Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Sols textiles : qualité et facilité de maintenance caractérisent les moquettes

Sujets relatifs :

Sols textiles : qualité et facilité de maintenance caractérisent les moquettes

1. Les moquettes en dalles restent peu utilisées en habitat, malgré leurs qualités de tenue dans le temps et leur facilité de remplacement.

Durement concurrencés par les parquets et par les stratifiés, les sols textiles se sont repositionnés sur le terrain de la qualité, de la décoration et de la facilité de maintenance.

La famille des sols textiles regroupe des produits très différents, qui se différencient par la nature et par la mise en œuvre des fibres utilisées. Une fibre se caractérise par sa nature (laine, polyamide, acrylique, végétale…), sa structure (simple, retorse ou câblée), sa couleur (naturelle, unie, jaspée ou chinée), sa torsion (en S ou en Z) et enfin son poids en grammes pour un kilomètre de fil (le Tex). Les moquettes constituées de fibres synthétiques constituent l’essentiel des produits diffusés. On distingue :

– les fibres acryliques qui possèdent de bonnes qualités d’hygiène et d’isolation thermique. Elles sont souvent utilisées en association avec d’autres fibres, en raison de leur aspect mat et laineux.

– Les fibres de polypropylène utilisées pour la fabrication des moquettes les plus économiques, mais aussi pour les supports de certaines d’entre elles dites tuftées. Cette fibre peu sensible à l’humidité est également utilisée pour celles d’entre elles qui sont destinées aux pièces humides ;

– les fibres polyamides très résistantes à l’usure, aux salissures et au poinçonnement, d’où leur utilisation pour la fabrication de la plupart des moquettes ;

– les laines réputées pour leur tenue dans le temps, leur confort et le niveau d’isolation phonique qu’elles procurent. Elles vieillissent généralement mieux que les autres et cela justifie en partie leur coût élevé.

Restent les sols constitués de fibres végétales – coco, sisal et jonc de mer – qui sortent du cadre de cette étude.

Tuftage : la technique la plus courante

Si la fibre utilisée conditionne en partie la qualité, l’aspect et la durabilité d’une moquette, le mode de fabrication, le serrage du point et la hauteur du velours représentent des critères tout aussi importants. Le tuftage ou touffettage (les deux appellations sont admises) représente la technique de fabrication la plus utilisée. Elle consiste à piquer dans un support, généralement constitué de jute ou de polypropylène, les fils qui formeront la partie visible de la moquette. Cette couche d’usure peut être bouclée, coupée ou frisée. Dans le premier cas, les fils forment des boucles qui donnent un aspect uni à la moquette si elles possèdent toutes la même hauteur, ou créent des reliefs et des dessins lorsqu’elles sont de hauteur différente. Dans le second cas, les boucles sont coupées à la fabrication, présentant un aspect général plus dense et… plus fin. Enfin, le velours, qui constitue une moquette frisée, est volontairement entremêlé et maintenu dans cet aspect par une action thermique au stade de la fabrication.

Les moquettes aiguilletées sont constituées de fibres naturelles ou synthétiques enchevêtrées au moyen de nombreuses pénétrations d’aiguilles spéciales, puis fixées entre elles par une enduction de latex. Le tissage est utilisé pour la réalisation des moquettes en laine. C’est la méthode la plus traditionnelle et généralement la plus coûteuse. Deux procédés cohabitent : le procédé Wilton qui permet de créer des motifs fins et précis, et le procédé Axminter, qui est un système de tissage plus rapide, consommant moins de laine, et par la suite plus économique. Dans un cas comme dans l’autre, la partie visible de la moquette est tissée simultanément avec le dossier sur un même métier. Ce dernier point est très important car il constitue la différence fondamentale entre une moquette tissée et une moquette tuftée, pour laquelle le dossier est rapporté, c’est-à-dire dans la plupart des cas contrecollé.

La plupart des fabricants tissent les moquettes Axminster en 80/20 (80 % laine et 20 % nylon) mais il est aussi possible de les réaliser en 100 % laine ou 100 % nylon. Les moquettes Wilton peuvent être tissées en 100 % laine, 80/20, ou à partir de différentes fibres d’origine 100 % synthétique selon les cas.

