Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Salon Ecobuild : des innovations en écoconstruction

Sujets relatifs :

Salon Ecobuild : des innovations en écoconstruction

Innovation de la Zed Factory : Landark, un concept de maison autonome en bois, assemblée par tenons et mortaises.

© (Doc. Alex Beaton.)

Auparavant réservé aux passionnés, le salon londonien de l’écoconstruction accueille aujourd’hui des exposants de toutes tailles et de tous bords. Du low tech au high tech, des produits recyclés à la micro-cogénération, tour d’horizon de quelques nouveautés présentées.

Avec ses 800 exposants et ses 34 500 visiteurs, le salon Ecobuild de Londres, intéresse aujourd’hui tout le monde du bâtiment et mêle PME innovantes, passionnés des débuts et groupes industriels promouvant leurs produits « durables ».

Ainsi, lors de la dernière édition (mars 2009), Calor Gas a annoncé la sortie pour 2012 du premier système domestique de micro­-cogénération – un système encouragé par le gouvernement britannique par une réduction à 5 % de la TVA – utilisant la pile à combustible, grâce à un partenariat avec le spécialiste Ceres Power. Une chaudière murale à condensation fonctionnera au GPL et produira 28 kW d’énergie thermique et 1 kW d’électricité. Les partenaires visent les maisons et petites entreprises des zones rurales non desservies par le gaz, en Grande-Bretagne mais aussi dans toute l’Europe.

De petites sociétés innovantes ont reçu les Ecobuild Awards for Sustainability in Construction (Prix de la construction durable). Lauréat : le CT Radiators, un radiateur dont le système à ailettes, qui s’emboîtent les unes aux autres autour du corps chauffant, multiplie la surface d’échange. Il autorise toutes sortes de formes y compris l’angle ou la verticale, sans perdre de son efficacité, et produit, selon le fabricant, 15 % de chaleur supplémentaire par rapport à un radiateur traditionnel. Autre primé, le plancher chauffant basse température ­Lithotherm. Nouveau en Grande-Bretagne, fait de carreaux brique pilée additionnées de 10-15 % de ciment, il permet une pose sèche très rapide, en neuf comme en réhabilitation. Les plaques (550 x 330 x 45 mm) sont rainurées pour le passage des tuyaux qui, une fois posés, affleurent de façon à présenter une surface de contact importante avec le revêtement. Cela permet un temps de réponse court et une régulation fine. Leur forte ­densité (1 200 kg/m3) apporte une masse thermique intéressante.

Côté ventilation, la société Monodraught présentait un produit nommé Cool-Phase, ­rafraîchissement passif ­réversible fondé sur le stockage thermique de matériaux à changement de phase. L’appareil qui équivaut en masse thermique à 9 tonnes de béton, stocke l’air frais nocturne pour le restituer dans la journée. Encore en test, le système doit être commercialisé en 2010. Ses dimensions (1 200 x 900 x 350 mm) le destinent au tertiaire. Airmaster, société danoise, proposait sa gamme de VMC à double flux décentralisées X-Vent II, également destinée au tertiaire. L’unité mesure 1 175 x 405 x 321 mm, pèse 30 kg, est équipée d’un détecteur de CO2, d’un bypass pour le rafraîchissement estival et d’un régulateur. Le niveau sonore est bas (25-35 dB) et le rendement atteint 85 %. Coût : 2 500 E l’unité. Pour environ la même somme (2 200 E), le système Ecoplay (CME Sanitary ­Systems) permet la réutilisation in situ des eaux de douches et de bains dans la chasse d’eau des toilettes, avec son procédé de recyclage dans le bâti-support du WC. Il utilise la gravité pour le nettoyage des eaux et son système de contrôle intelligent permet de maintenir la qualité de l’eau recyclée sans produits chimiques ni maintenance. La technique permet jusqu’à 30 % d’économies d’eau pour une famille moyenne. Parmi les « attractions » du salon, LandArk, dernier projet de la Zed Factory de Bill Dunster (architecte du projet Bedzed) : un concept de maison autonome, zéro carbone, en bois, assemblée par tenons et mortaises. D’aspect mi-roulotte, mi-bateau, recouverte d’une toiture végétale et fortement isolée, elle est conçue pour servir de résidence secondaire ou de bureau-annexe. Elle est proposée en kit à 65 000 E, tient sur six palettes, et peut être montée par quatre personnes munies d’un marteau, assure Matthew Hoad, son architecte.

