Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Strasbourg et ses monuments sous le feu des Led

Sujets relatifs :

Strasbourg et ses monuments sous le feu des Led

© (Doc. L’Acte lumière.)

Avec pour objectifs la valorisation de son patrimoine et la réduction des consommations d’énergie, la Ville de Strasbourg a défini un Plan lumière global. Au programme : la rénovation de l’éclairage public et la mise en lumière de la Grande Île, ainsi que les berges de l’Ill.

La Grande île, située en plein cœur historique de Strasbourg (67), est entourée par la rivière Ill au sud et le Fossé du Faux Rempart au nord. Bordant le côté sud de la cathédrale de Strasbourg, la place du Château est entourée de bâtiments d’une très grande qualité, édifiés au fil des siècles.

Emblème du classement de la Grande Île au Patrimoine mondial de l’Unesco en 1988, elle offre un large panorama de la création architecturale, du Moyen Âge au début du xx e siècle. Ce trésor de l’époque médiévale comprend un certain nombre de musées, monuments historiques et églises enclavés dans des zones sombres, où l’éclairage vétuste n’offrait plus rien de magique.

Une lumière blanche sur les façades historiques

Le réaménagement de la Place du Château, réalisé par Catherine Linder, est accompagné d’une mise en lumière de l’espace et des façades historiques qui la bordent, conçue par Jean-Yves Soetinck (agence L’Acte lumière) et assurée par des équipements Philips Lighting. Le nouvel éclairage a permis de révéler les éléments les plus remarquables en mettant en valeur les détails architecturaux, invitant ainsi les touristes, mais aussi les habitants, à redécouvrir le site.
Pour le concepteur lumière, la réalisation d’un Plan lumière doit s’effectuer dans le respect de la composition architecturale et urbaine. Et dans le cas d’un éclairage à Led, il faut aussi maîtriser la qualité des lumières blanches. Afin de respecter les teintes de parements, l’ensemble des appareils se décline en trichromie de blanc (blancs chaud, neutre et froid), afin de moduler précisément chaque nuance selon les bâtiments. Les encastrés de sol DecoScene Led, disposés tout autour de la place, dotés de températures de couleurs allant de 2 700 à 5 700 K, ont permis de jouer sur les nuances de blanc. Le pilotage par DMX procure un confort visuel et l’équilibre des lectures en ajustant unitairement chaque appareil/groupe/façade dans une compo- sition harmonieuse.
En effet, comme l’explique Jean-Yves Soetinck : « La partie centrale du bâtiment de l’Œuvre de Notre-Dame est plus basse et présente des détails architecturaux différents de ceux des deux ailes ; et les autres monuments ont été conçus selon le même principe. J’ai pu accompagner cette particularité en associant, au centre de chaque façade, un niveau d’éclairement et une température de couleur distincts de ceux appliqués sur les côtés ». Par ailleurs, des accents de lumière révèlent certains détails architecturaux tels le fronton de l’Œuvre Notre-Dame, le statuaire du palais Rohan et les frontons en arc. Le traitement lumineux en continuité de la place assure une transition lente entre le sol et les façades et en souligne les parties hautes par un léger renforcement de l’éclairement, tout en limitant les ombres portées, notamment des corniches.

Variations chromatiques au fil de l’eau

La place est éclairée par quatre mâts sur mesure (dessin : Linder Paysage) inspirés des escaliers hexagonaux de la grande tour de la cathédrale. Des dispositifs lumineux miniaturisés assurent un éclairement radial et une mise en valeur des détails structurels du mât, sans qu’aucun appareil ne dépasse de la structure pour en préserver la transparence et l’élancement.
Les berges de l’Ill et le bassin Vauban ont également bénéficié de nouvelles mises en lumière conçues par le bureau d’études Ecotral, qui a opté pour le mariage du blanc et de la couleur. Un blanc chaud, issu des encastrés de sol DecoScene ou des LEDline disposés en sous-face des toitures des bâtiments qui longent les berges, s’allie aux couleurs qui animent le barrage Vauban, ses quatre tours, ainsi que les ponts couverts du bassin. Les variations chromatiques sont obtenues, grâce au pilotage en DMX des réglettes Graze iW et des projecteurs Burst et Blast.
L’utilisation de la technologie Led a permis de mieux cibler les éléments à mettre en valeur, en dotant les façades historiques d’un éclairage efficace et adapté. De plus, la fréquence des opérations de maintenance a pu être considérablement réduite, compte tenu de la longue durée de vie des produits. Enfin, la miniaturisation et la compacité des luminaires Led offrent la possibilité de les intégrer discrètement aux bâtiments, sans nuire à l’architecture. La Ville de Strasbourg, fidèle à son engagement en faveur du développement durable, a misé sur des technologies qui ont permis de réduire les nuisances lumineuses, ainsi que les consommations.

N°331

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°331

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Du vitrage collé sur châssis bois pour menuiseries extérieures

Du vitrage collé sur châssis bois pour menuiseries extérieures

Le centre technique FCBA a développé une technologie de vitrage collé sur châssis bois pour les menuiseries extérieures. L’appel à manifestation d’intérêt lancé fin octobre[…]

11/12/2018 | Actualité
Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Enquête

Membranes d'étanchéité (2/2) - Bitumineuses et synthétiques

Membranes d'étanchéité (1/2) - En voie de traditionnalisation

Enquête

Membranes d'étanchéité (1/2) - En voie de traditionnalisation

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

Le FCBA et l'EpaMarne s'engagent pour une ville durable

Plus d'articles