Une sous-couche mousse pour le le confort

La sous-face de la plupart des moquettes en lés tuftées est enduite de latex dont le rôle est de fixer le velours, puis d’une sous-couche « mousse » qui apporte l’épaisseur et le confort de marche. L’envers feutre aiguilleté est également utilisé. Il facilite une pose libre de la moquette sur bandes autoaggripantes. Cette technique, mise en avant il y a quelques années, a été présentée comme une alternative économique à la moquette tendue. En périphérie de la pièce, des bandes autoagrippantes permettent de fixer la moquette en lui donnant une certaine tension. Malgré des avantages certains en termes d’aspect, de facilité de pose, d’entretien et de coût (comparé à une moquette tendue), cette méthode ne s’est pas vraiment imposée.

Quand aux moquettes tissées, elles sont essentiellement retenues dans le cas d’une pose tendue, mais peuvent également être collées en plein comme une moquette à sous-couche mousse. Les moquettes en dalles reçoivent selon le cas une sous-couche bitume ou PVC. La sous-couche bitume (Esco, Heuga, Balsan…) est la plus répandue. La sous-couche PVC (Tecsom) présente l’atout d’une découpe plus aisée mais aussi plus rapide.

Motifs et colorations sont réalisés selon deux procédés : à partir de fils déjà teints qui sont directement tuftés, ou encore à partir de fils écrus. Cette seconde solution nécessite de teindre la moquette dans son intégralité après l’avoir tuftée. La moquette passe alors dans un bain de teinture (la couleur est fixée à la vapeur) avant d’être rincée puis séchée. Cette méthode, de loin la plus utilisée pour les moquettes en lès, s’applique à la majorité des produits en polyamide et en laine.

D’autres techniques permettent d’obtenir des motifs plus ou moins élaborés. L’impression par cylindres autorise des compositions élaborées (jusqu’à 8 teintes), aussi bien pour réaliser des produits standard que pour des applications spécifiques. Ce procédé est très utilisé pour l’hôtellerie, les salles de cinéma, de spectacles… Autre approche, jouer sur les aspects en alternant des zones bouclées et des zones coupées, pour également aboutir à une grande variété de motifs.

Le collage en plein s’impose

Plus récente mais datant déjà d’une dizaine d’années, la technique du jet-printing ouvre la voie à des motifs plus élaborés et plus précis. Couplées à un ordinateur, des buses envoient sur la moquette brute des jets de colorants permettant de reproduire n’importe quel dessin, avec un choix de teintes mais aussi avec une précision de reproduction jusqu’alors jamais atteinte.

En terme de pose, le collage en plein des moquettes en lès s’est progressivement imposé. Cette pose contraignante est la seule à garantir une stabilité de la mo quette dans le temps, particulièrement dans le cadre d’un usage intensif. Les colles acryliques remplacent progressivement les néoprènes, trop « délicates » en termes d’environnement et de réglementation. La pose tendue est retenue pour les applications très haut de gamme. Toutes les qualités de la moquette (confort, résilience, élasticité, isolation acoustique et thermique) sont valorisées par ce type de pose. Elle est réservée aux moquettes tissées et éventuellement aux tuftées à double dossier textile, mais uniquement pour des surfaces limitées à 20 m2.

La pose tendue consiste à tirer la moquette d’une extrémité à l’autre de la pièce en la fixant sur des bandes à picots clouées au sol. Une bonne mise en œuvre implique de donner une tension suffisante et régulière à la moquette. Elle garantit un confort de marche très supérieur à la moyenne, à l’aide d’une thibaude en sous-face.

Les poses libres ou par fixation périphérique à l’aide d’adhésifs double face ne sont pas reconnues par les professionnels. Elles ne permettent pas de garantir une stabilité suffisante de la moquette dans le temps. Idem pour les moquettes en dalles qui sont « piégées » sur leurs supports à l’aide de colles contact réversibles permettant toutes les poses et déposes successives liées à ce type de produits.

