Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Dossier

Tertiaire : combiner isolation thermique et éclairement

Sujets relatifs :

Tertiaire : combiner isolation thermique et éclairement

Hôtel du département de la Gironde (Bordeaux), conçu par l’agence Art’ur Architectes. Pas de faux plafonds, ce qui donne une plus grande hauteur, mais des voûtains en béton blanc dissimulant les circulations électriques et les fluides.

© (Doc. 11h45.)

Le niveau de luminosité des espaces bureaux est encadré par le Code du travail, tandis que l’apport en lumière naturelle est encouragé par la RT 2012. Un compromis à trouver.

Afin de laisser entrer la lumière naturelle amplement et au plus profond d’une habitation ou d’un bureau, les façades doivent être ouvertes avec de larges surfaces vitrées, situées le plus haut possible.

La réglementation ne fixe pas de niveau minimal de lumière naturelle, mais le calcul du Bbio dans la RT 2012, encourage l’accès à la lumière naturelle, afin de réduire les besoins en éclairage artificiel. Quelques principes simples de conception sont à mettre en œuvre pour favoriser l’apport de lumière naturelle : • de larges baies vitrées,
• une grande hauteur sous plafond,
• et une limitation de la profondeur des pièces.
Un compromis est à trouver entre l’apport de lumière naturelle et l’isolation thermique. En particulier pour le confort d’été, qui s’obtient grâce à une occultation variable par des brise-soleil orientables ou des stores réglables.
Afin d’éviter une profondeur trop importante des pièces en façade, une première action est de subdiviser l’immeuble en corps de bâtiments d’une largeur limitée, de manière à limiter la distance entre deux façades à une vingtaine de mètres. Il est aussi conseillé d’ouvrir des puits et des failles au cœur du bâtiment, en créant des atriums, des rues et places intérieures. Les locaux situés sous toiture peuvent être éclairés par des ouvertures ponctuelles de type vasistas, conduits lumineux ou puits de lumière pour toitures plates (Velux, Fakro, Cast-PMR, Skyvision), Raico, Lamilux), voire des bandeaux vitrés sur la largeur de la toiture.
Pour l’aménagement des plateaux, des matériaux clairs et des parois intérieures vitrées sont privilégiés. La qualité de la lumière dans un bureau s’obtient par un éclairement uniforme et des luminances équilibrées. Les surfaces à forte luminance sont à éviter, ainsi que des rapports de luminance trop importants entre surfaces voisines (tables, murs ou plafond), qui sont sources d’éblouissement et de fatigue visuelle.

Aménagement intérieur

Les études montrent que les locaux peuvent être globalement subdivisés en deux zones suivant leurs distances à la façade, en fonction de la hauteur sous plafond et de l’orientation de la façade.
Une première zone située à moins de 4 ou 5 mètres de la façade, bénéficie largement de la lumière naturelle, tandis qu’une deuxième zone située jusqu’à 10 ou 12 mètres, reçoit une lumière naturelle diffuse et par intermittence. La pénétration de la lumière du jour dans les locaux va dépendre des choix d’aménagement intérieur. Des matériaux clairs et non-brillants transmettent la luminosité en évitant les éblouissements. Les plafonds gagnent à être davantage brillants pour rediffuser de manière indirecte la lumière, alors que les sols et les murs doivent être moins réfléchissants, afin d’éviter les éblouissements.
La pénétration de la lumière naturelle dans la profondeur des locaux s’obtient avec des grands espaces de travail compartimentés par des cloisons basses et de couleur claire. Avec une augmentation de 60 cm de la hauteur des cloisons entre postes de travail, l’éclairement sur la surface de travail diminue d’environ 20 %. Les cloisons intérieures vitrées se généralisent, sous forme de panneaux en verre feuilleté aux propriétés acoustiques.
Ces parois transparentes sont parfois colorées, préservant ainsi une intimité partielle et apportant une touche de personnalisation et de chaleur.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°332

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Confort d'été et changement climatique

Dossier

Confort d'été et changement climatique

DEMAIN SERA PLUS CHAUD Intégrer les phénomènes de surchauffe prévus par les climatologues dans la conception et l'aménagement des villes, c'est aussi préparer le bâtiment à assurer[…]

26/06/2019 | ActualitéDossier d'actu
Le bâtiment peine à passer au vert

Dossier

Le bâtiment peine à passer au vert

Quand la ville étouffe

Dossier

Quand la ville étouffe

Le confort d'été n'est pas encore une priorité

Dossier

Le confort d'été n'est pas encore une priorité

Plus d'articles