Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Revêtir à la feuille d’or : une technique artisanale actualisée

Sujets relatifs :

,

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Depuis l’Antiquité, il est d’usage de rehausser les objets d’art et les bâtiments en les couvrant de feuilles d’or. C’est en fait le seul métal qui soit à la fois ductile et insensible à la corrosion et à l’oxydation.

Si la pratique a évolué au cours des temps, on dore toujours à la feuille d’après deux principaux procédés. La dorure à l’eau (à la détrempe) et la dorure à l’huile (la mixtion). La première, la plus ancienne, est toujours pratiquée, notamment pour des supports en bas-relief supportant mal d’autres procédés, tels le bois, le fer forgé, etc., mais aussi les couvertures, les sculptures et autres décors, comme l’Opéra Garnier à Paris. Néanmoins, la technique aujourd’hui la plus courante est la dorure à la mixtion (à l’huile). Lors de sa restauration en 1989, le dôme de l’hôtel des Invalides a été recouvert de plus de 555 000 feuilles d’or posées par dix maîtres doreurs.
 
À l’aide de ce métal très ductile et malléable, il est possible, par martelage, d’obtenir des feuilles très minces (quelques µm) et plastiques, sans casser le fil du métal. Ensuite, la feuille d’or est mise à plat sur un support, attrapée à l’aide d’un pinceau large appelé « palette » sur lequel elle s’accroche par électricité statique, puis déposée sur la surface à dorer, parfois préparée à l’aide de blanc d’œuf pour en assurer l’adhésion. Dans la dorure à la française, le polissage s’effectue à la pierre d’agate.

Une technique de préparation artisanale

Si les techniques de dorure à l’eau (détrempe) et à l’huile (transfert) sont différentes, la préparation et l’application de la couche d’apprêt de la surface à dorer sont identiques et se composent du même mélange visant à imperméabiliser la surface. À l’aide d’un pinceau souple, la surface est recouverte de huit à dix couches de mixtion, chaque couche étant appliquée avant l’assèchement de la précédente. Lorsque la dernière couche d’apprêt est complètement sèche, un ponçage au papier verre à grain moyen mouillé et un dépoussiérage au coton suivi d’un autre ponçage humide à l’abrasif à grain fin rendent la surface homogène et lisse. Lorsque celle-ci est sèche, elle est prête à recevoir la dorure. La suppression des règles corporatives a permis d’autoriser des dorures mixtes sur un même support : à la mixtion pour les parties mates, à l’eau pour les parties brillantes.
Néanmoins, les deux procédés de dorure présentent un aspect différent : la mixtion (vernis spécial) donne une dorure mate, et l’assiette, pâte d’induction faite de couleur broyée, séchée et collée sur du papier blanc, une dorure brunie. Les fournitures se trouvent chez des vendeurs spécialisés en fournitures de dessin : bois plastique, bois de Panama, colle de peau de lapin, poudre de blanc de Meudon, carnets de feuilles d’or, queue-de-morue, papier abrasif très fin, brosse Turner, pinceaux en poils de petit-gris, agate. À noter, les carnets de feuilles d’or en quatre nuances : or jaune, or rouge, or citron, or vert généralement présentés en format de 8 x 8 cm comprennent 25 feuilles collées sur support en papier.

Deux procédés de dorure à la feuille

La mixtion à l’eau est formée d’une solution à base d’eau (25 cl), une goutte de colle et trois cuillérées d’alcool dénaturé. Les feuilles d’or nécessaires à la dorure sont ensuite prélevées délicatement du carnet avec une palette à dorer puis posées sur un coussin. 
Celles-ci sont ensuite découpées en petits morceaux carrés ou rectangulaires, avant d’être posées sur la surface à dorer humidifiée à l’aide d’un pinceau petit-gris trempé dans la solution d’encollage. Les feuilles doivent être appliquées le plus rapidement possible sur la surface, puisqu’il est nettement plus facile d’attraper les feuilles en petits morceaux avec la palette à dorer et de travailler sur une petite surface. Lorsque la feuille entre en contact avec la surface mouillée, elle se détache de la palette sans résistance. 
Au bout de quelques minutes, un coton doux et bien sec passé sur la surface couverte de feuille d’or permet de l’ajuster et de la rendre parfaitement lisse. Ensuite, un dernier lustrage à l’aide d’un brunisseur polit la surface. Les feuilles d’or appliquées à l’eau sur l’assiette, dont la colle au contact du liquide se régénère, peuvent être ensuite[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Un panel de solutions pour mettre les sols à niveau

Un panel de solutions pour mettre les sols à niveau

Minces, parfaitement planes, résistantes et légères, les chapes fluides offrent performances, facilité de mise œuvre et suivi qualité rigoureux, de la formulation à l'application.[…]

30/10/2018 | Technipédia
Data centers (1/3) – La course à la sobriété des data centers

Data centers (1/3) – La course à la sobriété des data centers

Data centers (2/3) – À la recherche des frigories gratuites

Data centers (2/3) – À la recherche des frigories gratuites

Data centers (3/3) – Des installations sous surveillance

Data centers (3/3) – Des installations sous surveillance

Plus d'articles