Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Toitures photovoltaïques et éoliennes en tertiaire

Sujets relatifs :

Toitures photovoltaïques et éoliennes en tertiaire

Le siège de la société Abalone à Saint-Herblain (44) vient d'être livré. Pour construire le bâtiment qu'il souhaitait dans la zone d'aménagement concerté (ZAC), le maître d'ouvrage, François-Xavier Moutel est parvenu à faire modifier les règles constructives de la zone. En effet, l'objectif initial était de réaliser le premier bâtiment complètement autonome énergétiquement, grâce à de faibles besoins thermiques, une enveloppe parfaitement étanche, des capteurs photovoltaïques en toiture et plusieurs éoliennes sur le toit et sur la parcelle. S'il a réussi à faire accepter trois éoliennes d'une puissance de 15 kW à 15 m de hauteur, il n'a finalement pas été possible d'utiliser sur place l'énergie produite. La construction sera donc raccordée au réseau d'ERDF. Ce qui n'enlève rien aux performances de l'enveloppe. En effet, celle-ci est surisolée, dépourvue de pont thermique et profite de l'inertie thermique des planchers, des murs et de la toiture en béton. Le bâtiment a été conçu pour réduire les besoins des occupants. Ainsi, la façade nord est réalisée en triple vitrage Saint Gobain Climatop en peau extérieure et d'un double vitrage Climaplus Silence en peau intérieure. La lame d'air ventilée est de 80 cm. Cette façade étant située le long de la voie rapide, il était important d'avoir un affaiblissement acoustique. Il est ici de 35 dB(A). En peau extérieure, le Ug s'élève à 0,59 W/m2.K, qui protège la seconde paroi. La transmission lumineuse est de 0,50. Largement vitrée également, la façade sud se compose d'un double vitrage en peau extérieure et d'un triple vitrage en peau intérieure, là aussi avec 80 cm de lame d'air ventilée. Ce complexe permet de profiter des apports solaires gratuits, tout en bénéficiant d'une isolation thermique renforcée (Ug : 0,6W/m2.K). En matière d'équipements techniques, le bâtiment dispose de 130 m2 de modules photovoltaïques en toiture, dont l'inclinaison peut être optimisée suivant un angle différent en été et en hiver afin de profiter au maximum du rayonnement solaire. Ainsi, 30 m2 de panneaux solaires thermiques assurent la production de chauffage et d'ECS. Les besoins ont été conçus pour ne pas dépasser 9 W/m2 en éclairage et 14 W/m2 en informatique. Le bâtiment a été instrumentalisé afin de suivre précisément ses consommations pendant les trois prochaines années.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°292

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

E+C- et RE2020 à la croisée des chemins

E+C- et RE2020 à la croisée des chemins

Suite aux retours des expérimentions E+C-, un seuil intermédiaire pour le carbone et un réajustement des niveaux énergie sont à l'étude pour la future réglementation environnementale 2020.[…]

Formation : une nouvelle chaire « Travaux offshore et énergies marines renouvelables »

Formation : une nouvelle chaire « Travaux offshore et énergies marines renouvelables »

Économiser l'eau

Dossier

Économiser l'eau

Économiser l'eau - La pluie, une ressource à exploiter

Dossier

Économiser l'eau - La pluie, une ressource à exploiter

Plus d'articles