Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Un campus où le béton donne le ton

Carol Maillard

Sujets relatifs :

, ,
Un campus où le béton donne le ton

© Vinci-CBC

La construction de la future ENS Paris-Saclay a permis de mettre en œuvre des éléments structurels novateurs, comme des murs banchés isolés ou encore des poutres caissons ventilées.

L'École normale supérieure (ENS) a été créée en 1956 à Cachan (94). La nouvelle ENS Paris-Saclay, qui ouvrira ses portes à la rentrée 2019, fait l'objet d'un projet de construction situé dans la partie sud du plateau de Saclay (91), au cœur de la zone d'aménagement de Moulon et sur une parcelle de 3 hectares. Cet établissement d'enseignement supérieur d'excellence en sciences et technologie fait partie du vaste ensemble, dévolu à la recherche et à l'innovation, qui regroupe plusieurs grandes écoles, telles que Polytechnique, Centrale Supélec, Mines-Télécom, etc. Caractérisée par une forte interdisciplinarité, l'ENS a la particularité de proposer de nombreuses disciplines touchant aux sciences fondamentales et de l'ingénieur, et aux sciences humaines et sociales. Elle regroupe trois entités : douze départements d'enseignement, treize laboratoires de recherche et trois instituts interdisciplinaires de recherche.

Le projet urbain d'envergure a été conçu par l'agence Renzo Piano Building Workshop (RPBW) qui a remporté le concours d'architecture lancé en 2013. D'une surface totale de plancher de 62 550 m², ce complexe universitaire bioclimatique comprend huit bâtiments qui abriteront des services administratifs, des salles de cours, des espaces de vie étudiante, un théâtre, un amphithéâtre, une cafétéria, un restaurant, etc.

Le bâtiment principal nord (à gauche) longe le futur jardin central, lequel est bordé au sud des cubes du théâtre et de l'amphithéâtre (à droite) et des autres édifices (est et ouest).

Immense cloître central


Axonométrie sud-ouest d'ensemble des huit bâtiments de l'ENS Paris-Saclay, organisés autour d'un jardin central d'un hectare, à l'image d'un cloître.

Ces édifices s'articulent autour d'un jardin intérieur d'un hectare dessinant une place centrale qui, dotée d'un bassin, s'apparente à « un cloître » géant. Le plus imposant est le bâtiment nord (220 m x 45 m) de quatre étages, dont le niveau bas de 8 m de haut repose sur un sous-sol. Rythmé par quatre halls successifs, l'édifice est percé d'une rue-atrium (12 m de large et 16,60 m de haut) coiffée d'une verrière, sur laquelle donnent des bureaux, des salles de cours et de TP, et des laboratoires. Inscrits dans un plan orthogonal, les bâtiments, conçus en blocs séparés par des failles, ont été réalisés en structure béton.

« Nous trouvons du béton sous toutes ses formes et plusieurs modes opératoires ont été utilisés dans la gestion du gros œuvre du chantier », fait valoir Olivier Canat, ingénieur et responsable structure et enveloppe du pôle AIA de Lyon, à l'origine de la conception structurelle. La première étape du gros œuvre a eu lieu sur le bâtiment principal nord, où le sous-sol (14 000 m²) a été réalisé à l'aide de voiles béton par passes, avec le coulage de murs périphériques en creusant, selon l'avancement du terrassement. 


Chaque édifice a été construit avec un système poteaux-poutres constitué de poteaux carrés (40 cm) de 3,84 m de haut mis en place tous les 5,40 m, et de poutres de rive formant des portiques, sur lesquels reposent les planchers de portée variable.

Entre les doubles blocs construits, se glisse une faille d'une trame de 5,40 m de largeur qui a été bâtie à l'aide de voiles[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°374

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2018 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

"L'impression 3D pour de nouvelles perspectives architecturales" - TPF-I (10/21)

"L'impression 3D pour de nouvelles perspectives architecturales" - TPF-I (10/21)

Les Cahiers techniques du bâtiment ont donné la parole à 21 experts pour identifier ce qu'a été, en 2018, l'innovation en France et à l'international, ses freins et ses leviers. Une[…]

22/01/2019 | ActualitéInnovation
Le BIM et les IGH bois préconstruits

Le BIM et les IGH bois préconstruits

Dis Google, crée moi une smart city

Dis Google, crée moi une smart city

BAU 2019 : le verre est bombé, plissé, occultant et plus

BAU 2019 : le verre est bombé, plissé, occultant et plus

Plus d'articles