, mais de solutions irréprochables, expérimentées et vérifiées, ainsi que d’éléments certifiés par l’Institut Maison passive, tels que des fenêtres et portes d’entrée. De nombreux « composants Maison passive » sont ainsi répertoriés par l’Institut de biologie du bâtiment autrichien (IBO), dans le Passivhaus-Bauteilkatalog (bilingue allemand-anglais).

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°315

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

IGH (2/6) - L'heure des restructurations

Dossier

IGH (2/6) - L'heure des restructurations

Des programmes d'envergure apportent un nouveau souffle à des IGH vieillissants tout en les adaptant à l'évolution des exigences et des usages. Façades mal isolées, parfois en simple vitrage,[…]

14/03/2019 | Chantier
IGH (3/6) - Des consommations optimisées

Dossier

IGH (3/6) - Des consommations optimisées

IGH (4/6) - Mieux protéger du feu en résidentiel

Dossier

IGH (4/6) - Mieux protéger du feu en résidentiel

IGH (6/6) - Du vert en hauteur

Dossier

IGH (6/6) - Du vert en hauteur

Plus d'articles