Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

REVÊTEMENT Etanchéité liquide en rénovation de tribunes

Sujets relatifs :

REVÊTEMENT Etanchéité liquide en rénovation de tribunes

Directement circulable par les piétons, simple à installer et permettant de traiter facilement les points singuliers : des qualités qui militaient pour l’emploi d’un système d’étanchéité liquide lors de la remise en état des gradins et tribunes du court Suzanne Lenglen.

Conçu en 1994 par le cabinet d’architectes A.C.D Girardet & Associés, le court Suzanne Lenglen du stade Roland Garros a fait peau neuve. Pour l’opération, la Fédération française de tennis a fait appel au cabinet qui s’est tourné vers les systèmes d’étanchéité liquide (SEL). D’emblée, la solution d’étanchéité bitumineuse a été techniquement et financièrement écartée. Non circulable directement par les piétons, elle aurait nécessité une protection ciment complémentaire et une finition par dalles, inenvisageable en terme de surcharge. Le SEL, à base de résine liquide, permet de constituer une membrane souple, continue, adhérente et étanche à l’eau, polymérisant sous l’action de l’humidité de l’air. Léger, résistant à l’usure et au poinçonnement, il est directement circulable pour les piétons. De plus, ce chantier nécessitant le démontage des sièges (10 000 places), la solution bitume obligeait à ôter les tiges filetées de fixation qui dépassaient des gradins, puis à repercer après application du revêtement et à redéfinir d’autres fixations pour assurer l’étanchéité. Le SEL offrait la possibilité d’une application à fleur des tiges (protégées par une gaine en plastique), assurant une étanchéité parfaite.

Le maître d’œuvre a testé in situ plusieurs SEL, et sur la base des critères définis (aspect, coût…) et des résultats, a choisi le système Alsan 500 de Soprema. La superficie totale de 14 000 m2 a été traitée en quatre mois par quatre personnes, pour un coût de 433 000 e HT (hors honoraires de maîtrise d’œuvre).

Le produit arrive liquide sur le site. Monocomposant, il est prêt à l’emploi sans mélange préalable. Il est remué pour une bonne homogénéisation. La principale condition de mise en œuvre : un support sain et sec. La société Sapeb, responsable des travaux, a donc au préalable procédé au nettoyage haute pression du support béton. Une couche primaire d’accrochage H80 a ensuite été étalée pour assurer l’adhérence parfaite du revêtement. Différent selon le support, le primaire est ici une base polyuréthanne monocomposant en phase solvant, adapté aux supports bétons présentant des traces d’ancien revêtement. Posé au rouleau, il sèche en 12 h. Puis l’Alsan 500 a été appliqué de la même façon à raison de 2 couches, correspondant à un trafic normal, pour un temps de séchage de 24 h chacune. Une finition, additionnée de silice pour créer un antidérapant, a complété l’ensemble. Plus raide que le revêtement étanche qui, par nature, est souple et accroche la poussière, elle limite l’encrassement et résiste aux UV. Parallèlement, la Sapeb a traité certains points de la structure béton des gradins, à commencer par les fissures existantes ou potentielles (notamment sur des angles rentrants à 90°, points fragiles par conception), à l’aide de produits annexes de Soprema. Une toile de renfort tissée en polyester a été collée sur chaque fissure après la première application d’Alsan 500, la deuxième couche venant le recouvrir. De même, du fait de la structure en porte-à-faux des gradins supérieurs, la partie basse est par conception désolidarisée des gradins. D’où de nombreux joints de dilatation verticaux remontant jusqu’au faîtage des gradins, et dont le traitement demandait un soin particulier. Les bords des joints ont donc été chanfreinés, et le franchissement de chacun réalisé par une bande de toile JDX en résine armée enduite d’Alsan 500 sur sa partie centrale. Mise en œuvre avec façon lyre et collée de part et d’autre du joint, le creux de la lyre étant rempli de mastic, la bande est comme précédemment recouverte de la couche d’Alsan 500.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°255

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

Un siège social vêtu de bois dans une ancienne halle ferroviaire

Un siège social vêtu de bois dans une ancienne halle ferroviaire

À Versailles, une charpente en bois a été greffée sur les fermes en acier d'une halle SNCF désaffectée et une structure à poteaux et planchers en bois mise en œuvre conjointement, afin[…]

29/11/2018 | ChantierInnovation
Meccano géant sur le toit d'un bunker

Meccano géant sur le toit d'un bunker

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Perspective, l'immeuble tertiaire en structure bois le plus haut de France

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Des joints creux réalisés dans l'épaisseur d'un système d'ITE

Plus d'articles