Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

STRUCTURE Système pour construction BBC à ossature métallique

Sujets relatifs :

STRUCTURE Système pour construction BBC à ossature métallique

À base d’éléments d’ossature en acier, le système Tecoia d’Arcelor Mittal Construction entend concilier performance thermique, rapidité et simplicité de mise en œuvre, pour un surcoût limité.

Disposant déjà de plusieurs gammes de produits destinées aux marchés du tertiaire et de l’agriculture, Arcelor Mittal Construction (AMC) s’oriente vers le résidentiel collectif avec le dernier-né de ses systèmes constructifs : Tecoia.

Il s’agit d’un ensemble d’éléments de gros œuvre (murs extérieurs et intérieurs, planchers et couvertures) à ossature acier. Ces éléments préfabriqués en usine permettent de réaliser le clos et couvert en construction sèche. Les produits de la gamme sont variés (murs d’angles, murs pignons, à porte palière, etc.) et standardisés, tout en étant adaptables aux besoins des maîtres d’œuvre (largeur des murs porteurs, intégration de menuiseries en usine, etc.). Mais surtout, le système Tecoia, en plus d’être performant sur le plan de la résistance mécanique, constitue, selon le fabricant, une réponse adaptée aux exigences de la RT 2012 (1) , pour un surcoût limité (« le niveau RT 2012-BBC au prix du “ traditionnel ”, pour un bâtiment de type R 2 ou 3 », dixit AMC) .

Quatre familles d’éléments

Chaque élément du système Tecoia associe l’acier à d’autres matériaux (isolants thermiques et acoustiques, ignifuges, finition). Pour les murs porteurs extérieurs (270 mm d’épaisseur), l’ossature métallique est doublée extérieurement par un isolant thermique en Polyuréthanne haute densité (PUHD) et de la laine de roche. Le revêtement extérieur du mur est fait d’un parement extérieur en acier. Pour agrémenter la finition extérieure, le maître d’œuvre peut opter pour un enduit ou tout autre parement surimposé (bardage bois, briques, modénatures, etc.). La finition intérieure des murs porteurs est en plaque de plâtre.
Également pourvus d’une ossature en acier, les murs intérieurs (215 mm d’épaisseur) renferment une couche de matériaux isolants (laine de verre) intercalée entre deux plaques de plâtre assurant la finition.
Les éléments de planchers (230 mm d’épaisseur) sont quant à eux à base de béton coulé en usine dans un coffrage métallique pourvu d’armatures de soutien. L’âme du plancher est colmatée par de la laine de roche, qui en limite ainsi le poids tout en assurant l’isolation phonique et la résistance au feu.
Enfin, les éléments de toiture (600 mm d’épaisseur) peuvent indifféremment être mis en œuvre en toiture-terrasse, ou en pans inclinés. Doublés intérieurement d’une couche PUHD, ils offrent en face supérieure un bac acier susceptible d’accueillir différentes finitions extérieures (tuiles, toiture végétalisée, modules photovoltaïques). Des soutiens latéraux en bois permettent la fixation ultérieure de liteaux pour la pose de tuiles. La finition intérieure est en plaque de plâtre.

Accompagnement de la maîtrise d’œuvre

Sur chantier, les murs et planchers sont emboîtés à l’aide de rails de support. Une opération qui requiert une équipe réduite, soit trois personnes spécifiquement formées au préalable par AMC, équipées d’un palonnier et d’outils adaptés. Selon AMC, il faut compter huit semaines environ pour la réalisation du clos et couvert d’un bâtiment de 800 m 2 Shab.
Selon les résultats des tests menés en interne, les murs extérieurs et intérieurs sont capables d’assurer une reprise de charge de trois étages supérieurs. De fait, le marché visé est celui du petit résidentiel collectif, jusqu’au R 3. Par ailleurs, la résistance mécanique des panneaux constituant les planchers autorise les architectes à concevoir des volumes habitables de 70 m 2 sans ajout de murs intermédiaires. Ciblant les projets immobiliers très en amont, AMC met à la disposition de la maîtrise d’œuvre (architectes et bureaux d’études) un support d’accompagnement technique, ainsi qu’une station de formation des exécutants. L’objectif étant d’assurer un accompagnement de projet global, eu égard aux spécificités de ce nouveau système, qui fait d’ailleurs l’objet d’un Pass’Innovation (n° 2010-084).

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°309

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

PAC double service (2/2) - Fiable, performante et moins bruyante

Enquête

PAC double service (2/2) - Fiable, performante et moins bruyante

La PAC aérothermique poursuit son évolution sur plusieurs axes avec de nouveaux fluides plus écologiques, l'essor du rafraîchissement, l'apport du connecté… Si les PAC n'ont pas toujours[…]

08/07/2019 |
PAC double service (1/2) - Le chaud et le froid dans l'habitat

Enquête

PAC double service (1/2) - Le chaud et le froid dans l'habitat

Spas collectifs (2/2) - Un bain de technicité

Enquête

Spas collectifs (2/2) - Un bain de technicité

Spas collectifs (1/2) - Des bulles de bien-être

Enquête

Spas collectifs (1/2) - Des bulles de bien-être

Plus d'articles