Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Enquête

Super-isolants (2/2) - Concilier performance et mise en œuvre aisée

François Ploye

Sujets relatifs :

, ,
Super-isolants (2/2) - Concilier performance et mise en œuvre aisée

Pose du système de panneaux sous vide Optima-PIV. Le calepinage est préparé en amont et complété par un calfeutrement avec de l'isolant GR 32.

© Isover

Avec des coûts et des performances thermiques variables selon le matériau employé, les super-isolants offrent des méthodes de rénovation nécessitant moins de volume et d'ossature.

Les panneaux isolants sous vide (PIV) sont proposés sous forme de modules rigides avec une âme en silice amorphe, parfois issue de la poudre de diatomée (Microtherm). « La matrice est obtenue avec de la silice amorphe, du sable extrêmement fin qui est chauffé et compressé pour assurer la tenue mécanique du panneau. Les grains de sable ont l'avantage de présenter très peu de points de contact entre eux, donc de minimiser les ponts thermiques », explique Olivier Servant, directeur de la promotion nationale et des solutions constructives chez Saint-Gobain Isover. L'ensemble est ensuite enfermé dans un film étanche composé d'un multicouche polymère avec un surfaçage alu thermoscellé, puis le tout est soumis à un vide partiel. Le panneau devant être manipulé et posé avec précaution, Isover commercialise son panneau IsoPIV protégé entre deux couches collées de polystyrène extrudé (XPS) d'une épaisseur de 3 mm. Sur un nouveau chantier, il est possible de se fournir chez un fabricant de panneaux (Vacupor de Porextherm, Slimvac de Microtherm, Swisspor… ) ou d'opter pour un système complet type Optima-PIV d'Isover ou Slimisol de Siniat (lire encadré). « Nous ciblons les opérations de rénovation où il est possible de gagner des mètres carrés, avec seulement 8 à 10 cm de complexe de doublage intérieur. Le procédé permet de gagner un mètre carré de surface habitable tous les 10 mètres linéaires de murs. Nous considérons que le PIV devient rentable, hors aides, en rénovation de centre-ville à partir d'un foncier à habitable », 2 poursuit Olivier Servant.

Coupler les solutions

Côté pose, les PIV, une fois fabriqués, ne peuvent être ni découpés ni percés et sont collés ou fixés à l'aide de rails de guidage. Le calepinage s'effectue en utilisant les différentes dimensions de panneaux existants puis en complétant par un autre isolant découpable. Le système Optima-PIV est ainsi associé à la pose préalable d'une membrane type Vario Xtra ou Stopvap. Le calepinage est complété avec du GR 32. Florent Loussouarn, responsable rénovation chez Pouget Consultants, note qu' « il est possible de coupler PIV et aérogel pour l'isolation intérieure. Le calepinage du PIV laisse toujours des zones à découvert sur les[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°378

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2019 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Panasonic Chauffage mise gros sur la réfrigération

Panasonic Chauffage mise gros sur la réfrigération

Tripler ses ventes de PAC et s’imposer sur le marché de la réfrigération en France, tels sont les objectifs affichés de Panasonic qui dévoile par ailleurs une belle augmentation de son chiffre[…]

L'Afnor réélit son président et accueille 5 nouveaux représentants

L'Afnor réélit son président et accueille 5 nouveaux représentants

Nominations chez Grohe

Nominations chez Grohe

Une plateforme de tri prend feu

Une plateforme de tri prend feu

Plus d'articles