Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

Un nouveau souffle pour l'autoconsommation photovoltaïque

Hugo Leroux

STOCKAGE

Le recours aux batteries, une perspective encore lointaine
L'usage de batteries de stockage pourrait améliorer le taux d'autoconsommation photovoltaïque, limité à environ 35 % dans le résidentiel. « Il restera toujours illusoire de viser 100 % d'autoconsommation et l'affranchissement du réseau électrique, estime Marion Perrin, responsable du service stockage et systèmes électriques au CEA-INES. Cela impliquerait soit de surdimensionner à la fois l'installation photovoltaïque et la batterie pour fonctionner au cœur de l'hiver, soit de réduire drastiquement les consommations, comme dans les refuges de montagne déconnectés du réseau. En revanche, une batterie de 6 à 8 kWh permettrait, d'après nos simulations, des taux d'autoconsommation jusqu'à 65 %. » Mais ces solutions souffrent encore de coûts prohibitifs et « l'amortissement est difficile hors DOM-TOM, pour des sites isolés du réseau ou aux besoins industriels particuliers », confirme Benjamin Cano, consultant Energy & Utilities chez Yélé Consulting. Le coût des batteries lithium-ion, de l'ordre de 1 000 €/kWh installé chez le particulier, est en revanche tiré vers le bas par l'essor du véhicule électrique. De nombreux constructeurs auto se tournent ainsi vers le marché du stockage stationnaire, à l'image de Tesla, qui a fait grand bruit avec sa PowerWall : une batterie domestique de 7 kWh vendue 3 000 €. « Toutefois, cela n'intègre pas la partie conversion et connexion au réseau, précise Marion Perrin, pour qui un prix de 500 €/kWh d'ici à cinq ans serait plus envisageable. Mais, même avec une telle hypothèse, la rentabilité serait encore difficile à trouver dans des projets d'autoconsommation, car la différence entre le prix du kWh PV stockage et le prix de l'électricité du réseau serait encore trop faible pour justifier l'investissement. En Allemagne, où l'électricité du réseau est deux fois plus chère, les particuliers commencent à s'équiper sans subventions parce qu'ils savent que ce seront des opérations à euro positif. »

Un nouveau souffle pour l'autoconsommation photovoltaïque

Le lycée des Mauges, à Beaupréau (49) est équipé par EDF ENR d'une installation en revente et d'une autre en autoconsommation.

© EDF ENR

Des décrets récents apportent un cadre légal et des incitations financières à l'autoconsommation d'électricité photovoltaïque. Un changement qui pourrait bouleverser la manière de consommer l'énergie. Exemple avec les premiers projets engagés.

Des panneaux photovoltaïques en toiture, une production intégralement injectée sur le réseau public et vendue à un tarif préférentiel garanti sur vingt ans : tel était, jusqu'à présent, le principe quasi-systématique des installations solaires dans le bâtiment. Mais ce modèle pourrait disparaître sous l'effet de la baisse des tarifs de rachat avec, par conséquent, une rentabilité de plus en plus difficile à trouver.

À la place, les projets d'autoconsommation, dans lesquels la production d'électricité profite en partie ou intégralement au bâtiment hôte, pourraient se multiplier. Et pour cause : le tarif du réseau semble voué à augmenter sous le triple effet de l'opération « grand carénage » du parc nucléaire, chiffrée à 55 Mrds €, de la modernisation du réseau et de l'intégration continue des énergies renouvelables.

Dans le même temps, le prix des panneaux photovoltaïques connaît une chute vertigineuse et ininterrompue ces dernières années : de 4 €/Wc au début des années 2000 à environ 0,50 €/Wc aujourd'hui.

L'Acti'Parc des Sables à l'Étang salé, à La Réunion, mis en service par la Semader (Société d'économie mixte d'aménagement et de développement de La Réunion), dispose d'une installation de production d'énergie solaire de 31,2 kWc en autoconsommation avec stockage.

Vers 10 000 nouvelles installations par an

Avec 14 000 clients répertoriés en juin 2017 en autoconsommation, le gestionnaire de réseau En-edis prévoit ainsi une croissance de 10 000 nouvelles installations par an. La parité de production est déjà d'actualité dans le Sud de la France où le kWh photovoltaïque peut revenir à 0,12 €, contre 0,15 €/kWh TTC pour le réseau… Surtout, l'arrêté tarifaire du 10 mai 2017 publié au Journal officiel fixe, pour la première fois, des subventions aux installations en autoconsommation (lire ci-contre), pour les installations de moins de 100 kWc. Signe qui ne trompe pas, les énergéticiens EDF ENR et Engie ont ainsi proposé des offres à destination des particuliers. Bien que consommant de manière très discontinue - principalement le matin et le soir -, ces derniers peuvent couvrir jusqu'à 35 % de leurs besoins électriques. Voire 45 % en décalant certaines consommations en journée (machines à laver, chauffe-eau électriques, etc… ). Des systèmes de box développés par les énergéticiens, des start-up - comme la montpelliéraine Comwatt - ou des acteurs de la domotique permettent notamment de mieux piloter ces consommations.

