Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Serrurerie Jeu de structures d’acier à géométries et échelles variables

Sujets relatifs :

Serrurerie Jeu de structures d’acier à géométries et échelles variables

La rue couverte ombragée par une immense marquise vitrée qui la surplombe à 14 m de hauteur. La façade, totalement vitrée, se compose de vitrages plans de 6 m de hauteur, sans recoupement.

© (Doc. Jean Pierre Varin.)

L’association d’un mur rideau à fine ossature et d’une structure porteuse a enrichi l’expression de verticalité et de transparence des façades créées.

Le réaménagement de l’îlot Paris situé au centre ville de Besançon (Doubs) a permis la réalisation homogène d’un équipement polyvalent. Le marché, en partie basse, se trouve accolé à une brasserie et surmonté d’un multiplexe cinématographique. L’ensemble, d’une surface de 7 500 m2, représente un investissement de 8,5 millions d’euros HT. L’édifice résulte du concept architectural d’« emboîtement de deux volumes » en équerres. L’un, traditionnel, en pierre et l’autre, contemporain, en verre. La structure porteuse de l’équerre vitrée se compose de poteaux ronds de 324 mm de diamètre en acier galvanisé de 10 mm d’épaisseur et de 12,80 m de hauteur. Ils sont constitués de deux pièces soudées en continu incorporant les descentes EP. Disposés tous les 10 m, ils ceinturent les deux façades. Etant positionnés à l’extérieur du bâtiment, ils n’ont pas besoin d’être stables au feu. Leur base est équipée d’une platine ancrée sur des massifs en béton, solidaires de la paroi du cuvelage. En partie haute, une double platine circulaire superposée au poteau est boulonnée à la poutre de rive faîtière composée d’un profil acier HEB de 600 mm. Ce dernier s’accroche à l’amorce de la console en profilé galvanisé PRS de la marquise, par une double platine boulonnée. Glissée ­derrière, une ossature secondaire mixte soutient le mur rideau. Elle est constituée d’épines à profilés alu de 60 x 160 mm munies de renforts intérieurs d’acier de 20 x 160 mm, fixées par des équerres en acier encastrées dans des entailles réalisées en rives de dalles, pour permettre un réglage. D’une hauteur de 12,80 m (et de 14 m sur l’autre rue), elle est subdivisée en deux et trois parties par des planchers intermédiaires. Le premier se situant à 3,32 m du sol. Ces planchers en béton de 300 mm d’épaisseur sont capotés en rive de tôle alu « larmée » anodisée. Des serreurs en alu à profils en « T » sont vissés sur les épines, à l’extérieur, grâce à des entailles pratiquées dans l’âme des profils. Des serreurs ponctuels ou « rosaces » sont fixés sur les traverses des planchers. Quelques châssis ouvrants sont répartis en façade pour assurer le désenfumage. Les vitrages isolants sont de type 8-12-8 pour les zones situées au-dessus des traverses et 8-12-10 pour les zones en partie basse, avec une face intérieure en stadip 8-2-8.

Une marquise en profilés reconstitués

Le rythme de la structure du mur rideau est prolongé horizontalement par une marquise monumentale à ossature d’acier conçue spécifiquement. Elle protège la façade et couvre toute la largeur de la rue. Des poutres consoles galbées en acier galvanisé présentent des portées de 6,55 m en porte-à-faux, la forme galbée complexe étant régulée par onze rayons. Fabriquées en atelier, elles se composent de profilés PRS (profils reconstitués soudés) de 600 mm d’épaisseur à leur base, au départ de la poutre de rive, et de 240 mm à leurs extrémités. Au droit de la charpente en bois à couverture de zinc, une partie de ces profilés se prolonge pour s’encastrer sous les pannes et se raccorder sur la façade en pierre. La structure du toit abritant la galerie de desserte des cinémas n’est pas parallèle au mur rideau. D’où des sections de profilés variant de 600 mm à 287 mm avec des longueurs de 3 m à 1,50 m. De dimensions 6,55 x 1,70m d’un seul tenant chacun, ils sont posés sur les consoles, sans traverses intermédiaires. Ils sont maintenus et assemblés par une ossature secondaire mixte en profils alu et acier. Celle-ci est posée sur des potelets en acier soudés d’origine et fixés sur la charpente en acier. La transparence des façades offre ainsi aux promeneurs des vues plongeantes dans les entrailles du bâtiment.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°239

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2003 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Panneaux solaires hybrides, la quête du rendement

Panneaux solaires hybrides, la quête du rendement

Avec moins d'encombrement et un meilleur rendement, les solutions solaires de production d'électricité et de chaleur ont le vent en poupe. Mais leur pertinence économique face au photovoltaïque seul n'est[…]

02/07/2019 | ChantierTechnipédia
Lille investit dans sa Bourse

Lille investit dans sa Bourse

Un écrin design au double mur de béton

Un écrin design au double mur de béton

Inauguration de L'Arbre blanc, à Montpellier

Inauguration de L'Arbre blanc, à Montpellier

Plus d'articles