REVÊTEMENTS Les sols textiles se mettent au vert

Sujets relatifs :

REVÊTEMENTS Les sols textiles se mettent au vert

Souvent décriés, les sols textiles sont cependant, portés par une offre produits à la fois très technique, décorative et en phase avec les préoccupations environnementales. Choisis judicieusement, les revêtements de sol conviennent à toutes les utilisations.

En 2009, il s’est posé environ 53 millions de mètres carrés de sols textiles dans le secteur du Bâtiment.

Dans cet ensemble, tufts et aiguilletés se taillaient la part du lion avec 19 millions de mètres carrés pour les premiers et un peu plus de 23 millions pour les seconds. Les tissés (tapis, moquettes en lés coco, sisal, jonc) arrivent en troisième position avec un peu plus de 10 millions de mètres carrés posés. De fait, contrairement à certaines idées reçues, les sols textiles, malgré une baisse liée à la crise, affichent encore une belle vitalité derrière les carrelages (138 millions de mètres carrés), mais devant les revêtements de sol plastiques (50 millions de mètres carrés), les stratifiés (36 millions de mètres carrés), les parquets (16 millions de mètres carrés) et les résines (3,4 millions de mètres carrés).

Cet intérêt des prescripteurs pour ces revêtements tient en quelques mots : toujours plus d’esthétique, de technique et de qualités « environnementales ». Tendances qui vont de pair avec la durabilité, la facilité et la rapidité de pose, ainsi que la facilité d’entretien.

Encore peu visible, mais tout aussi importante, la capacité de ces matériaux à être recyclés après usage, les filières de recyclage se mettant doucement en place. Les fabricants ont également consenti des efforts environnementaux dans les process de fabrication.

Ainsi, l’Union française des tapis et moquettes (UFTM), qui représente 80 % des fabricants de moquette, explique que depuis 1994 les émissions dans l’air ont été réduites de plus de 50 %, jusqu’à 80 % pour le styrène, et que, depuis 2002, les consommations d’énergie liées à la fabrication des produits ont été diminuées de 50 % et que la consommation d’eau nécessaire à la teinture du velours a baissé de plus de 25 %.

Touffetés, aiguilletés ou tissés, les revêtements de sols textiles, réalisés avec des matériaux naturels (laine et fibres végétales) ou synthétiques (polypropylène, polyamide, polyester…), peuvent être classés en trois catégories : les moquettes touffetées (tuftées) en lés et en dalles ; les aiguilletés ; les tapis et moquettes tissés et tapis à points noués.

Les tuftés sont composés de quatre éléments :

• le fil d’endroit (velours), qui peut être réalisé, aussi bien avec des filés de fibres discontinues (polyamide, polypropylène, polyester, polyacrylique, laine et coton), qu’avec des filaments synthétiques ;

• le premier dossier (couche support) ;

• la couche de pré-enduction

• et la couche d’enduction d’envers (textile ou mousse).

Grâce aux diverses techniques de tuftage, il est possible de réaliser des structures de velours en trois dimensions, ainsi que des tapis modélisés, par exemple du poil bouclé uniforme, de la bouclette de différentes hauteurs, des velours de poils coupés et bouclés, des velours rasés ou encore des velours « au sabre ».

Les aiguilletés, eux, sont constitués d’une ou plusieurs couches, avec ou sans couche support. Ils peuvent être dotés de divers types de dossiers (dossier textile, mousse, enduction lourde). Pour un liage durable des fibres, le soubassement aiguilleté fait l’objet d’un traitement thermique ou chimique ultérieur (renforcement chimique). Presque toutes les fibres peuvent être utilisées pour la fabrication de feutres aiguilletés. Toutefois, la plupart du temps, les fabricants utilisent des fibres issues de l’industrie chimique (polypropylène, polyamide, polyester, polyacrylique, laine, jute/sisal, viscose).

En ce qui concerne les tapis tissés, leur processus de fabrication est similaire à celui des autres produits tissés. En général, ils bénéficient d’une enduction de stabilisation sur l’envers. Ils ne sont que très rarement pourvus d’une enduction lourde en PVC ou en bitume.

Résistance, sécurité et hygiène

La couche d’enduction comme la couche d’usure est primordiale à la qualité des produits. Il existe différentes méthodes d’application : enduction mousse, enduction d’envers et enduction lourde. Les objectifs de cette couche sont nombreux : renforcement de la fixation du velours, amélioration de la stabilité dimensionnelle, apport de propriétés diverses telles des caractéristiques antidérapantes, thermo-isolantes, d’élasticité à la marche, ou même des qualités ignifuges.

Quel que soit le type de revêtement textile, les fabricants tentent de coller au plus près de la demande en développant des gammes généralistes ou adaptées à un usage donné. D’où une grande diversité avec deux secteurs bien spécifiques : celui de l’habitat et celui des collectivités avec des produits parfois très techniques.

