Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

Un éclairage adapté à l’activité de l’ouvrage

Sujets relatifs :

Un éclairage adapté à l’activité de l’ouvrage

Dans les bâtiments aveugles (chais), l’éclairage peut être assuré par des downlights pour l’ambiance générale et des encastrés orientables équipés de lampes halogènes TBT qui mettent l’accent sur les barriques de chêne. (Doc. Erco. Château Haut-Macô/Architecte Patrick Mousseigne.).

Les besoins en éclairage sont très différents d’un type de bâtiment à l’autre. Néammoins, tous bénéficient des avancées en matière de fluorescence qui améliorent la qualité lumineuse, limitent la maintenance et diminuent les consommations.

De la part d’un agriculteur, édifier un bâtiment agricole ­témoigne d’un pari courageux sur l’avenir. À l’investissement financier s’ajoute le choix d’un système d’exploitation, avec ses répercussions sur les conditions de travail et sur le cadre de vie. L’exploitant doit intégrer de nombreuses contraintes zootechniques, architecturales, réglementaires, économiques et environnementales. Aussi, s’entourer de spécialistes s’avère indispensable. L’intensité et l’uniformité des éclairements, l’efficacité et la longévité des lampes constituent les principales caractéristiques à considérer dans le choix et la conception d’un système d’éclairage. La couleur et le facteur de réflexion des surfaces éclairées (murs et plafonds) ont aussi une grande influence sur l’efficacité de l’installation. Ainsi, des murs et plafonds de couleur blanche réfléchiront mieux l’éclairage et en augmenteront l’efficacité. Les valeurs indiquées ci-après sont des niveaux d’éclairement moyens à maintenir (1), recommandés par l’Association française de l’éclairage. Ils varient de 25 à 250 lux en fonction de l’activité ou du type de bâtiment. Il s’agit de : 25 lux (30) pour les étables et les couloirs d’alimentation ; 40 lux (50) pour les poulaillers ; 125 lux (150) pour les salles de traite et la préparation des aliments du bétail ; 250 lux (300) pour les ­laiteries.

Il est souhaitable de se référer aussi à la nouvelle norme européenne EN 12-464 relative à l’éclairage des lieux de travail (2). L’efficacité lumineuse, la durée de vie, la température de couleur et l’indice de rendu des couleurs (IRC) sont les caractéristiques à connaître. Comme on le constate dans le tableau (p. 52), c’est l’éclairage fluorescent qui est le plus efficace et le plus économique même si l’incandescent, moins performant, est encore largement installé. Toutes les lampes à décharge (fluorescentes, iodures métalliques, sodium haute pression) sont les plus efficaces. Ainsi, les tubes fluorescents électroniques et les lampes aux iodures métalliques sont 3 à 5 fois plus efficaces que les lampes incandescentes.

Efficacité lumineuse et durée de vie des lampes

De façon générale, compte tenu de l’efficacité, de la longévité, des coûts d’installation et d’opération, il est recommandé de mettre en œuvre des systèmes d’éclairage par tubes fluorescents et/ou par lampes fluocompactes pour l’ensemble des bâtiments agricoles. Différentes implantations peuvent être utilisées en fonction du type de bâtiment (animaux, produits frais ou machines). De préférence, l’éclairage général doit donc être réalisé en fluorescence, soit avec :

– des tubes haut rendement, pour leur efficacité lumineuse élevée. À consommation égale à celle d’un tube ordinaire, ils fournissent plus de lumière, avec un très bon IRC, et leur durée de vie utile est exceptionnelle : à 12 000 h, ils conservent encore plus de 90 % de leur flux lumineux ;

– des tubes 16 mm électroniques dont l’efficacité lumineuse est légèrement supérieure aux tubes haut rendement et dont les pertes du flux lumineux sont encore plus faibles par rapport aux tubes ordinaires (95 % du flux initial à 10 000 h) ; et dont les dimensions réduites permettent d’obtenir des luminaires plus plats (moins de 6 cm) et plus esthétiques, qui s’intègrent parfaitement dans les modules normalisés de faux plafonds ;

– des lampes fluocompactes d’intégration (pour les installations neuves) qui se fondent, avec des fortes puissances, dans un large choix d’encastrés ronds, rectangulaires, ou « de substitution », c’est-à-dire avec culot à vis ou à baïonnette, pour les installations existantes (tableau des équivalences).

Les lampes fluorescentes ­offrent :

– une maintenance réduite : en remplaçant un tube standard par un tube haut rendement ou 16 mm, ou une lampe incandescente par une fluocompacte professionnelle (15 000 h), l’exploitant gagne en qualité et quantité de lumière, avec l’assurance que les futurs changements de ­lampes seront plus espacés ;

– une diminution de la puissance installée : en cas de rénovation complète de l’installation, ces lampes peuvent réduire le nombre de luminaires pour un ­niveau d’éclairement équivalent.

