Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Un mât d’éclairage qui économise l’énergie

Sujets relatifs :

Un mât d’éclairage qui économise l’énergie

Réduire de 47 % l’énergie consommée par un mât d’éclairage, c’est ce que propose la société nantaise TMC Innovation avec le mât Lunik. Il se caractérise par son cordon de 21 leds, préinstallé à une hauteur de 1,20 ou de 1,50 m du mât. Outre la lanterne classique, ce cordon diffuse un halo lumineux horizontal à 360°. Grâce à ces deux équipements, il est possible d’éteindre la lanterne une partie de la nuit (entre 23 h et 5 h) tout en maintenant un balisage de l’espace. Il est particulièrement adapté aux parkings, aux voies d’accès, aux zones commerciales, etc. où il sécurise le cheminement, signale les passages piétons, guide les malvoyants et diminue la pollution lumineuse nocturne. Le cordon de leds est habillé de deux rondelles d’acier inoxydable au milieu desquelles se trouve une rondelle en polyméthacrylate de méthyle (Pmma) dépolie. Le Pmma a été choisi pour sa résistance mécanique, sa diffusion du faisceau lumineux et l’étanchéité qu’il apporte aux leds. Avec 1 cm d’épaisseur, il est quasiment incassable et brûle difficilement. Toujours pour limiter le vandalisme, les vis de serrage sont dissimulées au niveau de l’embase. Ce système facilite le remplacement des leds, en général après 10 ans d’utilisation, la durée de vie moyenne de ces lampes étant d’environ 50 000 h. La mise en œuvre équivaut à celle d’un mât classique avec un coffret de classe ii et un coupe-circuit. Le branchement s’effectue sur une phase différente de l’éclairage public afin de piloter les leds indépendamment de la lanterne. TMC innovation prévoit d’ailleurs d’intégrer prochainement un module électronique pour dissocier les allumages. L’ensemble est déjà breveté et le nom Lunik déposé. Trois communes ont déjà commandé plusieurs mâts Lunik pour des petites places ou des voies d’accès d’hôpitaux. Le prix fourni/posé pour des mâts de 4 m de hauteur est d’environ 1 500 j, soit un surcoût de 20 % par rapport à un mât classique, pour un amortissement estimé à 10 ans.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°286

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Les défis des IGH bois et du réemploi

Les défis des IGH bois et du réemploi

Dans le cadre de notre série de 21 entretiens consacrés à l'innovation en 2018, les experts interviewés ont mis en avant un ou deux exemples remarquables. Vous les retrouvez ici. Aujourd'hui, la[…]

11/01/2019 | ActualitéInnovation
"Climat, urbanisation... Nous devons changer notre façon de faire" - Bureau Veritas (3/21)

"Climat, urbanisation... Nous devons changer notre façon de faire" - Bureau Veritas (3/21)

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

E+C- et RE2020 à la croisée des chemins

E+C- et RE2020 à la croisée des chemins

Plus d'articles