Ces dernières possèdent des applications spécifiques, essentiellement dans les bureaux, et dans une moindre mesure, dans les lieux publics et l’hôtellerie. Les applications en habitat n’ont jamais connu de vrai succès, du fait d’un référentiel de prix inadapté à ce secteur de la construction. Le succès de ces produits dans le tertiaire s’explique par leur aspect pratique, avec une bonne adaptation à l’évolution des cloisons modulaires, mais aussi aux interventions sur les planchers techniques. L’argument fréquent de la possibilité de changer des dalles tachées est réel mais il n’est pas prioritaire pour les gestionnaires de locaux tertiaires ou à fort trafic. Ces moquettes sont disponibles en formats 50 x 50, parfois 60 x 60 ou même 67,5 x 67,5 afin de suivre avec un décalage identique, les modules de planchers techniques. Par leur modularité, elles acceptent de multiples associations de formes et de couleurs. Les fabricants répondent également à des commandes spécifiques de dessins et de compositions. Tous proposent des gammes et des possibilités de teintes originales et chatoyantes, parfois avec l’aide de designers.

Dans les années 90, le développement massif des parquets et des stratifiés, présentés comme plus naturels, plus hygiéniques et faciles à entretenir a contraint les fabricants de sols textiles à réagir, tant au niveau technique qu’en terme de communication. ­Marie-Madeleine Antoine, responsable R&D Textiles chez Forbo précise : « Suite aux messages véhiculés par les fabricants de sols durs, nous avons perçu à quel point il était nécessaire de mieux informer les professionnels sur la façon de prescrire et d’entretenir les sols textiles. Forbo a mis en place, comme d’autres fabricants, des sessions d’information sur ce thème dans ses écoles de pose et centres de formation ». De nombreux fabricants testent des produits d’entretien dont ils font une sélection, diffusée ensuite auprès des installateurs et des revendeurs.

La démarche HQE, incontournable

Autre évolution, la remise en cause de certaines protections appliquées en usine. Les spécialistes de l’entretien estiment en effet que certains traitements qui enrobent la fibre peuvent devenir pénalisants. Lorsque le film protecteur se fissure sous l’effet du trafic, les poussières s’infiltrent entre le film et la fibre, et il sera plus difficile de les extraire. Sous la pression des consommateurs, plusieurs fabricants ont progressivement proposé des traitements anti-acariens, antimoisissures et antibactériens. À l’avenir, les produits seront conçus avec une approche plus pragmatique (entretien et maintenance) mais aussi avec des fibres moins sensibles aux salissures, et plus aisément recyclables en fin de vie.

La démarche HQE est également passée par là. Les fabricants de moquettes touffetées (lés et dalles) se sont engagés dans cette démarche devenue incontournable. Ils ont publié deux fiches environnementales et sanitaires, établies sous l’égide de l’Uftm (1) et avec le concours de l’association environnementale pour les moquettes (GUT). Ces fiches insistent sur la fabrication des moquettes dans le respect de l’environnement, sur le confort acoustique, le confort visuel, ­olfactif… mais aussi sur la qualité de l’air et les conditions sanitaires des espaces recouverts de moquettes. Et de préciser que la concentration moyenne de ­fines poussières dans l’air est deux fois plus élevée avec un revêtement de sols durs qu’avec une moquette. Un message qui répond aux campagnes de dénigrement qui ont eu des conséquences graves, particulièrement pour les moquettes destinées au ­résidentiel.

