Un avatar pour vérifier la faisabilité du BIM FM

Sujets relatifs :

,

Marcello Caciolo Chef de projet innovation chez Engie Axima : « L'avatar sert à de multiples usages que nous avons identifiés »

« Grâce à notre expertise globale dans l'avatar numérique du bâtiment, nous cherchons à devenir un acteur global de la démarche BIM-FM et le BIM manager de l'exploitation. C'est l'idée dégagée par le POC [Proof of concept] de l'expérimentation de Bouguenais. La maquette numérique d'exploitation est unique, elle est découpée en éléments selon chacun des métiers de l'exploitant. Elle est stockée dans un cloud sécurisé de type Azure opéré par Microsoft. Cela facilite les accès par de multiples intervenants. Le retour d'expérience nous montre clairement les atouts potentiels de la démarche afin d'obtenir un cahier des charges détaillé des objets propres à chaque usage. L'avatar sert alors de multiples usages d'exploitation. Comme par exemple le « space planning » ou l'aménagement des bureaux, la gestion de patrimoine, l'exploitation au jour le jour, ou le calcul des coûts énergétiques notamment. »

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

PHOTO - 7104_451622_k16_k15_1113447.jpg

Engie Axima a lancé, en 2016, un projet pilote d'avatar numérique de bâtiment existant sur cet immeuble tertiaire à Bourguenais, en région parisienne.

© Axima

Créé à partir des plans existants, l'avatar numérique de ce bâtiment a été enrichi de données et d'objets génériques. Ce POC (de l'anglais : proof of concept ou démonstration de faisabilité en français) est concluant et montre les nombreux usages du BIM FM.

En février 2016, Engie a lancé un projet pilote régional sur un bâtiment de bureaux de 5 000 m² sur deux niveaux déjà édifié en 2013, à Bourguenais, en banlieue nantaise. L'avatar du bâti a été créé en trois semaines à partir des plans originaux, extraits au format DWG d'une maquette créée sous Revit à l'époque de la construction, sans opérer de scan 3D du bâti. À cette géométrie, Axima a ajouté les données et les objets génériques, ceux généralement produits en phase construction étant la plupart du temps trop lourds à manipuler. Plusieurs usages en découlent : 1. D'abord en lien avec la GMAO (gestion de maintenance assistée par ordinateur). La maquette est alors utilisée pour visualiser les équipements et accéder aux équipements internes. Les DOE sont alors repris et intégrés sous forme numérique. Pour visualiser les équipements et les réseaux en direct les opérateurs utilisent alors une tablette connectée à l'avatar. Ce travail est un véritable changement culturel pour les équipes de maintenance. 2. Ensuite pour accéder aux informations de façon synthétique. Le but est d'aboutir à un véritable tableau de bord d'analyse utile aux gestionnaires et un aperçu utile aux techniciens chargés de la maintenance. 3. Enfin, l'avatar est utilisé pour explorer les techniques de maintenance du bâtiment et pour réfléchir sur les usages. Les résultats obtenus sont positifs. Ils permettent d'analyser la représentation des circulations et des réseaux, la visualisation étant assurée avec un logiciel élaboré par la start-up Stéréograph (Lille). Le problème reste toutefois la lourdeur de la maquette. Avec une application BIM classique, l'accès aux données est souvent lent, il est donc nécessaire de recourir à un viewer.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°359

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2017 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

BIM in the USA

BIM in the USA

La digitalisation de la construction semble acquise aux États-Unis. Mais le pays de l'Oncle Sam est-il pour autant en avance sur la France ? Petit tour de l'actualité numérique à Boston pour s'en rendre[…]

BFUP : La guerre des bétons ?

BFUP : La guerre des bétons ?

Le Sycabel édite son guide RPC câbles

Le Sycabel édite son guide RPC câbles

PaintUP robotise l'entretien et la peinture sur grande façade

PaintUP robotise l'entretien et la peinture sur grande façade

Plus d'articles