Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

UN COUVENT JACOBIN MIS EN LÉVITATION

Sujets relatifs :

UN COUVENT JACOBIN MIS EN LÉVITATION

1Le couvent repose sur des pieux et des micropieux, ainsi que sur l'ossature en béton créée, alors que le sous-sol a été excavé.

© Willy Berré

Le couvent des Jacobins à Rennes se métamorphose en un centre de congrès.

Pour doubler la surface de l'édifice historique, il a fallu réaliser, sous ce dernier, trois niveaux enterrés ainsi qu'un bâtiment greffé à l'ouest et une aile au nord, ce qui a nécessité des travaux hors normes, tant pour la reprise en sous-œuvre que pour la structure.

Datant du XIVe siècle, l'ancien couvent des Jacobins à Rennes (Ile-et-Vilaine) va retrouver une seconde jeunesse avec sa reconversion en centre de congrès, un projet confié en 2010 à l'agence d'architecture bretonne Jean Guervilly et aux architectes en chef des monuments historiques Alain-Charles Perrot et Florent Richard. Classé à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en septembre 1986, puis aux monuments historiques en 1991, cet ouvrage remarquable, qui devint propriété de la ville en 2002, abrite une abbatiale, un cloître et des bâtiments conventuels. Élément majeur de requalification urbaine, ce futur centre répondra à des critères d'accueil internationaux et recevra diverses sortes d'évènements. Implanté en cœur de ville, il sera desservi par le métro, avec parkings publics et, d'ici à 2017, par la ligne LGV, le situant à une heure et demie de Paris.

Le projet architectural s'articule autour de trois objectifs : restaurer le couvent, créer un auditorium pouvant accueillir de grands orchestres symphoniques, comme celui de Bretagne, et bénéficier d'un centre de congrès attractif. Pour intégrer de multiples fonctions à caractère culturel, il a fallu agrandir et doubler la surface du bâtiment, en prolongement et en sous-sol. Une salle de spectacles de 300 places dévolue à des concerts, conférences et défilés occupera la nef de l'église, tandis qu'une vingtaine de salles de réunion modulables destinées aux cocktails, séminaires, etc. , se déploiera à proximité, dans la partie patrimoniale. Et, si sous le jardin du cloître, prendra place une salle de congrès de 500 places à plat et à configuration variable, l'aile neuve créée à l'ouest du couvent logera un grand auditorium de 1 000 places. Avant le début du chantier, des fouilles archéologiques, gérées par l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), se sont déroulées de novembre 2011 à avril 2013, dans les cours nord et ouest du site, à l'intérieur de l'église et dans le jardin du cloître. D'importants vestiges gallo-romains ont été exhumés, ainsi que de nombreuses sépultures, ce site ayant servi de lieu d'inhumation entre le XVe et le XVIIIe siècle.

Reprise en sous-œuvre de haute volée

Ce projet d'ampleur a nécessité un certain nombre de techniques[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

N°354

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°354

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2016 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

31 mètres, c'est la hauteur du bâtiment Perspective récemment inauguré à Bordeaux. Un édifice de 7 niveaux conçu en structure bois poteau-poutre qui met à l'honneur le bois massif,[…]

12/11/2018 | ActualitéChantier
Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Une réhabilitation respectueuse des matériaux anciens

Une réhabilitation respectueuse des matériaux anciens

Le dôme géant du ZooParc de Beauval sort de terre

Le dôme géant du ZooParc de Beauval sort de terre

Plus d'articles