Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Tribune - "Les tendances futures en matière d'énergies solaires et renouvelables"

AUTEUR

Peter Thiele, Président de Sharp Energy Solutions en Europe

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Tribune -

Tribune libre de Peter Thiele, Président de Sharp Energy Solutions en Europe, concernant le développement des technologies au cœur des modules solaires et en matière d'énergies renouvelables pour l'année et la décennie à venir.

Dans les 12 à 24 mois à venir, les énergies solaires et renouvelables continueront à se démocratiser, notamment grâce à des actions de sensibilisation et à une meilleure compréhension des avantages de l'autoconsommation et de la création décentralisée d'électricité.

Au niveau commercial, nous allons assister à une multiplication contrôlée de centrales plus vastes afin de tirer profit de parcelles de terre non utilisées. Les anciennes bases militaires et autres aéroports désuets pourront en effet être facilement convertis en installations photovoltaïques. Cette stratégie s'accompagnera d'une meilleure compréhension de ce qui doit être accompli au niveau législatif pour soutenir les énergies renouvelables.

Enfin, au niveau des technologies elles-mêmes, les petits modules photovoltaïques résidentiels à batteries continueront à s'améliorer sur le plan de leur efficacité énergétique globale, notamment grâce à l'introduction de nouvelles compositions chimiques.

Les tendances de demain en matière d'énergie solaire

Les modules photovoltaïques sont globalement arrivés à maturité ; c'est donc au niveau des cellules solaires que l'on devrait assister à des améliorations visant à offrir un meilleur rendement et à augmenter la puissance des produits. Bien que nous utilisions toujours les technologies les plus récentes, les cellules utilisées dans les panneaux solaires sont en pleine révolution technologique. Ils sont aujourd'hui plus efficaces, ce qui répond aux attentes du marché.

Ces produits sont généralement le résultat d'un assemblage de cellules cristallines en silicium ; les contacts situés aux niveaux supérieur et inférieur permettant au flux d'électricité de les parcourir. Cependant, la lumière est souvent légèrement bloquée par la grille permettant de contrôler ce flux. Grâce à la technologie baptisée « back contact » : l'ensemble des contacts sont placés à l'arrière de la cellule, la surface avant n'est donc nullement ombragée, ce qui augmente considérablement l'efficacité du module.

Pour les terrains plus étendus, il s'agira désormais de trouver de meilleurs agencements de modules installés en série. Nous avons commencé il y a quelques années avec des tensions pouvant aller jusqu'à 600 volts, ce qui signifiait qu'il était possible de connecter jusqu'à 12 modules en série. Aujourd'hui, jusqu'à 1 000 volts sont pris en charge, et la tendance est à des tensions encore plus élevées afin d'approcher les 1 500 volts. Ainsi, dans l'avenir proche, jusqu'à 25 modules pourront être connectés en série, et seul le dernier sera connecté à l'onduleur, réduisant ainsi considérablement les coûts.

Dans les pays développés, le photovoltaïque et autres énergies renouvelables prendront une place toujours plus importante, et deviendront des technologies obligatoires dans le domaine de la construction. Ces modules seront ainsi installés sur les toits, et s'accompagneront de batteries et de systèmes de gestion de l'énergie placés à l'intérieur de chaque nouveau bâtiment.

Pour le chauffage des foyers, les solutions classiques telles que les chaudières à gaz laisseront place à des formes d'énergie plus renouvelables, notamment le photovoltaïque. D'autres idées prendront forme : des vélos motorisés seront mis à disposition des citoyens, tandis que ceux qui en auront vraiment besoin pourront s'orienter vers des voitures électriques qui, dans les 3 à 5 prochaines années, seront alimentées par leurs propres systèmes décentralisés.

N'oublions pas non plus le rôle de plus en plus important du numérique et sa capacité à produire des installations plus intelligentes. Nous pourrions bientôt assister à l'émergence de systèmes capables de communiquer les uns avec les autres, créant ainsi des parcs décentralisés d'équipements capables de s'autogérer afin d'assurer une production d'électricité stable vers le réseau.

La prochaine génération de systèmes profitera également d'une connectivité accrue. Les individus auront ainsi la possibilité d'adopter le modèle de l'autoconsommation et de contrôler d'eux-mêmes où leur énergie est utilisée à leur domicile. En outre, si les véhicules électriques représentent bien l'avenir, quoi de mieux que de pouvoir les recharger à l'aide de l'énergie verte créée soi-même ? Et pour les trajets plus longs et de ville en ville, les trains alimentés par une électricité renouvelable ont tout de la solution idéale.

Pour finir, la révolution numérique et la décentralisation permettront de développer de nouveaux modèles économiques basés sur des solutions de partage d'électricité solaire entre voisins. En effet, grâce à la blockchain ou à d'autres cryptomonnaies, il est désormais possible de générer de l'électricité et de la vendre à un tiers dans le cadre d'une relation contractuelle. Cette solution est encore marginale, car elle nécessite de se greffer au réseau local (et aussi parce que celui-ci doit être payé par ses utilisateurs). Malgré cela, ce genre de modèle économique gagne progressivement en popularité.

Le marché de l'énergie connaîtra des changements importants dans les 10 prochaines années. La pression de la part des consommateurs en faveur de produits plus respectueux de l'environnement permettra aux initiatives axées entre autres sur l'énergie solaire de s'imposer. Les fournisseurs d'électricité devront donc y répondre en proposant des alternatives plus vertes et saines, tandis que les gouvernements du monde entier devront mettre en place des législations donnant la priorité à l'environnement.

Nous vous recommandons

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

À l’occasion du SIMI, Georges-Henri Florentin, directeur général de l’Institut Technologique FCBA, et Laurent Girometti, directeur général d’EpaMarne/EpaFrance ont signé un partenariat[…]

07/12/2018 | ActualitéEnvironnement
Premières rénovations Bas Carbone BBCA

Premières rénovations Bas Carbone BBCA

Terrasses et platelages extérieurs bois (1/2) - La simplicité à composantes multiples

Terrasses et platelages extérieurs bois (1/2) - La simplicité à composantes multiples

Terrasses et platelages extérieurs bois (2/2) - Des origines variées

Enquête

Terrasses et platelages extérieurs bois (2/2) - Des origines variées

Plus d'articles