Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

SOLS SPORTIFS Assurer confort et sécurité de l'utilisateur

Sujets relatifs :

SOLS SPORTIFS Assurer confort et sécurité de l'utilisateur

Aux côtés des sols à usage sportif polyvalent, les fabricants proposent des gammes hyperspécialisées réservées à la pratique d'un seul sport. (Docs. Tarkett.)

Tout en permettant une pratique dans de bonnes conditions, un sol sportif doit aussi être garant de la sécurité. Aussi, les fabricants proposent des systèmes conformes à la nouvelle norme européenne.

Avec les chaussures, les sols sportifs constituent l'essentiel de l'interface entre le sol et le sportif. Lors du contact du pied avec le sol, le choc peut atteindre, pour certaines activités, jusqu'à dix fois le poids du corps de l'athlète. D'où l'importance d'un sol de qualité pour atteindre la performance recherchée, mais aussi pour éviter les mauvaises réceptions, et donc les blessures. Un sol sportif, c'est donc d'abord un compromis entre sécurité et performances pour garantir une pratique sûre et confortable des activités concernées. Ce que confirme Jean-Claude Sauvage, architecte (cabinet Riquier Sauvage) et membre de Qualisport (voir encadré) : « La première demande des maîtres d'ouvrage en la matière, avant le prix, consiste à s'assurer de l'aspect sécuritaire du sol. » La conséquence immédiate d'un sol inadapté est, en effet, le risque d'accidents musculaires ou tendineux, des micro-traumatismes aux fractures les plus graves. Ainsi, les revêtements spécifiques aux gymnases sont aujourd'hui de véritables systèmes. Ces derniers doivent aussi pouvoir répondre aux exigences les plus diverses et le plus souvent en même temps : adaptation à la pratique de tous les sports et de tous les publics, du scolaire au sportif de haut niveau, y compris l'handisport.

La capacité de ces revêtements à amortir et absorber les chocs est donc primordiale. Essentielle également et synonyme de performance, l'aptitude du sol à restituer de l'énergie pour aider le sportif dans son effort musculaire lors d'une phase active de jeux. Plus la vitesse de retour est élevée, plus le sol est performant. D'autres caractéristiques, telles que glissance et souplesse, sont également à considérer.

La première, uniforme et régulière, apporte la sûreté des appuis et la seconde, la liberté de déplacement.

Les deux contribuent au confort d'utilisation, à la sûreté des appuis et à la sécurité générale du sol.

L'aptitude à la déformation du sol est également un critère à retenir. Elle est souvent liée au type de revêtement, classable en trois grandes familles : les parquets sur lambourdes ou à pose flottante, les sols coulés sur sous-couche ou directement sur le support, et les sols souples PVC ou linoléum. De ces trois grandes familles découlent trois grandes catégories de sols selon leur capacité à la déformation :- les sols à déformation ponctuelle : la déformation est légèrement plus large que la surface d'appui. Dans la plupart des cas, il s'agit des sols vinyliques, linoléums ou sols coulés, totalement adaptés au milieu scolaire par exemple ;- les sols à déformation surfacique : la déformation est plus large que la surface d'appui. Les parquets sont les tenants de cette catégorie, même si l'on trouve maintenant d'autres configurations ;- les sols à déformation combinée : le sol allie les aptitudes à la déformation des deux premières catégories en associant les matériaux - par exemple, un sol coulé sur parquet.

Parquets : du traditionnel au flottant

Sols à déformation surfacique par excellence, quasiment incontournables dans les salles de danse, les parquets fixes classiques à simple ou double lambourdage, s'ils représentent le haut du panier, ont de plus en plus de mal à s'imposer dans les gymnases en raison de coûts élevés. Ces derniers sont liés essentiellement au temps, très important, de mise en œuvre. Plus abordables, les systèmes parquets à pose flottante ou démontables offrent des caractéristiques quasi identiques pour des coûts moindres. Dans le cas de la pose flottante, deux systèmes cohabitent : les parquets flottants sur une sous-couche résiliente continue et des solutions plus complexes de sol sportif parquet à élasticité intégrée. Il s'agit, par exemple, d'un parquet multipli à double rainurage, dont le contre-parement est doté de deux sillons asymétriques de profondeur différente. Ces sillons sont munis de deux bandes de mousse élastique (evazote 50 : éthylène, vinyle, acétate) qui absorbent les charges dynamiques, tout en assurant souplesse et amortissement des chocs. Avec ce type de système, la compression du sol varie, tel un amortisseur, avec l'importance de la charge.

Avec les planchers démontables, l'intérêt réside dans la possibilité d'avoir toujours accès à la dalle pour des opérations de maintenance et de pouvoir remplacer en un temps minimum les panneaux éventuellement dégradés. Composé de panneaux de grandes dimensions, préparé en double lambourdage (ressorts), le plancher est assemblé par un système de rainures et languettes. Les panneaux sont maintenus entre eux par des clés ou par des vis. Comparativement à un plancher fixe traditionnel, la pose est très rapide.

