Dossier

Un rendu des projets affiné à la portée de tous

Sujets relatifs :

PHOTO - 868073.BR.jpg

Cette vidéo d’une minute du projet de boutique des biscuits Mistral à Quetigny (Côte-d’Or) a été réalisée par un novice en moins d’une demi-journée. Auparavant, il fallait compter plusieurs jours avec des outils spécialisés. (Images extraites du clip).

© Doc. Jean-Christophe Bounon

Images réalistes, vidéos de qualité, impression 3D… les nouveaux outils de rendu bousculent les habitudes. À bas prix, ils améliorent la présentation des projets lors des concours.

Elle est loin l’époque où les architectes confiaient à des artistes la « libre représentation » de leurs projets. Désormais, ils exploitent directement leurs fichiers de conception assistée par ordinateur (CAO) pour obtenir des images réalistes, réaliser des vidéos, imprimer une maquette en 3D. À tel point que les donneurs d’ordres réclament ces rendus réalistes dans leurs appels d’offres ou la présentation de concours. Certes, la fonction « rendu » existe dans la plupart des progiciels de conception, mais les architectes veulent une meilleure qualité.

Complémentarité

Des applications spécifiques comme Maya ou 3dsmax (Autodesk), Cinema 4D (Maxon), ZBrush (Pixologic) ou Vue (E-on) sont indéniablement performantes, mais leur manipulation reste complexe. Or, depuis peu, de nouveaux outils simples et peu chers ont vu le jour. Angélique Gault, architecte associée chez Idea Architectes à Nantes, utilise l’éditeur d’image Artlantis d’Abvent dans la plupart de ses vues de présentations : « L’image 3D est très complémentaire du plan papier. Pour montrer et échanger sur le fonctionnement ou les aménagements intérieurs d’un bâtiment industriel par exemple, il vaut toujours mieux avoir un support plan. Mais pour présenter l’enveloppe extérieure du bâti, comprendre son implantation ou son environnement, la vue réaliste s’avère bien plus efficace. »
Côté animation vidéo, c’est Twinmotion qui bouscule les habitudes. Économique, ce logiciel édité par la PME strasbourgeoise Ka-ra facilite la vie du concepteur qui manipule sa maquette comme dans un jeu vidéo, choisit ses matériaux, l’éclairage et les textures, plante le décor, ajoute des personnages ou des véhicules en mouvement. Les petits maîtres d’œuvre autant que les grands opérateurs l’utilisent. Comme Jean Christophe Bounon à Joux-la-ville (Yonne) pour animer les boutiques de la biscuiterie Mistral (voir les captures ci-dessus). Ou Christophe Gardelle, project manager chez Aéroport de Paris (ADP), pour dimensionner les espaces de circulation et la signalétique : « Dans un aéroport, il y a beaucoup d’éléments visuels complexes à mettre au point, seule la vision 3D en prévisualise l’impact. »
Mais la dernière tendance est l’impression 3D d’une vraie maquette. Pas besoin de s’équiper en interne, des prestataires proposent ce service. « Même si la demande est plus faible que prévue, elle est poussée par les maîtres d’ouvrage, d’abord avec des impressions rapides en monochrome, pour des installations sur un plan-masse, des études ou la présentation au client, » note Hugo Prilliez, responsable 3D chez Techniplan. L’usage de la couleur sert à présenter un projet dans son futur environnement, un véritable plus lors d’un concours ou d’une exposition. L’impression est réalisée en plastique, poudre minérale ou, de moins en moins souvent, en résine. Elle coûte 4 à 5 fois moins qu’une maquette traditionnelle et est 100 fois plus rapide à réaliser. « Comparativement, le rapport prix-performance est très bon, estime Hugo Prilliez. D’autant qu’il est possible d’imprimer différentes versions d’un même projet. » Reste à améliorer la définition des surfaces et la finesse des détails, des fils (câblages) ou des parois minces. Du coup, les échelles ne sont pas toujours respectées pour que l’objet imprimé ne casse pas. Mais n’était-ce pas aussi le cas des maquettes en carton ?


N°345

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°345

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Quatre gymnases municipaux en régions

Dossier

Quatre gymnases municipaux en régions

Les gymnases « nouvelle génération » offrent une grande diversité de réponses techniques et architecturales, notamment axées sur la recherche de performance énergétique et de[…]

23/02/2017 |
Rénovation énergétique du patrimoine

Dossier

Rénovation énergétique du patrimoine

« Le bâti ancien appelle des solutions non standardisées »

Interview

« Le bâti ancien appelle des solutions non standardisées »

L'évêché d'Auch renaît en bâtiment à énergie positive

Dossier

L'évêché d'Auch renaît en bâtiment à énergie positive

plus d’articles