Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

SANITAIRE Des appareils accessibles aux handicapés

Sujets relatifs :

SANITAIRE Des appareils accessibles aux handicapés

Afin de répondre à la loi de février 2005 pour l’égalité des chances, les appareils sanitaires désormais proposés permettent aux personnes à mobilité réduite d’améliorer leur quotidien

Dans l’esprit de la loi de février 2005 visant à l’égalité des droits et des chances des personnes handicapées, le handicap n’est plus considéré comme une réalité d’exception traitée par des moyens d’exception. La loi induit que tout équipement bon pour une personne à mobilité réduite ou en situation de handicap est toujours utile au confort et au bien-être de tous. L’accessibilité et le confort d’usage pour tous deviennent une nouvelle composante du développement durable. Cette loi précise notamment que la mise en accessibilité du cadre bâti devra être réalisée avant janvier 2015. En fait, elle fait prendre fortement conscience que l’objectif de qualité de vie en respectant autrui doit être un souci constant. Bien que ces mesures ne s’appliquent pas aux propriétaires qui font construire leur propre maison, ces derniers ont fort intérêt à anticiper leur propre vieillissement et leur potentielle perte de mobilité. Financièrement, le développement de ces équipements porté par la généralisation de ce confort d’usage, devrait rapidement rendre marginal leur actuel surcoût.

Douches de plain-pied?: deux solutions

L’installation de ces équipements doit également suivre un certain nombre de règles déjà obligatoires dans les établissements recevant du public (ERP), et applicables aux logements individuels.

Les appareils sanitaires destinés aux WC ou à la salle de bains présentent quelques caractéristiques particulières rendant leur utilisation possible et confortable à tous. Dans les toilettes, la hauteur minimale d’une cuvette est de 46 cm (abattant compris) afin de faciliter son utilisation par les personnes de petite taille et les enfants (conservation d’un appui au sol). Pour les personnes âgées qui ont du mal à s’asseoir et à se relever d’un siège bas, des fabricants proposent des cuvettes surélevées de 7 à 10 cm par rapport au WC courant, sans toutefois dépasser 50 cm. Tous ces appareils dont la hauteur n’est pas réglable sont généralement sur pied, fixés au sol. Environ 20?% des 2 millions de WC vendus en France chaque année sont suspendus, fixés au mur par des tirefonds. Faciles à nettoyer, ces appareils suspendus se fixent sur un bâti-support mural doté d’une armature en acier. Posé encastré, semi-encastré avec un débordement d’une dizaine de centimètres maximum ou en applique, il intègre le réservoir de chasse et les tuyauteries et, pour un modèle, un sanibroyeur. Ce bâti fixe permet de définir la hauteur souhaitée au moment de l’installation. D’autres bâtis proposent un châssis coulissant sur un châssis fixe, avec une course de 30 cm qui permet d’ajuster la hauteur à tout moment. Ces réglages motorisés sont radiocommandés.

Des baignoires conçues en fonction du handicap

Bien que les bacs à douche plats avec un seuil de quelques centimètres de hauteur soient monnaie courante, ils ne facilitent pas pour autant l’accès d’une personne en fauteuil roulant. Seuls les systèmes ne comportant pas de seuil sont alors souhaitables. Pour éviter un seuil, deux solutions d’accessibilité de plain-pied existent?: le receveur encastré en céramique à faible hauteur de seuil (d’environ 2 cm) ou le bac à carreler?; la suppression totale du produit sanitaire et la mise en place d’un système de revêtements sols-murs étanches avec un siphon de sol encastré. Le bac à carreler intègre une pente droite préformée qui réalise l’évacuation de l’eau et intègre une bordure qui assure la jonction avec la chape de sol et un siphon soit classique, soit ayant la forme d’une barrette d’écoulement. Il peut être revêtu d’un carrelage grand format ou d’un revêtement en pierre naturelle de 3 à 30 mm d’épaisseur. Si le mode d’utilisation d’une douche ne change pas en fonction du handicap, il n’en est rien pour les baignoires?: elles sont conçues en fonction des handicaps. Pour le plaisir du bain pour tous et même de l’hydrothérapie, les baignoires «?à entrée facile?» sont dotées d’une porte qui évite d’enjamber la paroi. Cela permet d’éviter les chutes. En général, la hauteur de la marche est à la hauteur de trottoir. La baignoire à porte est aujourd’hui considérée comme une solution idéale lorsqu’il est devenu difficile voire impossible d’enjamber la paroi de la baignoire. Elle est adaptée pour que son utilisateur puisse prendre aussi bien des bains que des douches. Il peut choisir de les prendre debout, ou tranquillement assis. Différents modèles de baignoires à porte sont proposés. Celles de forme standard ont l’avantage d’être utilisables comme une baignoire normale (bain en position couchée). Elles sont proposées dans des dimensions de 1?500 à 1700 x 700 à 800 mm avec des hauteurs variables (de 500 à 800 mm) selon qu’elles comportent différents types d’assises intérieures fixes ou amovibles.

Une porte qui s’ouvre plutôt vers l’intérieur

Apportant un gain de place appréciable pour libérer des espaces de rangements ou pour les petits espaces, des combinés douches/baignoires, à porte de type baignoire-sabot et équipées d’un siège, sont proposés. Celles-ci sont impossibles à utiliser sans se servir de la porte. L’assise ergonomique permet de se relever sans difficulté. Toutes ces baignoires se différencient au niveau de la porte?: la porte est dite à droite ou à gauche selon qu’elle se située sur le côté droit ou gauche de la baignoire, lorsque l’on est assis à l’intérieur de la baignoire. La porte latérale s’ouvrant vers l’extérieur requiert beaucoup d’espace autour et son utilisation est plus contraignante, notamment lors de sa fermeture une fois dans la baignoire. La solution d’une porte à ouverture latérale ou frontale vers l’intérieur est la meilleure pour la garantie d’étanchéité?: la pression de l’eau lorsque la baignoire est remplie est telle qu’elle assure une étanchéité totale. De plus, le fait que la porte s’ouvre vers l’intérieur offre la possibilité d’installer la baignoire dans un petit espace.

