Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

REVÊTEMENT Bardage céramique autonettoyant monté sur rails invisibles

Sujets relatifs :

REVÊTEMENT Bardage céramique autonettoyant monté sur rails invisibles

La façade sur l’entrée affiche une cimaise claire couverte de carreaux de grès cérame blanc qui contrastent avec le traitement de l’accès, marqué par des éléments horizontaux en bois lasuré de teinte naturelle. (Doc. DR.)

Dans le cadre d’une restructuration totale, l’un des bâtiments de recherche de Gaz de France a été recouvert, en façade, de carreaux en grès cérame autonettoyants. Détails de ce montage un peu particulier.

Bardage céramique auto­nettoyant monté sur rails invisibles

Au cœur du site Landy de la Plaine Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), à proximité du Stade de France, certains bâtiments de la direction de la recherche Gaz de France ont fait l’objet d’une rénovation en profondeur, réalisée par le cabinet d’architecture parisien P.S. et T Associés. De type industriel, le bâtiment existant a été transformé en bâtiment tertiaire doté de bureaux, de laboratoires et de locaux techniques en terrasse. Il se développe sur trois niveaux, pour une surface hors œuvre nette de 3 600 m2. Tous ses composants ont été entièrement démolis, excepté la structure porteuse composée de poteaux en acier. Afin de calepiner les éléments de façade et de les rendre plus pérennes, un bardage en dalles de carrelage de couleur claire (Buchtal) a été choisi et posé sur une surface de 700 m2. Emaillé mat, il est doté de légers points noirs pour donner visuellement un effet de vibrations. Incombustibles, ces carreaux sont classés M0 et ont la particularité de d’être auto-nettoyants (procédé hydrotech) et très résistants, face aux UV et aux agressions ambiantes. L’immeuble a représenté un coût d’investissement de 4,8 Mt HT.

Pose spéciale sur ossature métallique

Sur trois travées égales, la trame structurelle est de 3,30 m longitudinalement et de 5,50 m transversalement. Les éléments de façade, constitués de menuiseries métalliques à double vitrage, sont montés sur une ossature métallique fixée entre deux poteaux à l’aide d’équerres et de boulons M8. Elle se compose de profilés en acier Upaf (100 x 50 x 4 mm), liaisonnés par des cornières boulonnées (tous les 80 cm) à des profilés en acier Upaf (40 x 40 x 3 mm). Les menuiseries sont bordées verticalement de profilés Upaf (80 x 40 x 4 mm). Cette ­ossature métallique est doublée d’une feuille d’acier galvanisé 80/100e fixée par des rivets, afin d’éviter toute pénétration. L’ensemble reçoit ensuite les rails spéciaux en aluminium de 3 m de long fournis par Buchtal, en commençant par la pose du rail inférieur et en ­remontant vers le haut.

­Chaque rail est fixé par des rivets en aluminium de 4 x 10,5 mm de diamètre. Cette opération s’effectue à l’aide d’un gabarit de pose délivré par le fabricant de céramique, suivant un espacement de 200 mm d’entraxe, entre chaque rail, correspondant à la dimension des carreaux. Lorsque deux rails sont fixés, on y accroche dessus les dalles de grès cérame étiré céramiques KeraTwin K3 200 (400 mm de longueur par 200 mm de hauteur et 15 mm d’épaisseur). Le positionnement s’effectue en ­calant la partie haute rainurée du carreau, avant d’enclencher dans la glissière inférieure du rail sa partie basse, à l’aide d’un outil spécial. Ce mode de pose, facile et rapide, permet d’intervenir sur n’importe quel carreau en cas de casse tout au long de la vie de la façade.

Variante de pose au droit d’un plancher

Les nouveaux planchers, constitués de bacs acier nervurés de 50 mm et d’une dalle en béton coulée de 70 mm, ont été posés sur les poteaux métalliques enrobés de béton. Dans le cas d’une façade filant devant un plancher, le principe de montage est ­similaire, à quelques exceptions près. On a rajouté, sur le dessus du plancher, une tôle d’acier galvanisé 10/10e posée horizontalement, en appui sur un joint à la pompe, et fixée par des spit-hit 6/5 : ce système permet de stopper une propagation éventuelle du feu, entre les planchers. Pour le mur de façade dénué d’ouvertures, une isolation en laine de verre a été intégrée dans l’épaisseur des profilés verticaux Upaf (80 x 40 x 4mm).

Les rails horizontaux sont fixés par des vis autoperceuses ­Drillnox 12 TH8. La paroi est également recouverte d’une tôle d’acier galvanisé 80/100e, dont les lais horizontaux sont apposés à recouvrement, afin de bien clore la surface, à l’image d’un mur-rideau. Entre les rails aluminium horizontaux et les ­poteaux, une cale en PVC de 2 mm d’épaisseur évite tout ­risque de stagnation d’eau sur les rails.

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°259

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2006 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Les poteaux d'abord

Les poteaux d'abord

À Paris, l'architecture industrielle de la Poste du Louvre a été mise en évidence par les travaux de gros œuvre, qui s'achèvent. L'occasion d'une première visite de chantier.[…]

10/01/2019 | ChantierAcier
Quand la brique et le bois collaborent

Quand la brique et le bois collaborent

Une ITE sur 5500 m2 de façade amiantée

Une ITE sur 5500 m2 de façade amiantée

Un siège social vêtu de bois dans une ancienne halle ferroviaire

Un siège social vêtu de bois dans une ancienne halle ferroviaire

Plus d'articles