Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Un manteau 100 % chanvre

Sujets relatifs :

Un manteau 100 % chanvre

La pose commence à la base du mur, avec ici un plancher surélevé sur des pilotis.

Traditionnelles dans plusieurs régions françaises, les couvertures en chaume incluant des façades habillées de chaume posent de sérieux problèmes de mise en œuvre et d’homologation. Réalisé en Vendée, le Centre Beautour qui abrite le musée de la biodiversité en est l’exemple type.

Le programme d’extension et l’esprit du Centre Beautour sont directement liés à la personnalité d’un homme exceptionnel : Georges Durand (1886-1964). Homme de droit et politique, passionné de sciences naturelles, celui-ci va pendant soixante-dix ans recueillir et collectionner près de 5 000 oiseaux, 15 000 papillons, coléoptères et de nombreux herbiers, dans lesquels figure la quasi-totalité des 45 000 espèces de la flore française.

Le projet se donne pour ambition la mise en valeur de ce travail par la restauration de la maison et du parc longtemps abandonnés de Georges Durand. De plus, sont créés un musée et un centre de recherche sur la biodiversité. L’ensemble abrite différents supports pédagogiques et scientifiques au service de la biodiversité, avec une expérimentation en vraie grandeur dans les jardins d’une dynamique de gestion et d’évolution du site. Le bâtiment sujet de cet article s’inscrit dans ce contexte.

Refusant de concevoir un second volume compact, qui viendrait en quelque sorte « rivaliser » avec la demeure historique restaurée, l’architecte a imaginé un volume de forme organique, s’étirant sur plus de 100 m et axé sud-ouest/nord-est, enveloppant en son centre le pignon sud-est de la maison ancienne. Pour réduire son impact sur le sol et préserver la biodiversité, le bâtiment de plain-pied est surélevé au moyen de pilotis. Son plancher porté par des poutres en lamellé-collé de 40 cm d’épaisseur s’élève en pente douce jusqu’à son extrémité sud-ouest rehaussée de 3,5 m au-dessus du sol naturel. Des rampes dans la circulation longitudinale au nord et des escaliers ponctuant la galerie extérieure au sud multiplient les accès.

L’implantation du bâtiment crée une longue façade à redents orientée sud-ouest/sud-est. De larges baies vitrées diffusent la lumière naturelle et la chaleur solaire dans les locaux principaux : accueil, documentation, salles d’exposition et de conférences, atelier et salon pédagogiques, restauration... Jean-Pierre Ménard

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°328

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2013 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Inauguration de L'Arbre blanc, à Montpellier

Inauguration de L'Arbre blanc, à Montpellier

L’Arbre Blanc, œuvre architecturale iconique conçue par les architectes Nicolas Laisné, Manal Rachdi, Dimitri Roussel et le japonais Sou Fujimoto, dont c’était la première en Europe, est[…]

20/06/2019 | Chantier
Empilement de dominos blancs

Empilement de dominos blancs

Un immeuble-pont au-dessus des rails

Un immeuble-pont au-dessus des rails

Le BPE ne perd plus les eaux

Le BPE ne perd plus les eaux

Plus d'articles