De plus, l’utilisation de tubes T5 permet d’obtenir un meilleur bilan environnemental qu’avec les tubes fluorescents conventionnels : moins d’énergie consommée, moins de mercure mis en œuvre (moins de 3 mg par lampe), moins de lampes à recycler compte tenu d’une durée de vie plus longue et moins de matière première utilisée pour la fabrication du produit ; impossibilité, lors de la maintenance, de revenir à des lampes bas de gamme. Enfin, le ballast électronique allonge la durée de vie des lampes et permet, dans les versions « démarrage à chaud », d’adapter des systèmes de gestion, générateurs d’éco­nomies. Dans le cas de rénovation succincte, il est possible de remplacer les lampes incandescentes par des fluocompactes de substitution, sans changer de luminaires. Le tableau­ (p. 51) donne les équivalences des différentes puissances.

Éclairages particuliers des étables et des chais

Un éclairage approprié, en plus de faciliter le travail du producteur, rend les tâches plus sécurisées et améliore l’efficacité des travailleur. En ce qui concerne les animaux (ex. étables laitières), des recherches en Amérique du Nord ont démontré qu’un éclairage de 150 à 220 lux (durant une période de 16 à 18 h, suivie d’une période d’extinction de 6 à 8 h) accroît la production de lait de 5 à 16 % (8 % en moyenne). Tandis qu’une durée de 14 h par jour, augmente la prise alimentaire d’environ 6 %, améliore la reproduction et assure un meilleur développement des génisses. Habituellement, les chais sont des bâtiments aveugles, dans lesquels la température ambiante doit respecter des critères propres à la production du vin. Par ailleurs, il est ­nécessaire d’avoir des lampes avec un excellent rendu des couleurs pour vérifier la couleur du vin, au fur et à mesure de son vieillissement dans les barriques de chêne. Il est donc recommandé de choisir des lampes à faible dégagement de chaleur (type lampe fluorescente) ou, dans le cas où l’on privilégie l’IRC et que l’on préfère des lampes halogènes, de les implanter, soit en indirect, soit à une grande distance des barriques ou des fûts. Il existe sur le marché plusieurs types d’éclairage, tous ne sont pas adéquats pour les bâtiments agricoles. Il importe donc de consulter des spécialistes avant le choix et l’installation.

Par ailleurs, l’accumulation de poussière et de saleté, sur les surfaces et sur les ­luminaires ou les lampes, réduit considérablement l’intensité lumineuse. Il est donc important de nettoyer périodiquement les lampes et les surfaces éclairées si on veut prévenir les pertes de luminosité.

Incandescence Fluocompacte
25 W 5 W
40 W 7 W
50 W 9 W
60 W 11 W
75 W 15 W
100 W 20 W
Type de lampes Puissance en watts(W) Température de couleur en degrés kelvins (K) Indice de rendu des couleurs(IRC) Efficacité lumineuse en lumens par watt(lm.W-1) Durée de vie(heures)
Incandescentes classiques 40 à 400 2 700 100 11 à 19 1 000
Halogènes tension normale (230 V) 25 à 500 2 900 à 3 000 100 13 à 20 2 000
Iodures métalliques à brûleur céramique 35 à 250 3 000 à 4 200 80 à 97 54 à 95 6 000 à 15 000
Tubes fluorescents standard 18 à 58 2 900 à 6 500 50 à 76 64 à 80 8 000
Tubes fluorescents haut rendement 18 à 58 2 700 à 6 5000 85 à 98 73 à 103 12 000 à 16 000 (avec ballast électronique)
Tubes fluorescents électroniques 16 mm 14 à 80 2 700 à 6 500 85 à 95 96 à 104 16 000 à 20 000
Fluocompactes à culot à broches 5 à 70 2 700 à 5 000 85 50 à 87 12 000 à 15 000
Fluocompactesprofessionnelles culot E14/E27/B22 5 à 27 2 700 à 4 000 85 44 à 87 12 000 à 15 000
Sodium haute pression 10 à 250 2 000 à 2 500 65 à 80 47 à 150 6 000 à 12 000

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°246

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

Dossier

Reconvertir des bâtiments patrimoniaux

La reconversion des bâtiments induit de nécessaires adaptations. S’agissant d’édifices patrimoniaux, protégés ou non, l’intervention doit pouvoir faire dialoguer histoire du lieu et nouveaux[…]

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

Dossier

Changement de cap pour l'Hôtel de la Marine

La Bourse de Commerce entame une autre vie

Dossier

La Bourse de Commerce entame une autre vie

La Samaritaine fait peau neuve

Dossier

La Samaritaine fait peau neuve

Plus d'articles