Fabricant S.L. Nom du produit Définition Destination Surface Support Classification Réaction au feu Isolation phonique
Armstrong Floor Products 537 Sienna Moquettes bouclées en dalles Tertiaire grand trafic 100% polyamide Glas Polyver Upec : U3P31C0 M3 Réduction bruits de choc: 21dB
538 Pallas Rain Moquettes bouclées en dalles Tertiaire 100% polyamide Glas Polyver NC M3 Réduction bruits de choc: 28dB
539 Wilton in Ribs Moquettes tissées en lès (tissage Wilton) Tertiaire 100% polyamide Sous-couche copolymère Upec :U3P3 M3 Réduction bruits de choc: 22dB
Balsan 540 CollectionMétis Moquettes à grosses boucles Résidentiel et tertiaire 100% polyamide Double dossier Upec : U3P3E1C0 M3 Réduction bruits de choc: 28dB
541 Collection 4039 Moquettes en dalles Secteur tertiaire 100% polyamide Bitume Upec : U3P3E1C0 M3 Réduction bruits de choc: 29dB
Bonar Floors 542 Flotex Sols souples textiles floqués pouvant être lavés à grande eau Hôtellerie, lieux publics, établissements de santé 100% polyamide PVC expansé Upec :U3/3SP3 M3 Réduction bruits de choc: 23dB
Forbo 543 Collection Titan Color Titan grafic Revêtements textiles grand trafic Bâtiments de loisirs, de spectacles, de commerces, de l’administration… 100% polyamide Sous-couche polyester CEN : Classe 4Upec : U3s P3 E1 C0 M3 Réduction bruits de choc: 22dB
Interface europe 544 Heuga 580 Moquettes en dalles à velours tufté bouclé. Secteur tertiaire 100% polyamide Bitume et polymères renforcés de fibre de verre Upec :U3P3 M3 Réduction bruits de choc: 29dB
545 Transformation Moquettes en dalles à velours tufté bouclé structuré à motifs Tertiaire 100% polyamide Graphlex, bitume et polymères armés de deux nappes de fibre de verre CEN : Classe 4 NC NC
546 Logic Gamme de moquettes en dalles à velours tufté bouclé structuré à motifs Tertiaire 100% polyamide Graphlex, bitume et polymères armés de deux nappes de fibre de verre CEN : Classe 4 M3 Réduction bruits de choc: 28dB
Lano 547 Royal Design 710 Gamme de moquettes permettant tous types de dessins et coloris Habitat, tertiaire, hôtellerie, restauration 100% polyamide NC NC M3 Réduction bruits de choc: 25dB
Ryalux 548 Ryatwist colour collection Gamme de moquettes en laine Usage habitat modéré à trafic intense selon modèles 100% pure laine Envers textile NC NC NC
Tecsom 549 Gamme Décostructure Dalles textiles structurées50 x 50 Hôtels, résidences hôtelières, magasins 100% polyamide teinté masse Non tissé synthétique CEN :Classe 4-LC2 (aptitude chaises à roulettes) M3 Réduction bruits de choc: 25dB
550 Tapisom 600 design Gamme de moquettes aiguilletées en lés Commerces, hôtellerie, bureaux 100% polyamide 100% synthétique CEN : classe 4Upec : U3P3E1C0 M3 Réduction bruits de choc: 19dB
551 DécoVision Gamme de moquettes en dalles bouclées à effet graphique Tertiaire 100% polyamide Complexe vinylique stabilisé Upec :U3P3E1C0 M3 Réduction bruits de choc: 28dB
552 4700 Gamme de moquettes en dalles Tertiaire 100% polyamide Complexe vinylique stabilisé Upec : U3P3E1C0 M3 Réduction bruits de choc: 25dB
Udirev 553 Rigoletto Gamme de moquettes décoratives en lès Habitat et professionnel 100% polyamide Double dossier synthétique Upec : U3P3 M3 Réduction bruits de choc: 22dB

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°261

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Parrot lance un drone thermique professionnel ultra compact

Parrot lance un drone thermique professionnel ultra compact

Le groupe français Parrot dévoile une solution tout-en-un de thermographie par drone, Anafi Thermal. Dédiée aux professionnels, elle comprend le drone, deux caméras embarquées et le software. Outre ses[…]

16/04/2019 | Produit
Planchers techniques (1/2) - Un invariant pour des usages en mutation

Enquête

Planchers techniques (1/2) - Un invariant pour des usages en mutation

Planchers techniques (2/2) - Dissimuler et supporter

Enquête

Planchers techniques (2/2) - Dissimuler et supporter

Chauffe-eau solaire (1/2) - Des atouts malgré un marché en baisse

Enquête

Chauffe-eau solaire (1/2) - Des atouts malgré un marché en baisse

Plus d'articles