Dossier

Un même profilé aluminium pour le bardage et les brise-soleil

Sujets relatifs :

PHOTO - 880814.BR.jpg

Coveris a conçu un profilé en aluminium qui maintient à la fois les vitrages du bardage (verres pincés assimilés VEA) et les brise-soleil vitrés en drapeau. La préfabrication des échelles en atelier a optimisé la mise en œuvre sur le chantier.

Son voile en béton circulaire largement vitré et habillé d’un bardage et de brise-soleil en verre caractérise le nouveau palais de justice de Foix (Ariège), qui totalise 4 320 m2 de surface de plancher. Les travaux ont commencé en novembre 2013 pour s’achever cette année. La surface de façade (1 760 m2) alterne un bardage noir en verre émaillé et des châssis de ventilation, tels que voulus par l’architecte Philippe Gazeau. Encastrés en drapeau, perpendiculaires au plan de la façade et disposés verticalement en alternance, des brise-soleil en verre feuilleté (860 m2) protègent des surchauffes. Une tôle en inox microperforée (0,5 mm d’épaisseur) est insérée dans l’intercalaire.

Deux ouvrages imbriqués

« Tout le travail sur cette installation a été d’imbriquer ces deux ouvrages, initialement conçus comme deux éléments indépendants, explique Jean-François Capdessus, directeur technique de Coveris. Nous sommes repartis d’une feuille blanche pour trouver un profilé aluminium permettant d’assurer à la fois le maintien du bardage et des brise-soleil. Cela nous a conduits à adapter le système VEC initialement prévu pour le bardage, qui ne nécessite pas de cadre périphérique autour de chaque vitrage, et à passer à un système pincé qui pouvait maintenir le brise-soleil uniquement sur le côté. » Le vitrage du bardage est constitué de verres pincés (assimilés à du vitrage extérieur attaché, VEA) hors avis technique, qui ont requis une procédure d’Atex.
La plupart des composants ont dû être créés. Les contraintes d’espace, de délais et de budget ont conduit à la réalisation d’éléments préfabriqués en atelier. Les 125 échelles de toute la hauteur de la façade (8 m), intégrant les bardages pincés et l’isolation du bâtiment, ont ainsi été réalisées dans l’atelier de Coveris à Gradignan, près de Bordeaux. Le cadre soudé en aluminium (8 x 0,7 m), prééquipé pour être posé à l’aide de pattes sur la façade et accueillir les brise-soleil, intègre un verre émaillé noir trempé (ép. 6 mm), une lame d’air et la laine de roche. Les brise-soleil ont été mis en place sur le chantier, au sol, après le transport depuis l’atelier des échelles sur des racks spécialement conçus : ils sont encastrés dans une feuillure verticale, constituée par le profilé aluminium créé, puis maintenus par des cales biaises calibrées et enfoncés au maillet. Une vis traversante sécurise l’ensemble. Les éléments de bardage ont été levés et mis en place à l’aide d’une grue, après avoir installé les pattes de fixation sur la façade. Les 125 échelles ont ainsi été montées tout autour de la façade circulaire, où alternent brise-soleil larges et étroits, verticalement et horizontalement. Grâce à la préfabrication, la mise en œuvre a été rapide (moins de trois mois), de manière à libérer rapidement la grue du chantier.
Un essai en soufflerie a été réalisé au CSTB pour contrôler la tenue et le maintien des vitrages pincés assimilés VEA. Plusieurs tests ont également été menés pour les brise-soleil. Dans leur composition, les verres feuilletés intègrent une feuille en inox microperforée. Il fallait éviter que le film micro ne soit plié, gondolé, ou rayé et qu’il conserve une surface homogène. Un contrôle qualité au moment de l’insertion des tôles acier dans l’intercalaire des feuilletés a été effectué, ainsi qu’un test spécifique (bake test), d’ordinaire réservé aux panneaux photovoltaïques. Ce dernier a notamment permis de vérifier que la dilatation différentielle entre la tôle d’inox et le vitrage ne posait pas problème. Un autre test avec une alternance de cycles de température a été mené pour valider la bonne tenue dans le temps des feuilletés. Enfin, un essai de maintien a été réalisé par l’organisme public, avec comme base de référence celle d’un garde-corps en verre horizontal, encastré en pied, dont s’est inspiré Coveris pour concevoir les brise-soleil encastrés verticalement en feuillure.

N°347

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°347

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2015 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Technipédia : Traitement du bois

Dossier

Technipédia : Traitement du bois

Le traitement du matériau est un sujet central dans la construction bois. Obligation d'autorisation de mise sur le marché, choix du traitement de prévention et de son procédé de mise en oeuvre ou lutte[…]

01/06/2017 | MateriauxInnovation
"Le réemploi, une pratique à massifier"

Interview

"Le réemploi, une pratique à massifier"

Réglementation : les AMM changent la donne

Dossier

Réglementation : les AMM changent la donne

Quel traitement préventif pour une bonne durabilité

Dossier

Quel traitement préventif pour une bonne durabilité

Plus d'articles