LES TARIFS DE RACHAT

Photovoltaïque autoconsommé ou revendu sur le réseau ?
Le nouvel arrêté tarifaire photovoltaïque pour les installations inférieures à 100kWc, publié au Journal officiel le 10 mai 2017, marque plusieurs nouveautés : 1 - La fin progressive de l'intégration systématique au bâti (IAB) - jusqu'ici favorisée - avec une prime dégressive par trimestre jusqu'à disparition en septembre 2018. Les tarifs seront alors alignés avec ceux des installations en surimposition ou au sol. 2 - Une prime pour les installations en autoconsommation et pour le rachat des kWh autoconsommés. Aucun dispositif n'existait pour favoriser l'autoconsommation jusqu'ici. 3 - L'obligation que l'installateur soit qualifié « RGE » pour bénéficier du tarif d'achat et de la prime d'autoconsommation.

 

Tertiaire, industrie ou grande distribution proches des 90 %

Les gros acteurs, qui achètent leur électricité sur le réseau à des tarifs plus abordables (0,07 à 0,09 €/kWh TTC), peuvent aussi y trouver un intérêt : « Les industries, les bâtiments tertiaires ou les supermarchés ont un profil de consommation plus en phase avec la production photovoltaïque que le résidentiel, de par l'usage d'équipements, d'éclairage ou de meubles frigorifiques en journée », détaille Éric-David Emsallem, directeur d'Apex Énergies.

Quelque 97% de l'électricité produite par les ombrières photovoltaïques du centre Auchan Dardilly (69), conçues par Helexia, sont autoconsommés.

En dimensionnant l'installation au plus juste pour limiter l'investissement, des taux d'autoconsommation allant jusqu'à 90 % peuvent être atteints. « Techniquement, pour le propriétaire du site et du point de vue de l'installation, l'autoconsommation ne change rien. Il ne se rendra pas compte si les électrons proviennent du toit ou du réseau… La seule différence sera au niveau de la facture, car moins d'électricité sera soutirée du réseau en cas d 'autoconsommation », précise Aymeric Barret, responsable du bureau d'études Tecsol.

Pour doper le marché, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a lancé, depuis septembre 2016, des appels d'offres trimestriels pour les installations de plus de 500 kWc, avec, à la clé, des subventions sur l'équipement et sur les kWh autoconsommés. Par exemple, la PME de plasturgie Ad Majoris, qui figure parmi les premiers lauréats dans un projet mené avec EDF ENR, devrait ainsi couvrir, selon le journal Les Échos, autour de 10 % de sa facture grâce à la couverture d'un tiers de sa toiture de panneaux photovoltaïques, pour un retour sur investissement estimé à onze ans.

« L'intérêt pour les clients est aussi de sécuriser une partie de leur approvisionnement énergétique sur vingt ans, dans un contexte de renchérissement de l'électricité réseau », relève Clément Goubert, ingénieur à la Direction productions et énergies durables (DPED). Si ce système d'appels d'offres prendra fin en 2020, les subventions devraient, à terme, être rendues inutiles par la baisse continue du coût des installations solaires.

Le levier du collectif

Dans l'intervalle, un autre bouleversement reste à venir : celui de l'autoconsommation collective. Son cadre réglementaire a été fixé, pour la première fois, par le décret du 30 avril 2017. L'idée est de répartir l'électricité photovoltaïque entre plusieurs habitants d'un même immeuble, ou qu'un bâtiment bénéficiant d'une orientation favorable au solaire puisse alimenter des logements ou des bureaux voisins.

Enedis participe ainsi à une dizaine d'expérimentations allant dans ce sens, comme celle de Perpignan (lire page suivante). Les utilisateurs doivent alors s'organiser sous la forme d'une personne morale contractualisant avec le gestionnaire de réseau. Par ailleurs, les possibilités d'échange d'électricité sont limitées à l'aval de la borne basse tension, donc à l'échelle du pâté de maison ou du quartier.

Enfin, un tarif d'acheminement de l'électricité similaire à celui que paient les gros producteurs (Turpe), mais adapté aux petites quantités, sorte de « micro-Turpe », sera défini d'ici à 2018. Pour Enedis, il s'agit de s'assurer que ces échanges d'électrons verts « privés » transitant par le réseau public ne nuiront pas à son équilibre et contribueront à ses coûts d'entretien.

 

N°365

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°365

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2017 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Un panel de solutions pour mettre les sols à niveau

Un panel de solutions pour mettre les sols à niveau

Minces, parfaitement planes, résistantes et légères, les chapes fluides offrent performances, facilité de mise œuvre et suivi qualité rigoureux, de la formulation à l'application.[…]

30/10/2018 | Technipédia
Data centers (1/3) – La course à la sobriété des data centers

Data centers (1/3) – La course à la sobriété des data centers

Data centers (2/3) – À la recherche des frigories gratuites

Data centers (2/3) – À la recherche des frigories gratuites

Data centers (3/3) – Des installations sous surveillance

Data centers (3/3) – Des installations sous surveillance

Plus d'articles