THERMIQUE Augmentation des équipements solaires en eau chaude sanitaire

Sujets relatifs :

THERMIQUE Augmentation des équipements solaires en eau chaude sanitaire

La dynamique en faveur du solaire se confirme, mais l’effort à venir pour tenir les engagements pris par la France dans le cadre du protocole de Kyoto passe par une plus forte implication des prescripteurs et des maîtres d’ouvrage publics et privés. S’inscrivant dans la logique du développement durable, le bilan à mi-parcours du Plan Soleil 2000-2006 (1) présenté par l’Ademe (2) est cependant encourageant. Sur le parc de 600 000 m2 de capteurs situant la France au 4e rang européen en matière de développement solaire thermique (derrière l’Allemagne, la Grèce et l’Autriche), 47400 m2 concernent la production de chaleur et d’eau chaude solaire sanitaire à usage individuel et collectif. Entre 2000 et 2002, ces 47 400 m2se répartissent en 28 400 m2 de capteurs solaires correspondant à 7 100 chauffe-eau solaires individuels (CESI) – dont 3 800 en 2002 –, 9 100 m2 pour l’eau chaude sanitaire collective et 9 900 m2 pour les systèmes solaires combinés (avec extension au chauffage). Les objectifs de l’Ademe sont ambitieux : 33 à 34 000 m2 de capteurs solaires installés en 2003 ( 25 % par rapport à 2002) et 40 000 m2 en 2004 ( 17,65 % par rapport à 2003).

Reconduction des aides jusqu’en 2006

Aujourd’hui, 15 fabricants de chauffe-eau solaire (ils étaient deux en 1999) proposent des systèmes agréés éligibles aux aides financières du Plan Soleil. À quelques aménagements près, ces aides seront reconduites jusqu’en 2006. Rappelons, par exemple, que le cumul des primes directes (Ademe aide complémentaire des collectivités territoriales) accompagnant l’installation d’un CESI peut atteindre, voire dépasser, 1 400 euros par opération : soit 30 à 40 % du coût total d’un CESI. Des dispositions fiscales accompagnent ces aides jusqu’au 31 décembre 2005, lorsque les travaux sont réalisés par l’un des 3 000 installateurs agréés Qualisol : un taux de TVA de 5,5 % sur l’installation complète dans des habitations de plus de deux ans et un crédit d’impôt de 15 % des dépenses d’acquisition (pose exclue) pour une résidence principale. L’Ademe soutient financièrement les projets d’opérations solaires collectives en octroyant des subventions : aides au prédiagnostic et aux études de faisabilité, soutien aux investissements. Pour les projets prévoyant des surfaces de capteurs supérieures à 50 m2, un engagement de garantie de résultat sur la production énergétique annuelle de l’installation (contrat GRS) est passé entre le maître d’ouvrage et le fabricant de capteurs, l’installateur signataire de la charte Qualisol, l’exploitant et le bureau d’études.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Bâtir pour le climat : "la REP ajoute du sens à notre métier"

Evénement

Bâtir pour le climat : "la REP ajoute du sens à notre métier"

L'événement Bâtir pour le climat, organisé par Infopro Digital, constitue l'occasion pour tous les acteurs du BTP d'échanger autour des enjeux actuels et à venir, pour atteindre la neutralité carbone au plus rapidement.L'événement...

01/12/2022 | RénovationRecyclage
Le soleil réinvente l'eau chaude

Le soleil réinvente l'eau chaude

Quand l'électricité sort de cellules

Quand l'électricité sort de cellules

La PAC air-eau veut jouer collectif

La PAC air-eau veut jouer collectif

Plus d'articles