Nous suivre Les Cahiers Techniques du bâtiment

Restauration de l’antichambre du Grand Couvert de Versailles

Sujets relatifs :

Restauration de l’antichambre du Grand Couvert de Versailles

Près de deux ans de travaux auront été nécessaires à la restauration de la salle du Grand Couvert, salleà manger du château réservée aux soupers publics de la famille royale jusqu’au règne de Louis XVI.

Située dans l’enfilade du Grand Appartement de la reine, à Versailles, sur l’arrière de la galerie des Glaces, l’antichambre du Grand Couvert recueillait, du règne de Louis XIV à celui de Louis XVI, les soupers du roi et de sa famille, devant une large audience.

Pour ce moment quotidien de grande importance, une pièce richement décorée et aménagée avait été choisie.Conçu par Charles Le Brun, premier peintre de Louis XIV, entre 1671 et 1680, ce vaste espace rassemble de nombreuses peintures entourées de voussures et écoinçons richement sculptés. Ces éléments étant en très mauvais état, une restauration s’imposait.

En premier lieu, une intervention de protection a été planifiée par les conservateurs du musée, puis une restauration fondamentale de l’ensemble des peintures a été réalisée, avant la restauration des stucs dorés du plafond. L’antichambre étant devenue une salle de musée, l’ensemble de ces opérations s’est accompagné d’un projet de muséographie. Quatorze restaurateurs se sont attelés à la restauration des peintures. Et concernant les stucs, un gros travail a été réalisé sur les dorures. Pour la conservation des dorures anciennes, seules quelques fissures ont dû être reprises. Deux types d’intervention ont été effectués, le nettoyage et le ravivage des dorures, ainsi que la suppression des bronzines, dorures et jutages d’harmonisations modernes et la reprise des parties en mauvais état. Sur les secteurs les plus endommagés, des masticages ont été réalisés. Les reprises ont été effectuées avec une dorure à la gélatine, réversible et qui permet d’harmoniser la feuille d’or neuve avec la dorure originale. Quant à la bordure du grand compartiment central, elle a nécessité une restauration plus poussée. Une dorure à neuf a été réalisée. Ce qui a nécessité un dégagement complet jusqu’à la couche de finition du stuc. Ce fut l’occasion de repren­dre les joints d’assemblage d’origine et les restaurations peu soignées effectuées au xxe siècle. Ces opérations ont été réalisées selon des techniques traditionnelles (voir encadré).

Fin 2010, la salle a pu rouvrir ses portes au public.  

vous lisez un article des Cahiers Techniques du Bâtiment N°305

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2011 des Cahiers Techniques du Bâtiment

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news hebdo Cahiers techniques du batiment

Nous vous recommandons

Amiante: un arrêté cadre le repérage avant travaux

Amiante: un arrêté cadre le repérage avant travaux

Entretien avec Claire Boutain, directrice technique de Qualiconsult Immobilier, autour du repérage des matériaux contenant de l'amiante avant travaux.  CTB - Dans quel cadre s'inscrit l'arrêté[…]

07/11/2019 |
L'UFME s'engage pour le développement de la lumière naturelle dans les bâtiments

L'UFME s'engage pour le développement de la lumière naturelle dans les bâtiments

Évolutions réglementaires des fluides frigorigènes dans les ERP

Évolutions réglementaires des fluides frigorigènes dans les ERP

Acrotères béton ou briques : des règles complètes

Acrotères béton ou briques : des règles complètes

Plus d'articles