Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

Un lieu qui combine hygiène, convivialité et sécurité

Sujets relatifs :

Un lieu qui combine hygiène, convivialité et sécurité

L’accès au réfectoire du lycée Václav-Havel de Bègles (33) est protégé par un auvent. La façade vitrée d’une des salles à manger laisse pénétrer largement la lumière du jour à l’intérieur. (Docs. Agence Ersol.) L’une des salles à manger du lycée est divisée en petits espaces cernés par des écrans pare-vue. Le plafond suspendu comporte des bandes acoustiques en mousse de 60 cm de haut. Le self-service carrelé du lycée est insonorisé grâce à des baffles acoustiques ovales suspendus. L’éclairage est assuré par des tubes à lumière.

Autrefois bruyant et inhospitalier, le réfectoire est devenu un lieu agréable qui fait l’objet d’un traitement spécifique, pour que les enfants ou adolescents puissent se retrouver entre eux au sein d’un espace soigné, éclairé naturellement et sécurisé.

Plus de 6 millions d’élèves mangent à la cantine dans l’Hexagone - soit un élève sur deux en primaire, et deux collégiens et lycéens sur trois - ce qui représente près d’un milliard de repas servis tous les ans dans les établissements scolaires. Face à ce constat, il est essentiel que la conception de cet espace soit bien étudiée, tant au niveau de l’architecture et de l’organisation spatiale, que du confort, de la sécurité et de l’hygiène.

Les différences entre établissements sont surtout liées à l’âge des enfants accueillis. Dans le cas du réfectoire d’une école maternelle ou de la section des petits de l’école élémentaire, les enfants sont servis à table. Cette organisation change pour les plus grands qui se servent eux-mêmes. Aussi, le groupe scolaire Romain-Gary de Thiais (94), ouvert en septembre 2012, a été conçu par l’architecte Jean-Pierre Lott. Il réunit, écoles maternelle et élémentaire, halte-garderie, restaurant, gymnase et parking, l’école primaire étant innervée par un hall spectaculaire.
L’école maternelle abrite les deux salles à manger vouées aux enfants des deux écoles. La salle des enfants de maternelle est accolée à une serre tropicale qui « fragmente et décloisonne les espaces en différentes zones, met en contact les trois niveaux de l’école, offre des vues intéressantes et sert de repère aux enfants », précise l’architecte. Elle apporte également de la lumière naturelle et un écrin végétal au cœur du complexe. Le traitement acoustique performant du réfectoire conjugue un sol en résine coulée, un faux plafond en dalles de plâtre perforées (Gyptone) et un habillage des murs béton d’un isolant en laine de roche recevant un lattage en bois vertical. Côté hygiène, le volume est agrémenté d’une ventilation mécanique double flux.
Au collège et au lycée, où les élèves sont devenus autonomes, le système de restauration développé est celui du self-service.

Éclairage naturel privilégié

Le lycée polyvalent Václav-Havel, réalisé en 2012 à Bègles (33), par l’agence Ersol, Philippe Véron, Alain Ducasse et Dominique Gorse architectes, peut accueillir 1 427 élèves, dont 200 internes. « Il nous a semblé plus intéressant de concevoir deux salles de restauration de 321 et 272 m2, au lieu d’un seul grand hall qui n’aurait pas été très intime.
Nous avons recherché des volumes de salles qui soient plus à l’échelle, pour créer une ambiance un peu lounge et échapper à l’image négative de la cantine », remarque l’un des architectes Alain Ducasse.
Les deux salles sont équipées d’écrans pare-vue les divisant en petits espaces. Une troisième salle de 54 m2, vouée aux commensaux (visiteurs et professeurs), vient en tampon entre les deux autres. Le système de distribution en libre-service adopté est le « scramble », un concept de kiosques dissociés, répartissant plats chauds et froids et laissant le choix aux élèves.
Sur le plan du confort, l’éclairage naturel est assuré par des façades pourvues de larges bandeaux vitrés et par un patio central. Côté acoustique, les bruits d’impact du sol en grès cérame sont amortis par un plafond suspendu formé de baffles à éléments verticaux en mousse de 60 cm de hauteur par 6 cm d’épaisseur.
Si les murs sont parés d’un revêtement acoustique, le plafond de la zone self est muni de panneaux acoustiques ovales suspendus en mousse mélaminée revêtue de textile rouge. Quant au volet sécuritaire, une détection incendie est présente dans l’ensemble de l’édifice.
La grande salle du restaurant (> 300 m2) est dotée d’un système de désenfumage entre elle et le self.
Un cloisonnement isolant entre le restaurant et les autres locaux a été mis en place : une paroi CF ½h, des portes PF ½h et ferme-portes avec la laverie et la salle des commensaux ; une paroi CF 1h, des portes CF ½h et ferme-portes avec la cuisine fermée ; et un châssis vitré et des portes CF sur ventouses asservies, entre les deux réfectoires.

N°322

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°322

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2013 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

Dossier

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

La reconversion des bâtiments induit de nécessaires adaptations. S’agissant d’édifices patrimoniaux, protégés ou non, l’intervention doit pouvoir faire dialoguer histoire du lieu et nouveaux[…]

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

Dossier

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

La Bourse de Commerce entame une autre vie

Dossier

La Bourse de Commerce entame une autre vie

La Samaritaine fait peau neuve

Dossier

La Samaritaine fait peau neuve

Plus d'articles