Pour répondre à ces deux marchés, la valorisation des produits passe par une adéquation avec les besoins en termes de trafic, de résistance à l’usure ou au poinçonnement et d’acoustique. Et la recherche de ces performances ne doit évidemment pas nuire au caractère hygiénique et à l’entretien. On assiste donc à une évolution des techniques visant à concilier à la fois résistance, antidérapance et hygiène avec des produits qui se veulent en phase avec la démarche HQE, d’où la publication de Fiches de données environnementales et sanitaires (FDES). La norme européenne NF EN 1307 (voir encadré) en définissant sept classes d’usage apporte également une aide précieuse dans le choix des produits.

Décoration : tout est possible

Autre qualité mise en avant par les fabricants : le caractère naturellement antidérapant qui, dans des lieux comme les maisons de retraite, est à même de prévenir en partie le risque de chute.

Concernant la qualité de l’air intérieur, ces sols, contrairement aux idées reçues, ne favorisent pas plus que les autres les allergies respiratoires et ne contribuent pas davantage à la prolifération des acariens. La qualité de l’air, explique l’UFTM, serait même meilleure en présence de moquette dans une pièce, car les fibres emprisonnent la poussière jusqu’au passage de l’aspirateur (au moins deux fois par semaine), alors que sur un sol dur, la concentration moyenne de fines poussières est deux fois plus élevée. Concernant les COV, les émissions correspondent aux exigences actuelles et seraient toujours, d’après l’UFTM, « très inférieures au seuil du projet de norme européenne PR EN 1552 et les substances nocives telles que formaldéhyde, métaux lourds, tributylétain (TBT) ne sont plus utilisées ».

Si l’on parle décoration, tout est possible ou presque pour satisfaire le client, via des techniques d’impressiontoujours plus sophistiquées. Résultat, une profusionde couleurs, de dessins,de textures – veloutées, bouclées, structurées – ou de fibres en pure laine, végétale ou synthétique. Sans oublier les décors personnalisés type logos ou, très à la mode, la séparation des espaces de circulation par des cheminements de couleurs différentes ou des incrustations.

Dans ce domaine, les fabricants, à l’instar des autres secteurs de la décoration, parlent de collections et peuvent faire appel à des designers pour afficher leur différence.

Plusieurs options de pose

Le respect des règles de préparation des sols est une condition obligatoire et essentielle à une pose réussie. Quelle que soit la qualité des produits utilisés pour le collage d’un revêtement, si le sol n’a pas été au préalable préparé correctement, le revêtement final ne sera pas pérenne. Toutes les règles professionnelles sans exception y font référence et le DTU 53.1 (Revêtements de sol textiles) n’y échappe pas.Il stipule notamment que les supports doivent être stables, durs, sains, lisses, normalement absorbants, propres, plans, non-friables, sans fissures, secs et non-exposés à des remontées d’humidité, résistant aux tensions, exempts de graisse ou de cire. Sans conteste, la préparation du support représente bien souvent la part la plus importante d’un chantier. Du côté de la pose proprement dite, plusieurs options sont possibles : pose libre, pose collée, pose tendue ou encore pose collée-tendue.

La pose libre ne convient qu’aux petites pièces dont la surface n’excède pas 20 m2, comme les chambres où il y a peu de passages. Cette pose est réalisée par fixation à l’aide d’un ruban adhésif double face sur deux côtés adjacents, ou sur une diagonale de la pièce.

La pose collée, conseillée pour les grandes surfaces, se pratique sur tous les types de sols. Elle est réservée aux moquettes à envers double dossier, ainsi qu’aux moquettes avec envers mousse ou feutre aiguilleté.

La pose tendue consiste, elle, à tendre la moquette en l’accrochant sur des bandes d’ancrage, elles-mêmes fixées au sol à la périphérie de la pièce à couvrir. Dans ce cas, la pose sur thibaude (soit caoutchouc, soit feutre compressé) améliore le confort et l’acoustique. C’est, selon l’UFTM, la meilleure technique de pose pour les moquettes tissées. C’est aussi celle qui demande le plus de technicité. Les moquettes tuftées à double dossier peuvent également être posées tendues sur des surfaces limitées en principe à 20 m2. Ce type de pose apporte certains avantages, tels qu’une meilleure isolation acoustique et thermique, une augmentation de la durée de vie de la moquette de 30 %, due à une diminution des forces de frottement entre sol et moquette.

Dans le même esprit, la pose collée-tendue consiste à coller la moquette sur une thibaude (caoutchouc, feutre compressé), elle-même collée au sol, ce qui facilite la dépose.

Tableau des fabricants voir PDF

Nous vous recommandons

Deux produits spécifiques

Deux produits spécifiques

Brique Fleur de pailleWienerbergerCette brique autrichienne (60 x 100 x 215 mm), de teinte jaune rosé et aux arêtes irrégulières, est moulée à la main. Mis en œuvre pour des murs dotés de saillies ou non, ce module est...

11/01/2023 |
Se laver sans jamais glisser

Se laver sans jamais glisser

Plus sûre sera la douche

Plus sûre sera la douche

Des revêtements aux super pouvoirs

Des revêtements aux super pouvoirs

Plus d'articles