Autre solution pour accéder à la baignoire sans risque pour une personne qui, par exemple, a du mal à franchir une hauteur de trottoir?: le siège élévateur intégré pivotant qui permet de s’asseoir à l’extérieur du bain et d’être transbordé sans mouvement et sans effort à l’intérieur grâce à un mécanisme hydraulique. Ces appareils sanitaires entraînent un mode d’utilisation différent. Le temps de remplissage de ce type de baignoire est le même que celui d’une baignoire standard, mais la différence réside dans le fait qu’il est nécessaire de rentrer dedans avant de la remplir. Et il est nécessaire d’attendre qu’elle soit vidée pour pouvoir en sortir. Pour pallier ce désagrément, les fabricants proposent d’ajouter des systèmes permettant l’accélération du remplissage et du vidage. Comme pour les baignoires standard, il est possible d’équiper ces baignoires de systèmes divers tels que la balnéothérapie ou la chromothérapie. Les portes de toutes ces baignoires sont démontables pour faciliter le nettoyage. Les baignoires à porte sont pour la plupart fabriquées à base de gelcoat polyester (plus facile) et, en général, moins onéreuses. Cette matière protège des attaques de l’environnement. Mais elle a deux gros inconvénients?: elle est sujette aux variations de températures et se ternit avec le temps.

Acrylique?: un matériau qui garde la chaleur

Les baignoires à porte en acrylique sanitaire sont plus ­complexes à fabriquer mais offrent de nombreux avantages. Permettant de concevoir des formes arrondies, l’acrylique est un matériau antibactérien, non sujet aux variations de température. Il permet ainsi de conserver la chaleur de l’eau du bain bien plus longtemps. Ces baignoires peuvent être aménagées de multiples façons et s’adaptent à pratiquement n’importe quel espace dans la salle de bains. Les fabricants leur donnent des formes qui favorisent un confort maximal?: appuis-bras ou repose-tête… Prenant en considération tous les impératifs à respecter dans un espace regroupant les différentes fonctions d’ablution (WC, vasque et douche), les «?cabines de bains?» prêtes à poser, dédiées aux personnes à mobilité réduite, répondent surtout aux besoins des maisons de retraite, des foyers spécialisés ou des maisons médicalisées. Monoblocs et complètes, elles s’installent rapidement et ne nécessitent qu’une double évacuation eau chaude/eau froide et eaux usées. Les appareils présentant ces caractéristiques doivent être installés dans des espaces conçus pour accueillir des personnes handicapées. D’après la réglementation, sur chaque niveau d’un ERP accessible, lorsque des cabinets d’aisances sont prévus pour le public, il doit être réalisé au moins un cabinet d’aisances, au même emplacement, pour les personnes handicapées circulant en fauteuil roulant. Lorsqu’ils sont séparés pour chaque sexe, il doit en être de même pour les handicapés. Pour la sécurité, chaque cabinet doit offrir un espace libre de 80 x 130 cm, hors débattement des portes et obstacles. Il doit posséder un sol non glissant et une porte de 80 cm de largeur minimum, s’ouvrant vers l’extérieur, dotée d’une poignée préhensible déverrouillable depuis l’extérieur. Pour réaliser confortablement les ablutions, la hauteur du bord supérieur du lavabo doit être de 85 cm. Important, la hauteur à prendre en compte pour l’accessibilité est la hauteur maximale de 70 cm pour le bord inférieur, pour permettre le passage des jambes sous le lavabo d’une personne assise. Les équipements tels que robinetterie, cuvette WC, lavabo, séchoir, chasse d’eau… doivent être facilement préhensibles par une personne assise ou debout. Des barres d’appuis horizontales - situées entre 70 m et 80 cm du sol - de préférence coudées peuvent être installées.

Les lavabos extraplats ne ­comportent pas de colonne et possèdent des évacuations déportées. Le lavabo peut également être installé sur un bâti-support mural coulissant verticalement, similaire à celui de la cuvette de WC. Dans l’espace douche et bain, plusieurs aménagements sont nécessaires.

Pour rendre la douche accessible, l’espace d’accès latéral doit être au moins de 80 x 130 cm.

Cet espace peut intégrer un ­siège escamotable de 50 cm de hauteur­

*Tableau des fabricants non-exhaustif (voir PDF)

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°282

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2008 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Mondial du bâtiment 2019 : et les lauréats des Awards sont...

Mondial du bâtiment 2019 : et les lauréats des Awards sont...

Le palmarès des Awards de l'Innovation du Mondial du Bâtiment a distingué 21 produits, à retrouver prochainement dans le dossier spécial des Cahiers techniques du bâtiment. Catégorie Structure[…]

18/09/2019 | Produit
PAC double service (2/2) - Fiable, performante et moins bruyante

Enquête

PAC double service (2/2) - Fiable, performante et moins bruyante

PAC double service (1/2) - Le chaud et le froid dans l'habitat

Enquête

PAC double service (1/2) - Le chaud et le froid dans l'habitat

Spas collectifs (1/2) - Des bulles de bien-être

Enquête

Spas collectifs (1/2) - Des bulles de bien-être

Plus d'articles