L’agence Zed Factory s’est associée au fabricant de béton Aggregates Industries, pour développer plusieurs produits de construction. La gamme Enviro­block – blocs de béton composé à 90 % de béton recyclé et dont la proportion de ciment est diminuée par l’utilisation de GGBS (laitiers granulés résidus de hauts fourneaux) – est ­arrivée seconde aux Awards de l’innovation 2008. L’industriel lançait par ailleurs à Ecobuild sa nouvelle politique de « Responsible Sourcing » (approvisionnement responsable). L’une des plus importantes scieries du Royaume-Uni, BSW Timber, lance le système de construction bois Pi (poutres en lamellé-collé associées à des panneaux préfabriqués intégrant l’isolation), qui n’utilise aucun bois importé. « Une bonne nouvelle pour les maîtres d’ouvrage qui recherchent des produits locaux », estime son directeur général. Fabriqué dans plusieurs scieries du Royaume-Uni, le système est ensuite assemblé dans des petites usines satellites proches ou sur le chantier.Le panneau de construction Ecosheet, de la société 2K, est, quant à lui, fabriqué à partir de déchets de mauvaise qualité impropres à d’autres recyclages (du bidon de détergent au câble électrique – hormis le PVC). Il peut remplacer le contreplaqué ­ – dont il présente la même flexibilité, en plus léger –, dans toutes ses utilisations. Déjà muni de récompenses, il sera commercialisé en novembre prochain.

Développement des surfaces végétales

On pouvait aussi trouver à Ecobuild des produits pour les designers, fabriqués à partir de déchets « de qualité », comme les plaques de plastique souple à motifs de Smiles-Plastic ou les carreaux de Bottle Alley Glass (dont sera composé le « Y » de l’enseigne du futur siège social de Yahoo à Genève), qui s’approvisionne dans les pubs et restaurants proches de son usine. GlassEco réalise des plans de travail composés à 95 % de verre recyclé (bouteilles, mais aussi écrans de TV ou d’ordinateur) liés à l’époxy, auxquels il ajoute des matières comme les coquillages. Il fournit le cuisiniste Chamois, qui fabrique des cuisines à partir de bois recyclé. Plus verts encore, les systèmes de murs et de toitures végétaux étaient nombreux à Ecobuild. Arrivé troisième aux Awards, le dernier de la gamme de Rofa Green Systems : un substrat très léger (1,7 kg/m² en 16 mm d’épaisseur). Il est composé d’écorce d’arbre, de farine de seigle et de glycérine, et peut être posé directement sur la membrane d’étanchéité d’une toiture existante, sans renforcement de toiture.

Solution idéale pour les micro-installations comme les abribus, souligne son fabricant. Léger aussi – et conçu pour recréer l’habitat en milieu urbain d’insectes rares et d’oiseaux en voie de disparition – le substrat dévoilé par les associations Buglife (protection de la biodiversité) et Living Roofs (experts en toitures végétales) qui sera prochainement testé à Londres.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°288

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2009 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

La loi Élan, l'accessibilité handicapés et la sécurité incendie

Interview

La loi Élan, l'accessibilité handicapés et la sécurité incendie

Entretien avec Karine Miquel, directrice marketing de Qualiconsult, à propos des conséquences réglementaires de la loi Élan sur l'accessibilité et la sécurité incendie. CTB : Quel est[…]

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Permis d'expérimenter : le projet d’ordonnance mis en consultation publique

Le pare-vapeur s'impose sur les toitures étanches en tôles d'acier nervurées pleines

Le pare-vapeur s'impose sur les toitures étanches en tôles d'acier nervurées pleines

Façades et feu : avancées et attentes

Façades et feu : avancées et attentes

Plus d'articles