PVC ou linoléum pour les écoles

Autre type de sol, les systèmes sols souples. Ces derniers bénéficient d'une couche d'usure en PVC ou en linoléum. Ici, c'est le traitement des couches successives plus ou moins nombreuses qui apporte au sol ses qualités sportives. En début de gamme - généralement sol de classe B dans la marque NF (voir encadré) -, la couche d'usure est complétée soit par une sous-couche en mousse de PVC d'épaisseur moyenne (4 à 5 mm), elle-même revêtue d'une armature non tissée grille de verre ; soit par une grille spécifique composée d'une couche de mousse PVC avec cellules fermées incorporant une grille de fibre de verre. Le but : garantir une meilleure stabilité dimensionnelle. La couche d'usure est, dans tous les cas, solidarisée par encollage à la sous-couche. Les joints sont traités par soudure à chaud à l'aide d'un cordon spécial, compatible avec la nature du revêtement : linoléum ou PVC.

Lorsque la couche d'usure est en PVC, il convient, pour une exploitation non sportive, de prévoir une protection. Lorsque la couche d'usure est en linoléum, la protection n'est pas nécessaire en raison des qualités intrinsèques de ce matériau (résistance au poinçonnement, aux brûlures de cigarettes.).

Plus compétitifs, des complexes reçoivent en sous-couche une mousse PU de forte densité, affichant de meilleures performances en termes d'absorption et de restitution. Comme précédemment, la sous-couche est renforcée par une armature non tissée de grille de verre. Elle garantit la sûreté des appuis et la liberté de déplacement.

Une autre solution consiste à disposer, entre la sous-couche en mousse et la couche d'usure, deux feuilles d'acier dur galvanisé à chaud et trempé de 1 mm d'épaisseur chacune.

Placées en quinconce et entièrement collées avec une colle adaptée, elles présentent une résistance élevée aux contraintes mécaniques et une grande flexibilité. Des sols qui entrent, pour certains, dans la catégorie des sols à déformation surfacique. Autre option : pour garantir une grande qualité de surface, certains fabricants proposent une double prestation en mariant une chape mince autonivelante à un revêtement PVC. Avantage : le support est totalement conforme au système de sol choisi.

D'autres restent des sols à déformation ponctuelle, tout en étant classés en catégorie A de la marque NF. Cependant, il existe d'autres techniques permettant d'obtenir avec ces revêtements des sols surfaciques et combinés.

Dans cette éventualité, le sol, via une sous-couche surfacique en parquet type lames contrecollées, allie les qualités d'absorption des chocs et de rigidité de la sous-construction surfacique et celles de confort de jeu, d'entretien et d'esthétisme d'un sol à déformation ponctuelle. Des configurations idéales pour la pratique du roller ou de l'handisport dans le cas de sol surfacique et, des sports de très haut niveau pour les sols combinés.

Grand confort d'utilisation également du côté des sols coulés en place. De par leur mise en œuvre, ils sont sans joints ni soudure. Directement mis en place, ils permettent, dans certains cas, de s'affranchir d'une remise à niveau du support, les rattrapages étant directement traités lors du coulage de la sous-couche.

Ils sont composés la plupart du temps de quatre couches. La première - une sous-couche composée de granulats ou mousse de caoutchouc - est liée par du polyuréthanne. C'est elle qui donne les propriétés amortissantes. La seconde, une couche de résine, dite bouche-pores, joue un rôle déterminant dans la résistance et la pérennité du revêtement. La troisième, une résine de masse, assure la planéité du sol. De sa qualité dépend la résistance aux chocs. La quatrième constitue la couche d'usure du revêtement.

Elle assure le confort et la sécurité des sportifs dans les appuis et les déplacements. Comme pour les revêtements PVC et linoléum, il est possible de les mettre en œuvre sur une sous-couche permettant d'obtenir des sols à déformation surfacique ou combinée.

Tous ces revêtements, hormis le parquet verni, qui conserve son aspect bois pour des raisons esthétiques évidentes, existent dans des palettes de couleur favorisant la visibilité des différents espaces de jeux. Les tracés proprement dits sont à réaliser avec des peintures adaptées au revêtement final.

Des entreprises spécialisées pour ce type de sol

Les coûts fournis posés s'échelonnent, selon les fabricants, de 50 à 200 E HT/m2, voire davantage pour des sols très haut de gamme. Une fourchette très large où le prix est étroitement lié aux qualités sportives du sol. En bas de l'échelle, on retrouve les revêtements vinyliques et les sols coulés de classe B de la marque NF.

Au milieu, les sols coulés, les vinyliques, linoléums et ­parquets flottants de classe A.

Conformes à la nouvelle norme européenne, certains d'entre eux répondent également à la très sévère norme allemande. En haut de l'échelle, les ­parquets dont les preuves ne sont plus à faire. Mais attention : « Certains sols sont tellement pointus qu'il vaut mieux retirer les sols sportifs du lot entreprise générale et créer un lot à part afin que ce soit une entreprise spécialisée dans ce type de sols qui réalise le chantier », explique Jean-Claude Sauvage.

Tableau des fabricants

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°290

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Enquête- Sols sportifs

Enquête

Enquête- Sols sportifs

Les installations sportives indoor appellent la polyvalence afin de permettre l'exercice de plusieurs activités, sportives ou non. Les sols doivent ainsi pouvoir s'adapter à de nombreuses sollicitations.

03/05/2018 | Produit
Répondre aux besoins des salles multisports

Enquête

Répondre aux besoins des salles multisports

Enquête - Ouvrants de toit

Enquête

Enquête - Ouvrants de toit

Enquête - Éclairage des musées

Enquête

Enquête - Éclairage des musées

Plus d'articles