Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Un béton écologique innovant à base de terre

Sujets relatifs :

Un béton écologique innovant à base de terre

Imaginé par un entrepreneur haut-normand, le Cematerre, conçu à partir de terre crue stabilisée et renforcée de fibres de lin, présente une alternative environnementale au béton classique. Grâce à son procédé de fabrication novateur, il devrait redonner un avenir à la construction en terre.

Puisant ses racines dans la tradition et la modernité, le Cematerre pourrait bouleverser le monde de la construction. C’est la pénurie de matières premières sur les chantiers d’infrastructures routières, obligeant les entreprises à mêler la terre du site à de la chaux et du ciment pour obtenir un matériau dur, qui est à l’origine de sa création. En observant ce procédé de « substitution » des granulats, Alain Lefebvre, directeur d’une entreprise de génie civil à Gonfreville-l’Orcher en Seine-Maritime, a eu l’idée de le mettre en application « à la verticale », pour la construction.

Un matériau « mis à disposition » sur site

Utiliser les ressources disponibles sur un site pour y construire un ouvrage est une méthode simple, naturelle et ancestrale. La terre crue a servi de matériau de construction pendant des millénaires, avec notamment en Europe les techniques de pisé et torchis. Présente partout en grande quantité et à faible profondeur, la terre ne nécessite pas de cuisson et pas - ou peu - de transport. Son utilisation comme matériau constructif consomme très peu d’énergie grise. Et ses défauts, faible résistance mécanique et érosion, peuvent être gommés par son association avec des fibres et liants.

Trois fois plus isolant que le béton

De cette réflexion est née chez le chef d’entreprise l’idée d’un béton de terre qui, associé à un procédé de mise en œuvre par vibration, serait destiné à la réalisation d’éléments porteurs. Constitué de terre, chaux, ciment et fibres de lin, le Cematerre a demandé trois ans de recherche. Alain Lefebvre, associé à un ingénieur en génie civil et à des chercheurs de l’université du Havre-CNRS, a développé le cahier des charges du projet, puis procédé à tous les tests nécessaires - traction, dilatation thermique, fluage, gel/dégel - afin d’obtenir un matériau répondant aux normes constructives. Le résultat, encore amené à se développer par la suite, présente déjà des performances très intéressantes. Véritable alternative environnementale au béton traditionnel, le Cematerre affiche des qualités d’isolations thermique et acoustique trois fois supérieures. En revanche, son niveau de résistance mécanique étant trois fois moindre, il nécessite d’augmenter l’épaisseur des murs. Il est toutefois adapté à la réalisation d’édifices de plusieurs étages sans contraintes particulières.

Bâtiment écoconstruit

Le produit présente un intérêt environnemental à la fois dans sa production et dans son utilisation. Pour limiter au maximum les transports, une centrale de malaxage a été spécialement conçue, afin de produire le matériau sur chantier. Créée par HPL Distrimix, fabricant de centrales à béton, cette malaxeuse adaptée au matériau terre affiche une capacité de production d’environ 100 m 3 /jour. Après sa fabrication, le Cematerre se met en œuvre comme du béton classique : le mélange effectué dans la malaxeuse est coulé dans un coffrage, tassé, puis vibré à l’aiguille. C’est ce procédé de vibration, d’habitude réservé au béton, qui présente une vraie innovation par rapport aux techniques constructives traditionnelles en terre. Il permet notamment de diviser par six le temps de mise en œuvre.
Le premier bâtiment réalisé en Cematerre, un immeuble de bureaux BBC de 600 m² sur deux niveaux, a été livré en février 2012 à Gonfreville-l’Orcher.
Grâce à un système élaboré de capteurs, les évolutions spatiotemporelles de la construction seront suivies durant dix ans par le CNRS et l’université du Havre. Trois autres projets d’envergure sont déjà en cours de réalisation ou à venir. Dans l’attente de l’Agrément technique européen du Cstb, l’entreprise Cematerre a déposé un brevet international pour le matériau et son procédé de construction.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°315

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2012 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Grès cérame (1/2) - Le XXL repousse les limites de l'agencement

Enquête

Grès cérame (1/2) - Le XXL repousse les limites de l'agencement

L'aménagement intérieur trouve de nouvelles opportunités avec les carrelages très grand format pour sols et murs, mais aussi pour le placage de mobilier, de plans de travail ou encore de vasque. Le marché[…]

20/05/2019 | Produit
Grès cérame (2/2) - 50 nuances de grès

Enquête

Grès cérame (2/2) - 50 nuances de grès

Parrot lance un drone thermique professionnel ultra compact

Parrot lance un drone thermique professionnel ultra compact

Planchers techniques (1/2) - Un invariant pour des usages en mutation

Enquête

Planchers techniques (1/2) - Un invariant pour des usages en mutation

Plus d'articles