Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

abonné

Dossier

Retour d'expérience - La data s'invite au village

Retour d'expérience - La data s'invite au village

La commune a opté pour une solution basée sur l'IoT et des capteurs sans câbles pour maîtriser ses dépenses énergétiques (en photos, A, la mairie et B, le centre culturel).

© Photos Anne-Élisabeth Bertucci

Depuis 2016, le bourg de Saint-Sulpice-la-Forêt (35) conduit avec succès un projet innovant de télémesure et de pilotage énergétique des bâtiments communaux.

Comment ce petit village breton de 1 500 âmes, aux portes de Rennes, peut-il inspirer Shanghai, mégalopole de 26 millions d'habitants, au point d'accueillir une délégation chinoise ? Réponse : la mise en œuvre d'un système innovant de télémesure et de pilotage énergétique des bâtiments publics qui a fait de cette modeste commune périurbaine un modèle de smart city à la française. Tout débute, en 2015, par une grosse fuite d'eau issue des locaux de l'école, l'équivalent de 26 piscines en dix-huit mois. La jeune équipe municipale fraîchement élue détecte ce gaspillage trop tardivement, les délais de facturation ne permettant pas d'ajuster en temps réel les consommations d'eau et d'énergie.

« En augmentation de 10 % par an, la dépense énergétique était générée à 80 % par six bâtiments publics : école, salle polyvalente, salle de sport, bibliothèque, services techniques, mairie et espace culturel », relate le maire, Yann Huaumé. Hormis le rapport annuel de l'Agence locale de l'énergie et du climat (Alec), la commune ne disposait d'aucun indicateur de suivi, ni d'un système de programmation des installations de chauffage. La marge d'investissement ne permettait pas d'envisager la rénovation thermique de ce parc de bâtiments très hétérogène (modes constructifs variables entre 1805 et 2015).

L'un des capteurs installé sur une vanne d'alimentation en eau.

Déploiement de capteurs

« Au-delà des consommations finales, nous avions besoin d 'un suivi plus ordonné, plus fin, afin d 'agir sur les usages et de réorganiser les missions des services techniques », poursuit l'élu. En 2015 toujours, l'équipe municipale s'engage en signant la convention des maires pour le climat et l'énergie, visant une réduction de 20 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) à l'horizon 2020 et de 40 % en 2040, ainsi que 20 % de réduction de la facture énergétique.

La solution[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°376

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2019 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Nous vous recommandons

L'Anru poursuit ses projets de renouvellement urbain

L'Anru poursuit ses projets de renouvellement urbain

Au mois de juillet ont été validés les projets de 20 quartiers mobilisant près de 820 millions d’euros de concours financiers de l’Anru. Le comité d’engagement national de l’Agence[…]

01/08/2019 |
Délégation du permis de construire : les organismes tierce partie entrent dans la boucle

Délégation du permis de construire : les organismes tierce partie entrent dans la boucle

Végétalisation et lutte contre les surchauffes

Végétalisation et lutte contre les surchauffes

Réparer la ville

Evénement

Réparer la ville

Plus d'articles