Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Toiture étanche à l'air, à la vapeur d'eau et à l'eau

Sujets relatifs :

,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Toiture étanche à l'air, à la vapeur d'eau et à l'eau

Toiture végétalisée du centre aquatique des Iris à Antony (ouverture prévue en mars 2018).

© Cédric Rognon

L'isolation thermique en verre moussé rigide Foamglas a été choisie pour protéger de tout risque de condensation la toiture d’un futur centre aquatique francilien.

Les parois des piscines sont soumises à des contraintes hygrométriques importantes. Quand l'air est chaud et humide à l'intérieur et froid à l'extérieur, la vapeur d'eau cherche à migrer hors du bâtiment, où la pression est moindre. Un risque de condensation survient quand la vapeur d'eau pénètre dans la paroi, par exemple en cas de discontinuité du pare-vapeur, et rencontre une température plus froide. « Le vieillissement prématuré de nombreuses parois isolées est en grande partie dû à ces phénomènes », explique Gilles Mugnier, responsable des ventes Île-de-France de Pittsburgh Corning, qui fabrique l'isolant en verre cellulaire Foamglas. C'est ce produit qui a été choisi par le maître d'œuvre BVL Architecture et l’économiste Jean-Claude Brageot (Eco+construire) pour isoler la couverture du centre aquatique actuellement en construction dans le quartier Pajeaud à Antony (92).

Jeu de toitures

Doté d’un grand bassin et d’une fosse de plongée de 20 m, le complexe se caractérise par l'ampleur de sa cinquième façade, en partie végétalisée. Il est coiffé par un solarium en structure béton, isolé en polyuréthane, et un jeu de toitures inclinées en bac acier et verre cellulaire où s'exercent les plus fortes contraintes hygrométriques. Pour protéger les ouvrages à forte humidité, Jean-Claude Brageot préconise en effet le verre cellulaire, malgré le surcoût qu’il représente, « de 10 à 25 % plus cher fourni-posé que les autres isolants pouvant être utilisés sur bac acier et sous étanchéité, mais garantissant une performance hygrothermique stable dans le temps, et protégeant les éléments porteurs (bacs acier, bois, armatures des dalles béton) », précise Gilles Mugnier. Insensible à l'eau et à la vapeur d'eau, cet isolant incombustible présente aussi une forte résistance à la compression, sans problématique de tassement. L'industriel s'engage par ailleurs sur une garantie thermique et une étanchéité à l'humidité de 25 ans.

Pose collée sans pare-vapeur

La solution retenue, Hairaquatic, conjugue bac acoustique prélaqué et isolant étanche (photo ci-dessus). Le verre cellulaire Foamglas T4+, de lambda 0,041 W/m.K, est conditionné en plaques de 600 x 450 mm et 18 cm d'épaisseur pour un R en toiture de 4,4 m2.K/W. Les tôles d'acier nervurées perforées intègrent, dans les vallées, un absorbant acoustique recouvert d'une bande de pontage. Le très faible cœfficient de dilatation de l’isolant permet de coller les plaques entre elles et ainsi d'assurer la continuité thermique et pare-vapeur de toute la paroi isolée (les membranes pare-vapeur sont ainsi économisées). L'ensemble est recouvert de deux couches d'étanchéité élastomère pour recevoir le complexe de végétalisation.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Projet Bélénos, ça avance

Projet Bélénos, ça avance

Le projet Bélénos, porté par les industriels Systovi (Loire-Atlantique) et Voltec Solar (Bas-Rhin), se concrétise. L’ambition est de faire émerger un leader du solaire français avec une capacité de production d’électricité de...

Pourquoi les projets solaires peinent-ils à se développer ?

Pourquoi les projets solaires peinent-ils à se développer ?

Bâtiments et territoires face à l’urgence climatique

Bâtiments et territoires face à l’urgence climatique

En verre et contre tout

En verre et contre tout